Vous devez vous connecter.

en attente ...
×
S'enregistrer

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Annecy : un stand de livres sur l’islam interdit sur le marché et jugé prosélyte

A Annecy, un stand de livres sur l’islam a fait l’objet de plaintes de quelques locaux qui ne voyaient pas d’un bon oeil ce commerce. Après quelques mois de fonctionnement, le stand est interdit par la commune, et ce, pour « trouble à l’ordre public ».

Un stand de livres interdit pour « trouble à l’ordre public »

Mardi 19 juin, Issa Boulksibet se rend comme à son habitude au marché place des Romains à Annecy afin d’installer son stand. Ce jour-là, on lui annonce qu’il ne lui est désormais plus possible de l’installer pour sa vente de livres et supports audiovisuels sur l’islam. Cette annonce lui a été faite en présence de la police municipale.

Monsieur Boulksibet avait déjà eu des remarques à ce sujet, le commerçant s’était d’ailleurs rendu à la mairie afin de comprendre les motifs de cette sanction abusive. On lui a reproché le « trouble à l’ordre public », et le « prosélytisme » de son stand.

Une interdiction teintée d’islamophobie

Monsieur Boulksibet fut indigné de ces reproches infondés. Depuis trois mois, il avait pour habitude de vendre ses livres et DVD afin de satisfaire la demande de la communauté musulmane locale. Auparavant, les musulmans d’Annecy se rendaient jusque dans l’agglomération lyonnaise afin de s’approvisionner en livres, DVD, CD, etc.

Pourtant, le commerçant explique à un quotidien local qu’il vend des livres « édités en France, par des maisons d’éditions françaises. Rien d’illégal ou de contraire aux bonnes moeurs ». Des livres que l’on retrouve dans n’importe quel libraire musulmane travaillant sur les marchés, de Lille à Marseille.

Au cours de ses rendez-vous à la mairie, on lui explique que la « musique » et les chants qu’il diffuse dans son stand dérangent. Outre les chants diffusés, c’est  la forme du stand qu’on dénonce. Il est aménagé avec des bâches sur les côtés afin de protéger ses articles du vent et du soleil.

Le maire d’Annecy cité dans Le Dauphine ajoute : « Nous avons reçu des plaintes à ce sujet. Dans un souci de respect de la laïcité, de la lutte contre le prosélytisme et puisque le bruit est interdit, nous avons indiqué à ce vendeur qu’il ne pouvait plus s’installer sur le marché des Romains. D’autant que nous ne souhaitons pas voir de promotion ostentatoire religieuse ou même syndicale sur la place publique. »

On voit bien à travers cet exemple que lorsqu’il s’agit de proposer des livres basiques sur l’islam, crainte et hostilité sont de mises. Même lorsque leurs principaux clients sont des musulmans désireux d’apprendre davantage leur islam. Pourtant, les stands de livres musulmans dans les marchés sont répandus et ne semblaient pas poser problème. Jusqu’à aujourd’hui.

Dans un précédent affaire ayant eu lieu dans les Hauts-de-Seine, une vendeuse de livres avait également été accusée de prosélytisme, elle fut interdite de stand. La décision du maire provoqua l’indignation mais la commerçante lui tint tête. Soutenue par une association, et en vue d’absence de motif valable (la vente de livres ne créant pas de trouble à l’ordre public), elle put reprendre tranquillement son activité commerciale.

Souhaitons à Issa Boulksibet une fin similaire et n’oublions pas que ce genre de pratiques est souvent le fait d’une méconnaissance de la loi, tant des représentants de l’Etat qu’au sein de la communauté. Il est important qu’en cas de conflit nous ayons le réflexe de consulter des associations comme le CCIF qui s’emploie au quotidien pour lutter contre les discriminations que subit la communauté musulmane et apporter assistance et conseils juridiques.

...
Colors