Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Entre les Fédérations marocaine et algérienne d’escrime, l’heure est au «je t’aime moi non plus». A l’issue du récent Championnat d’Afrique de cette discipline, disputé à Casablanca, qualificatif pour les Jeux olympiques d’été de Londres, les patrons de ces deux instances ne sont pas allés de main molle dans leurs critiques et répliques.
Au sujet du séjour, le président de la Fédération algérienne, Raouf Bernaoui, a été surpris que la délégation qu’il conduit soit logée au Centre sportif de Bourgogne. Arguant que «les autres équipes participantes ont élu domicile dans des établissements hôteliers, ce qui n’était pas le cas pour les sélections algérienne et sénégalaise ». Et d’ajouter que « de bonnes relations unissent les instances fédérales marocaine et algérienne. D’autant plus que dans le cadre de notre coopération, les frais de séjour de l’équipe marocaine à Alger incombent à la Fédération algérienne et vice-versa ».
Sur ce point, le président de la Fédération Royale marocaine d’escrime, Youssef Fathi, a tenu à préciser ce que stipule l’accord entre les deux Fédérations, celle du Sénégal aussi, à propos du séjour des équipes nationales au Maroc et en Algérie. Et de rappeler qu’ « au mois de décembre dernier, Alger avait abrité et le Championnat d’Afrique et le Championnat arabe d’escrime. Pour la première manifestation, le contingent national était composé de 12 membres, alors que pour la seconde, la délégation marocaine comptait 13 personnes. En tout, nous étions 25 personnes qui furent logées dans un centre de la gendarmerie loin d’Alger de 48 kilomètres. Seul le chef de la délégation avait droit à une chambre d’hôtel. Le Championnat d’Afrique qualificatif aux JO étant au Maroc, nous avons opté pour le principe de réciprocité. Sachant que pour ce seul tournoi, la délégation algérienne était composée de 33 personnes, alors que dans une manifestation d’escrime, une délégation ne peut dépasser 24 membres. Les sportifs algériens ont été logés au Complexe de Bourgogne tout comme d’ailleurs leurs homologues marocains et sénégalais. Quant au chef de la délégation, nous avons mis à sa disposition deux chambres d’hôtel en plus d’une voiture».
Concernant la question de la cérémonie protocolaire de remise des médailles, M.Barnaoui, ancien tireur de haut niveau ayant représenté les couleurs de son pays aux Olympiades d’Atlanta et d’Athènes, n’a pas apprécié le traitement réservé au consul d’Algérie au Maroc. Il a affirmé à ce propos que « le consul d’Algérie était la seule personnalité officielle à être présente au cours de la remise des médailles. En dépit de cette présence remarquée, le Comité d’organisation n’a pas invité le consul à prendre part à la cérémonie ».
Sur ce point aussi, M.Fathi a eu recours au principe de réciprocité. Faisant savoir que « lors du Championnat d’Afrique qui s’était déroulé à Alger, l’ambassadeur du Maroc en Algérie, présent à cette manifestation, n’a pas été invité à remettre les médailles aux lauréats de cette édition continentale».  Le président de la Fédération Royale marocaine d’escrime a tenu à faire la part des choses en rappelant que suivant le cahier des charges, l’organisation de la cérémonie protocolaire, autrement dit les personnes devant remettre médailles et trophées, incombe à la Confédération africaine d’escrime et non pas à la Fédération du pays organisateur ».
Le troisième point de discorde est relatif à la prochaine assemblée générale de la Confédération africaine d’escrime prévue en juin prochain à Dakar. Pour Raouf Bernaoui, c’est une question de petits calculs du fait que « le Maroc soutient la candidature du Sénégalais Mbanik Ndiake à un nouveau mandat à la tête de l’instance africaine. Alors que celle-ci, sans qu’elle tienne une assemblée, a remplacé son secrétaire général, le Marocain Noureddine Dahou, par l’Egyptien Oussama Riad ».  Sachant que l’Algérie, via M.Bernaoui, est candidate  à la présidence de la Confédération africaine d’escrime.
Répondant aux dires de Raouf Bernaoui, Youssef Fathi a signalé que c’est à la Confédération africaine d’apporter des explications quant à l’éloignement de M.Dahou, ex-président de la Fédération Royale marocaine d’escrime, du poste de secrétaire général. Alors que pour ce qui est de la prochaine assemblée de la Confédération africaine, M.Fathi s’est montré des plus claires, réitérant que la Fédération marocaine soutiendra la candidature sénégalaise, du moment qu’il s’agit d’une question d’intérêts, ce qui est tout à fait normal. Il a rappelé que « l’escrime nationale a beaucoup gagné avec le président sénégalais sortant, contrairement à la décade précédente où la Confédération africaine était dirigée par l’Algérien Benaâmar qui s’est contenté de servir son pays et l’Egypte ».
A signaler en dernier lieu que ce Championnat d’Afrique a vu la qualification de six tireurs qui représenteront le continent aux prochains JO : deux Algériennes, autant d’Egyptiens et de Marocains, en l’occurrence Ali Houcine (Xavier) et Abdelkarim El Houari.
...

Artiste polyvalent, Hassan Mégri ne
se contente pas du champ de la
création. Il déploie de grands efforts pour promouvoir
la chanson et la musique marocaines. Compositeur,
chanteur,
calligraphe, artiste peintre … l'aîné des Mégri et leur
inspirateur s’emploie à produire une musique
de qualité. Dans
cet entretien,
il nous explique toutes les facettes
du prix « Ziryab
des viirtuoses».  
 

Libé : Que signifie pour vous ce prix ?

Hassan Mégri : Le  Prix « Ziryab  des virtuoses», à l'instar du «Rabab d’or» , du «Farabi» ou de la « Fibule d’or », tous parrainés par le C.I.M/Unesco (Conseil international de la musique) et décernés par le Comité national de la musique du Maroc , est une reconnaissance honorifique de portée internationale. Et donc, cette consécration joue un rôle promotionnel prépondérant, voire vital pour la musique de notre pays.  Elle devrait à coup sûr encourager et améliorer la créativité au Maghreb et dans le monde arabe, afin de permettre à nos artistes  virtuoses d'évoluer pleinement avec force et performance, sur les  grandes scènes dans le monde, avec une vision universelle.  

Pourquoi le choix de Rachid Zeroual ?  

Naturellement le Prix «Ziryab des virtuoses» a ses propres critères que notre commission de sélection, présidée par Abdelwahab Doukkali, prend en considération pour choisir à juste titre, le Virtuose de l'année. Or, Rachid Zeroual répond tout à fait aux principes fondamentaux et aux qualités référentielles qui lui donnent le privilège de recevoir ce Trophée international que le C.I.M/ UNESCO reconnaît et encourage pour l'épanouissement des cultures musicales du monde. Certes,  Rachid Zeroual est un virtuose rarissime maîtrisant le Ney et  puisant ses sources dans plusieurs creusets de créativité  allant de la mélodie maghrébine et orientale aux mélodies envoûtantes  du pays du Soleil Levant avec une percée dans l'univers des musiques ensorcelantes hindoues. De réputation internationale, Rachid Zeroual a interprété ses œuvres auprès de grands virtuoses de renom,  entre autres, Archi Sheep, Jean-Michel Jarre et Mohammed Abdou, créant ainsi des fusions exceptionnelles qui ont marqué son palmarès et sa carrière artistique riche en prestations au niveau des Festivals internationaux tels «Jazs des Oudayas»  ou «l'International meeting ney d'Istanbul» . Toutefois, «Le souffle de l'âme», qui a mûri pendant cinq longues années, reste  l'œuvre immortelle de ce concertiste aux multiples talents qui réunit la composition et la virtuosité.

Votre apport au champ musical national est-il soutenu?

Le  Comité national de la musique est membre du Conseil international de la musique (Maison de l'Unesco) de Papis, et ce depuis sa fondation en 2000. Donc, il est clair que notre apport combien important et nécessaire sur le plan de l'action artistique et culturel est quasiment soutenu par cet organisme international. Une lettre de recommandation a été adressée aux ex-ministres de la Culture leur rappelant que le C .N.M est le seul organisme ayant le droit de représenter le C.I.M/Unesco auprès du Royaume chérifien du Maroc. Ainsi, cette crédibilité nous a permis de signer des conventions avec le ministère de la Culture, le «Festival voix de femmes», le Théâtre national Mohammed V pour consacrer les Stars du monde arabe et les grands virtuoses de renommée internationale.  

Quels sont les impératifs à même de contribuer à la promotion de la musique ?

Pour qu'il y ait une promotion du secteur musical, il nous faut d'abord une production de qualité à hauteur de nos aspirations qui sont en premier lieu, celles des artistes ; ceux-là mêmes qui sont conscients des faiblesses de notre infrastructure concernant tout particulièrement le domaine de la musique et de son volet culturel. Quant aux impératifs qui s'imposent dans l'immédiat, je pense  que M. Mohamed Amine Sbihi a de très bonnes intentions pour remédier à cette situation dont les solutions relèvent de notre nouveau gouvernement. Il faut croire que le signal d'alarme a été bien entendu cette fois-ci. Espérons que l'artiste marocain retrouvera ses lettres de noblesse et son âge d'or.  S'agissant du Comité national de la musique, je vous signale que notre mission a déjà commencé par les consécrations de haut niveau qui consistent à rehausser notre culture musicale en rendant hommage à nos vraies valeurs artistiques et culturelles.
...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages