Vous devez vous connecter.

en attente ...
×
S'enregistrer

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Yossi Alpher est un ancien officier israélien du Mossad.
Boston : Yossi Alpher est un ancien officier israélien du Mossad. Il est l’auteur d’un récent ouvrage dans lequel il a mis à nu, une stratégie israélienne visant le maintien sous pression, d’un certain nombre de pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient
Yossi Alpher: Israël a noué alliances chez les ‘amazighistes’, les maronites et les kurdes.
https://soundcloud.com/belfercenter/israels-quest-for-a-middle-east-identity-with-yossi-alpher-march-11-2015

En effet, Yossi Alpher a révélé dans son livre intitulé ‘Periphery: Israel's Search for Middle East Allies’, paru début 2015, aux éditions ‘Hardcover Books’ aux USA, qu’Israël avait depuis les années 60, mis au point une stratégie dite la ‘Doctrine des périphéries’, avec pour objectifs à long terme son dés-endiguement géopolitique. Consciente qu’elle n’est entourée que par des pays arabes qui lui sont hostiles, Israël, indique l’ancien officier du Mossad, avait opté pour le développement de ses relations avec des pays ceinturant le Moyen-Orient, comme le Maroc, la Grèce, la Turquie et l’Iran du Chah. Un autre volet de cette stratégie, concernait des groupes ethniques et confessionnels vivant au sein des pays arabes. Selon Yossi Alpher, Tel-Aviv avait travaillé à nouer alliances chez les mouvements amazighistes en Afrique du Nord (Maroc et Algérie), afin de maintenir ses pays sous pressions. De même fut avec les maronites aux Liban, les Kurdes en Irak et les sud-soudanais qui avaient finis par se séparer du Soudan. Dans son livre, Yossi Alpher a consacré un chapitre entier au Maroc. Il a considéré le royaume comme un pays clé dans cette stratégie israélienne des périphéries. L’ancien espion israélien a expliqué ainsi que très tôt, Israël aurait tout fait pour gagner la confiance du Maroc et gagner par la même sa collaboration, notamment en matière de renseignement. Cette relation, indique-t-il, aurait été particulièrement facilitée par la communauté des maroco-israéliens qui compte parmi les plus nombreuses en Israël. Le Maroc, conclut Yossi Alpher, a permis à Israël, de mieux comprendre ‘‘ce qui était en dynamique au sein du monde arabe’’. Yossi Alpher avait en mars dernier, été l’invité du ‘Belfer Center for Science and International Affairs’, un centre de recherche, relevant de la ‘John F. Kennedy School of Government’ de l’université de Harvard . Il y a donné présentation de son livre. L’officier israélien confirme implicitement les relations entre le porte-voix du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie, Ferhat Mehenni, avec les services de renseignement israéliens. Traînant déjà de lourds soupçons de connexion avec des officines de pays étrangers, depuis la création du MAK, puis du GPK (gouvernement provisoire kabyle), Ferhat Mehenni enchaînait des sorties publiques à travers lesquelles il affichait clairement sa proximité avec le lobby sioniste en France, et en prenant des positions favorables à la politique d’Israël dans la région. Sa visite à Tel-Aviv, en mai 2012, a été le couronnement logique d’un enrôlement, plus qu’un acte de provocation. Dans une interview accordée au quotidien israélienJerusalem Post, il a déclaré sa totale allégeance à Israël. «Les Kabyles ont toujours eu un peu de sympathie pour Israël», a-t-il affirmé. «Cette sympathie, argumente-t-il, s’est matérialisée par le soutien de la Kabylie à l’Etat israélien.» L’ancien chanteur atteste que «pendant la guerre de 1967, la Kabylie a applaudi la défaite des Arabes». Une contrevérité à laquelle les historiens n’hésiteront pas à répondre. Ferhat Mehenni ne s’arrête pas là. Il déclare que «lui et son peuple» continueront à poursuivre une «défiance vis-à-vis de la loi algérienne qui veut qu’Israël soit boycotté» et souligne qu’il «espère que les relations entre la Kabylie et Israël puissent être intensifiées». Dans une déclaration à la presse, parue cette semaine, le gourou du MAK dit ne pas regretter son action et qu’il n’hésiterait pas à retourner à Tel-Aviv «s’il le faut». Il justifie cette visite par sa volonté d’élargir son cercle de «soutiens» dans le monde. Ferhat Mehenni, dont les tentatives de couper la Kabylie du reste de l’Algérie sont vouées à l’échec, était allé chercher en Israël un soutien que lui avaient certainement suggéré les services secrets marocains, lesquels voient en lui le «pion» dont les idées séparatistes pourraient amener l’Algérie à réviser sa position sur l’affaire du Sahara Occidental.

Source : http://www.lemag.ma/Yossi-Alpher-Israel-a-noue-alliances-chez-les-amazighistes--les-maronites-et-les-kurdes_a90567.html

Alter Info l'Information Alternative
Colors