Mon compte

La connexion est en cours ...
×
Inscription

Articles

Religion

Annecy : un stand de livres sur l’islam interdit sur le marché et jugé prosélyte

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Annecy : un stand de livres sur l’islam interdit sur le marché et jugé prosélyte

A Annecy, un stand de livres sur l’islam a fait l’objet de plaintes de quelques locaux qui ne voyaient pas d’un bon oeil ce commerce. Après quelques mois de fonctionnement, le stand est interdit par la commune, et ce, pour « trouble à l’ordre public ».

Un stand de livres interdit pour « trouble à l’ordre public »

Mardi 19 juin, Issa Boulksibet se rend comme à son habitude au marché place des Romains à Annecy afin d’installer son stand. Ce jour-là, on lui annonce qu’il ne lui est désormais plus possible de l’installer pour sa vente de livres et supports audiovisuels sur l’islam. Cette annonce lui a été faite en présence de la police municipale.

Monsieur Boulksibet avait déjà eu des remarques à ce sujet, le commerçant s’était d’ailleurs rendu à la mairie afin de comprendre les motifs de cette sanction abusive. On lui a reproché le « trouble à l’ordre public », et le « prosélytisme » de son stand.

Une interdiction teintée d’islamophobie

Monsieur Boulksibet fut indigné de ces reproches infondés. Depuis trois mois, il avait pour habitude de vendre ses livres et DVD afin de satisfaire la demande de la communauté musulmane locale. Auparavant, les musulmans d’Annecy se rendaient jusque dans l’agglomération lyonnaise afin de s’approvisionner en livres, DVD, CD, etc.

Pourtant, le commerçant explique à un quotidien local qu’il vend des livres « édités en France, par des maisons d’éditions françaises. Rien d’illégal ou de contraire aux bonnes moeurs ». Des livres que l’on retrouve dans n’importe quel libraire musulmane travaillant sur les marchés, de Lille à Marseille.

Au cours de ses rendez-vous à la mairie, on lui explique que la « musique » et les chants qu’il diffuse dans son stand dérangent. Outre les chants diffusés, c’est  la forme du stand qu’on dénonce. Il est aménagé avec des bâches sur les côtés afin de protéger ses articles du vent et du soleil.

Le maire d’Annecy cité dans Le Dauphine ajoute : « Nous avons reçu des plaintes à ce sujet. Dans un souci de respect de la laïcité, de la lutte contre le prosélytisme et puisque le bruit est interdit, nous avons indiqué à ce vendeur qu’il ne pouvait plus s’installer sur le marché des Romains. D’autant que nous ne souhaitons pas voir de promotion ostentatoire religieuse ou même syndicale sur la place publique. »

On voit bien à travers cet exemple que lorsqu’il s’agit de proposer des livres basiques sur l’islam, crainte et hostilité sont de mises. Même lorsque leurs principaux clients sont des musulmans désireux d’apprendre davantage leur islam. Pourtant, les stands de livres musulmans dans les marchés sont répandus et ne semblaient pas poser problème. Jusqu’à aujourd’hui.

Dans un précédent affaire ayant eu lieu dans les Hauts-de-Seine, une vendeuse de livres avait également été accusée de prosélytisme, elle fut interdite de stand. La décision du maire provoqua l’indignation mais la commerçante lui tint tête. Soutenue par une association, et en vue d’absence de motif valable (la vente de livres ne créant pas de trouble à l’ordre public), elle put reprendre tranquillement son activité commerciale.

Souhaitons à Issa Boulksibet une fin similaire et n’oublions pas que ce genre de pratiques est souvent le fait d’une méconnaissance de la loi, tant des représentants de l’Etat qu’au sein de la communauté. Il est important qu’en cas de conflit nous ayons le réflexe de consulter des associations comme le CCIF qui s’emploie au quotidien pour lutter contre les discriminations que subit la communauté musulmane et apporter assistance et conseils juridiques.

...

Lire la suite : Annecy : un stand de livres sur l’islam interdit sur le marché et jugé prosélyte

Crédit Mutuel Belfort : une femme voilée, refoulée d’une agence

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Crédit Mutuel

Mardi 19  juin, au matin, alors qu’elle se rendait à un rendez-vous avec son conseiller, une femme portant le hijab s’est vue refuser l’entrée d’une agence Crédit Mutuel. Raison évoquée : l’employée exigeait qu’elle ôte son foulard. De son acte, il en découle une forte indignation et une manifestation devant les locaux de la banque. Les responsables du Crédit Mutuel lancent rapidement un communiqué afin d’exprimer leur regret et leurs excuses pour cette « erreur isolée ».

Ôter son hijab pour entrer

Mardi 19 juin, à Belfort, une guichetière d’une agence bancaire du Crédit Mutuel a demandé à une cliente portant le hijab qui voulait rentrer de l’ôter ou de relever. Cette requête injustifiable comme condition d’entrée a bien évidemment suscité l’indignation d’un grand nombre de personnes.

Dès l’ouverture, la cliente s’est rendu à l’agence pour consulter son conseiller financier. Alors que la jeune femme se trouvait entre les deux portes de sécurité avec deux autres clients, une salariée en service lui demande de retirer son hijab. Elle a alors réitéré sa requête et attendit, en bloquant la deuxième porte de sécurité. La jeune femme ne céda pas à cette pression, et ressortit de la banque, direction le commissariat. Mais une fois l’injustice expliquée au commissariat, on lui répondit que son « visage devait être dégagé ».

La femme, se retourna alors vers un organisme, la COJEP International.  Aussitôt avertie, l’ONG contacte l’agence et invite les gens à une manifestation. Des représentants de la COJEP se sont donc rassemblés devant l’agence, ainsi que des membres de la communauté musulmane locale.

Communiqué du Crédit Mutuel

Suite à ce fâcheux incident, les responsables de l’agence Crédit Mutuel de Belfort ont transmis un communiqué à la presse afin de clarifier la situation.

La banque déclare qu’il s’agit d’une « erreur isolée ». La salariée de l’agence a mal interprété les consignes de sécurité en vigueur. Elle a estimé que la jeune musulmane devait ôter son voile afin d’être identifiable et visible. Pourtant, précisons-le, il ne s’agissait pas d’un voile qui dissimulait le visage.

Le communiqué précise également : «  Dans la mesure où nous exerçons une profession à risque, des consignes strictes doivent être respectées afin de protéger les personnes au sein des agences. L’accès serait ainsi refusé à quelqu’un qui porterait un casque de moto, une cagoule, ou tout élément empêchant son identification ».

Le communiqué rappelle également l’attachement de la banque au principe de respect de la diversité de ses clients, et ajoute qu’elle accueille  tout le monde « sans discrimination aucune ». Les responsables ont par ailleurs rencontré la musulmane concernée afin de s’entretenir avec elle sur les faits.

Enfin, les responsables concluent en exprimant leur regret sincère pour cet incident, et présentent leurs excuses à leur cliente, « sa famille, et à l’ensemble des personnes touchées par ce malentendu ». Le Crédit Mutuel n’a pas indiqué si la salarié avait été sanctionnée.

Ce malencontreux incident reflète néanmoins un climat tendu en France sur les questions relatives à l’islam, et sa visibilité dans l’espace public. Il révèle aussi une crainte, et des suspicions, notamment sur les musulmanes de par leur visibilité. Il inquiète et interpelle également de par la confusion de cette employée ne sachant distinguer un simple foulard sur les cheveux et un voile dissimulant le visage. Le matraquage médiatique et les propos des personnalités politiques sur l’islam alimentent sans cesse cette atmosphère d’islamophobie.

La jeune musulmane a exigé des excuses personnelles de l’employée, qui s’est dite tout de même « embêtée » par son erreur.

...

Lire la suite : Crédit Mutuel Belfort : une femme voilée, refoulée d’une agence

Liège : la contruction de la plus grande mosquée de Wallonie peut commencer

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Minaret d'une mosquée

C’est désormais officiel, la ville de Liège située dans la région Wallone de la Belgique accueillera la plus grande mosquée de Wallonie. Après quelques retouches faisant suite aux craintes des riverains, le permis d’urbanisme a finalement été accordé.

Située sur un terrain de 11 000m², le projet comprend deux salles de prières (hommes & femmes), une bibliothèque, une cafétéria ainsi que d’autres locaux (bureaux, salles de classe…). Elle pourra accueillir plus de 1000 fidèles.

Dans la première version du plan d’urbanisme, deux minarets de 30 mètres étaient prévus mais suite aux craintes des riverains, il a été décidé que la mosquée serait dotée d’un seul minaret de 18 mètres. Mehmet Aydogdu, conseiller communal liégeois a précisé que l’appel à la prière (al adhan) ne serait pas retransmit via des hauts parleur à l’extérieur de la mosquée mais qu’un système de lumière permettra d’annoncer l’heure de la prière.

La construction devrait débuter au printemps 2013 et s’achever en 2015 inchaAllah.

...

Lire la suite : Liège : la contruction de la plus grande mosquée de Wallonie peut commencer

François Fillon interpellé par des militants UMP musulmans

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le Premier ministre était de sortie, samedi, prenant un grand bol d’air populaire dans les Bouches-du-Rhône, à quelques encablures de Matignon et de ses intrigues tous azimuts, à l’approche d’un remaniement gouvernemental qui fera l’effet d’un petit coup de

Lire la suite : François Fillon interpellé par des militants UMP musulmans