Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Le FUS, en s’imposant à Rabat devant le WAF 2-1 et le Raja, qui étrillé la JSM 4-1 à Laâyoune ont relancé de plus belle la lutte au titre, en mettant la pression sur le MAT qui recevait hier l’OCS à Tétouan. Du coup, le vieux club de la capitale, a repris sa tête, et ce le temps de purger une journée loin d’être terminée. En effet, en plus de l’obligation de vaincre hier lundi du MAT, deux rencontres, MAS-CODM et WAC-HUSA, ont été reportées aux calendres grecques. Merci à qui ? A nos Fédéraux bien sûr, qui en ne communiquant pas les dates et en reportant, à la british des rencontres importantes au lundi, ont faussé, à trois journées de son dénouement,  le bon esprit de ce bon vieux championnat.
Qu’à cela ne tienne ! Ce que l’on peut retenir des cinq rencontres jouées en  cette 27ème journée, et mis à part le sauve-qui-peut réussi par quelques équipes, c’est l’impasse dans laquelle se sont retrouvées les formations du bas du classement. En succombant dimanche, elles ont dilapidé en plus du capital confiance qu’elles pensaient avoir grappillé, quelques précieux points qui risquent d’être déterminants lors du décompte final.
 La pensée, vous la devinez, va à la JSM, grande perdante de ce tour qui s’est fait abîmer le portrait (4-1) par une  jeunesse conduite par un vieux renard des surfaces, celle du Raja. Bouchaïb Lambarki, pour ne pas le nommer, a été, lors de cette promenade de santé, l’auteur d’un joli doublé tout comme, d’ailleurs, le jeune Hafid Abdelilah. Ali Mimouni, pour les Sahraouis, avait caressé l’espoir de revenir sur les Verts à 20’ de la fin, en vain car le finish du RCA aura été fatal à la JSM. Les Verts de ce fait, effacent la défaite subi au Complexe Mohammed V devant le MAT. Quant à la JSM, elle aura raté à travers ce revers une belle occasion de céder sa place de relégable au WAF battu à Rabat lui aussi par une équipe de tête. Statu quo donc en queue de classement.
A Rabat, justement, dans un Complexe Moulay Abdallah comme à l’accoutumée vide, le FUS ou plutôt, Brahim Bahri, a cueilli une victoire facile devant les Fassis du Wydad, pourtant loin d’être quelconques. A la dixième minute, Bahri ouvrait le score sur un heading. Benjy (Benjelloun) rétablissait l’équilibre sur un joli tir, mais c’était sans compter sur le héros du jour qui obtenait astucieusement un penalty sur une énorme bévue du keeper fassi  qui, soit-dit en passant, a été nouvellement appelé en sélection locale- que transformait à contre-pied l’autre international fussiste,  Abdelfattah Boukhriss.
Cette victoire permet au FUS de reprendre son fauteuil de leader pour un soir, voire plus en cas d’un faux pas, du MAT face à l’OCS. Le WAF par contre n’en décolle pas et reste à portée de l’IZK la lanterne rouge, qui n’ a pu mieux faire qu’un nul blanc à Khouribga et de la JSM à deux longueurs seulement. Le HUSA lui aussi à deux points de la zone de relégation s’en voit être lésé, en dépit d’un match en retard à jouer le 9 mai face au WAC à Casablanca. Toujours est-il que les quatre formations que sont le HUSA, le WAF, la JSM et l’IZK devront lutter à mort  dans leur désir d’échapper à la seconde division et chaque rencontre restante en devient un match barrage que l’on aurait pu volontiers éviter sans quelques cuisses de poulet de trop,  de capricieuse grogne contre la programmation à 13 heures, de tapis verts stupides et autres considérations extra-sportives.
...

Le président de la Banque centrale européenne, l'Italien Mario Draghi, tire la sonnette  d'alarme. Il n'est guère optimiste quant à la sortie prochaine de la zone Euro de la tourmente financière. Pour Draghi, la crise qui frappe la région se poursuivra pour un certain temps encore. Alors que l'on suivait de près le développement  de la situation financière et économique en Italie et en Espagne de crainte que la crise des dettes souveraines ne les atteigne à l'instar de la Grèce, l'Irlande et le Portugal, les Pays-Bas sont apparus au tableau au moment où l'on ne s'attendait pas. Si le Parlement hollandais décide de passer outre les directives des instances de Bruxelles qui fixent le déficit budgétaire à 3% pour l'année prochaine, c'est la crise ouverte qui obligerait le gouvernement hollandais à s'acquitter d'une importante pénalité estimée à plus d'un milliard d'euros.
L'Espagne qui a choisi l'austérité pour surmonter sa crise financière n'est pas sortie de l'auberge. Elle s'y enfonce encore plus de jour en jour. L'Agence américaine d'évaluation financière Standard&Poors a abaissé de deux crans la note de solvabilité financière de l'Espagne. Le ministre espagnole des Affaires étrangères vient de reconnaître que son pays est dans une crise de proportions immenses. D'ailleurs, l'Espagne a vu son taux de chômage grimper encore, atteignant le quart de la population active.
On comprend alors la montée du ressentiment, voire la colère de la population espagnole d'autant que l'austérité prônée par le gouvernement de droite au pouvoir a touché des secteurs comme la santé et l'éducation. Ce qui va à l'encontre des promesses électorales faites par le Premier ministre Rajoy.
Pour essayer de conjurer la montée de la crise financière, une réunion tripartite entre la Délégation européenne, le Parlement européen et le Conseil européen se tiendra au mois de mai pour débattre du projet de budget à soumettre aux pays concernés avant son adoption en novembre prochain.
En attendant, le président de la Banque centrale européenne affirme que l'envolée des prix des matières premières menace la stabilité économique.
Aussi, Mario Draghi laisse entendre que son institution pourrait apporter son soutien direct aux pays européens qui souffrent de difficultés financières.
La déclaration du président de la Banque centrale européenne intervient au moment où la controverse bat son plein en Europe sur la manière d'exécuter l'accord sur la discipline budgétaire décidé par le dernier sommet européen. Cette décision draconienne dont le défenseur est la chancelière allemande Angela Merkel et son allié le président français actuel, Nicolas Sarkozy qui en a même fait un principal thème de sa campagne électorale, est aujourd'hui remise en cause. Mario Draghi, a lui-même  revu sa copie et se dit pour la croissance au lieu d'une austérité et d'une rigueur prônées.
...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages