Vous devez vous connecter.

en attente ...
×
S'enregistrer

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Je ne parlerai pas aujourd’hui des fuites organisées sur le contenu du projet de la révision constitutionnelle, colportées par certains sites et les réseaux sociaux. Elles ne sont qu’un nouveau mensonge lancé par l’entourage du président en vue de gagner du temps, distraire les gens et détourner leurs regards de l’escroquerie que subit le peuple et de la tentative de couvrir la destruction des institutions de l’État. Je ne m’attarderai pas sur les détails de cette révision, parce que les Algériens n’attendent pas grand-chose de la nouvelle Constitution. Le problème de l’Algérie réside dans le non-respect de la Constitution par le président lui-même, dans le coup d’État perpétré contre le peuple et les institutions ainsi que dans la destruction continue des valeurs, de l’éthique et de l’économie nationale. Ce qui importe est cet avenir incertain, à cause de la régression de l’Algérie dans tous les domaines et l’incapacité du chef de l’État et de son entourage à édifier un État et à amener le progrès et la prospérité aux enfants du peuple.
Algérie: Il veut être « Rab Dzaïr » !
Le problème en Algérie devient plus grand que le projet de la révision de la Constitution qui ne verra pas le jour, puisqu’il ne fait pas consensus au sommet de l’État et n’a pas l’importance requise dans l’agenda du président et de son entourage. Le problème de l’Algérie est encore plus important que ces changements exhibitionnistes et folkloriques annoncés ici et là, ainsi que les mensonges distillés par l’entourage du président, selon lesquels Bouteflika pense à effectuer des changements profonds dans le but de résoudre les problèmes dont souffrent l’Algérie et les Algériens, d’édifier un État de droit et dépasser les écueils sur lesquels butte l’économie nationale. En somme, tout ce qu’il n’a pas réalisé durant 15 ans de pouvoir, au moment où le prix du pétrole dépassait les 100 dollars le baril !

Le frère cadet du président et son conseiller très spécial, qui veut être « Rab Dzaïr », sont à l’origine des fuites concernant les dernières décisions attribuées au président, sans qu’il n’y ait aucun communiqué officiel des services de la présidence faisant référence à la série de nominations et de limogeages opérée, à l’image de ce qui se fait dans les pays où les régimes se respectent. Cela s’est fait sans aucun respect pour ces hommes et ces institutions concernés par les changements, comme si ces décisions sont improvisées, prises en catimini et qu’elles ne concernent pas la République et ses institutions.

Le frère du chef de l’État faisait également croire à son entourage que les changements effectués récemment au niveau des différents corps de la sécurité et de l’armée sont la conséquence de leur incapacité à accomplir leur mission. Mais nous aurions aimé voir les mêmes décisions et la même rigueur dans le traitement des cas des responsables sur d’autres services de sécurité concernés par la défaillance et la négligence, notamment après l’attentat terroriste d’Ain Defla qui a coûté la vie à une dizaine de militaires. Nous aurions souhaité la même sévérité après la marche inédite organisée par des policiers vers le siège de la présidence. Comme nous aurions espéré voir le président et son entourage agir avec la même vigueur et prendre des mesures contre des responsables après les événements de Ghardaïa qui ont coûté la vie à des dizaines de citoyens innocents.

Nous souhaitions que Bouteflika limoge tous les vrais défaillants, y compris son frère conseiller qui fait l’objet de nombreuses suspicions, notamment le fait de provoquer le malaise du président, il y a quelques années. Comme il était soupçonné d’être, directement, à l’origine de la déstabilisation de l’armée, du blocage des institutions de la république et de l’humiliation des hommes. Il est également responsable de la pression enregistrée à tous les niveaux, des intimidations, des accusations de traîtrise et des menaces que subissent les hommes, ainsi que la destruction de l’économie nationale !

Ce qui se passe aujourd’hui, comme escroquerie et ruse, est le fait du frère cadet de président et de son entourage. Après avoir clos tous les dossiers de corruption dans lesquels il est impliqué, à l’image des scandales de Sonatrach, de Khalifa et de l’autoroute Est-ouest, avant de s’approprier le FLN et de semer la zizanie au sein de l’institution militaire, il entreprend maintenant la mise en œuvre de la feuille de route tracée par la France, alors que le président se soignait à Paris. Le rythme de l’application de cette feuille de route s’est accentué après la dernière décision du président Holland appelant à la nécessité de maintenir Bouteflika et sa caste au pouvoir, et parachever le 4e mandat afin de compléter la sale besogne. Celle-ci consiste à émietter le DRS, par vengeance, et son remplacement par une armée de taupes, d’opportunistes, de corrompus et des détenteurs de l’argent sale, en attendant de parachever le scénario portant sur la succession de Bouteflika qui ne devrait pas échapper à la caste qui a détourné l’Algérie.

Cette séquence n’a fait qu’amplifier la peur dans les milieux politiques, médiatiques et populaires. Ces derniers ont été noyés dans un océan de rumeurs et de prévisions évoquant la privation du général Toufik de ses prérogatives pour le pousser à la démission afin de se débarrasser de lui, ainsi que la désignation de Gaïd Salah en tant que ministre de la Défense avant sa mise à la retraite. Les rumeurs évoquent aussi de la nomination du commandant de la gendarmerie nationale, Ahmed Boustila au poste de chef d’État-major de l’ANP et son remplacement à la tête de la gendarmerie par le chef de la 2e région militaire, Saïd Bye. Tout cela n’est, en fait, que des ballons-sondes lacés pour connaître les réactions. Ce ne sont que de nouvelles tentatives de brouiller les cartes et de semer le doute au sein du peuple et des éléments de l’institution militaire, en vue de provoquer la confusion dans les milieux politiques et médiatiques en application d’un scénario voulu, visant à se venger de tout le monde et détruire ce qui tient encore debout de l’Algérie.

Le frère du président, qui tire les ficelles inconsciemment et sans mesurer les dangers de ce jeu sur l’avenir de la Nation, fait croire à travers son cercle restreint qu’il est « Rab Dzaïr ». À ce titre, il annonce son intention de nommer Amar Saâdani à la tête du Conseil de la nation en remplacement de Ben Salah, de désigner Abdessalam Bouchouareb au poste du Premier ministre à la place de Abdelmalek Sellal, et de limoger Ahmed Ouyahia de son poste de chef de cabinet de la présidence en vue de l’écarter de la course à la succession de Bouteflika. Il rassure, au même temps, certaines parties en leur affirmant que les jours de la ministre de l’éducation, Nouria Benghabrit, sont comptés et qu’elle sera sacrifiée pour montrer, à l’opinion, que le président veille à protéger la langue arabe et l’école algérienne.

Celui qui prétend être « Rab Dzaïr » planifie, en compagnie de ses proches, d’autres scénarios diaboliques pour prendre seul le pouvoir et garantir les intérêts de la France. Cela au moment où la société patauge dans une crise morale profonde et une crise économique aiguë en raison de l’augmentation du taux d’inflation, de la chute des prix du pétrole et de la dévaluation du dinar. Devant cette situation, le peuple a brillé par sa démission, par crainte et par cupidité. Les partis, les associations et les personnalités nationales, eux aussi, se sont éclipsés de la scène politique et médiatique laissant la place à la caste qui veut se venger du peuple et de l’État, ainsi qu’à ceux qui sont incapables de vivre en dehors du pouvoir et ceux pour qui l’avenir de la nation et des générations futures importe peu. D’où leur intention de les noyer dans le bourbier de la corruption, du gain facile, de la haine, de la rancune, de l’ignorance et du sous-développement.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Alter Info l'Information Alternative
Colors