Mon compte

La connexion est en cours ...
×
Inscription

Articles

Maroc

Le film “Gravity”, avec George Clooney, ouvrira le Festival de Venise

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
"Gravity", un film du Mexicain Alfonso Cuaron avec George Clooney et Sandra Bullock, fera l'ouverture du 70e Festival de Venise, qui se tiendra du 28 août au 7 septembre, ont annoncé mercredi les organisateurs de la Mostra dans un communiqué.
Le film d'Alfonso Cuaron, présenté comme "l'un des réalisateurs les plus appréciés de sa génération", sera projeté en 3D le 28 août dans la grande salle du palais du cinéma sur le Lido de Venise.
C'est le réalisateur italien Bernardo Bertolucci qui présidera le jury de cette 70ème édition de la Mostra de Venise.
...

Lire la suite : Le film “Gravity”, avec George Clooney, ouvrira le Festival de Venise

Japon: près d’un demi-siècle dans le couloir de la mort

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
En 1966, Iwao Hakamada avait 30 ans. La Guerre froide battait son plein, Star Trek n’en était qu’à ses débuts et les premières télés couleurs sortaient au Japon. Et depuis tout ce temps-là, Iwao compte les années, les décennies, dans le couloir de la mort à la prison de Tokyo.
Cet ancien employé d’une usine de soja, qui fut aussi un temps boxeur professionnel, a été condamné en 1968 à la peine de mort pour un quadruple meurtre qu’il nie: celui de son patron, de la femme de ce dernier et de leurs deux enfants.
A 77 ans, il est probablement le détenu qui a passé le plus d’années dans l’antichambre de la mort, dans l’attente d’une pendaison dont de toute façon on ne sait jamais la date: Au Japon les condamnés sont prévenus juste quelques instants avant. La famille, souvent après.
“Ce qui me préoccupe le plus c’est sa santé. Si vous enfermez quelqu’un pendant 47 ans, il ne faut pas s’attendre à ce qu’il garde toute sa tête”, raconte à l’AFP Hideko, la soeur d’Iwao.
Abritée sous son parapluie qui la protège d’un crachin déprimant, elle attend devant la muraille d’enceinte de la prison. Car à 80 ans, elle s’obstine à venir tous les mois à la prison pour tenter de rendre visite à son petit frère mais “il perd la boule et refuse de me voir”. Elle ne l’a pas vu depuis deux ans.
“Avant, quand je lui disais +ça va?+, au moins il me répondait. Juste +oui+, mais moi ça me suffisait. Je voulais juste entendre ce mot”.
Il y a actuellement 134 détenus en attente d’exécution au Japon. Ils sont à l’isolement, sans pratiquement de contacts avec les autres prisonniers. Quelques séances d’exercice par semaine, pas de télévision, quelques livres et très peu de visites, et encore étroitement surveillées.
“Tout est trop secret ici”, affirme Roseann Rife, la responsable d’Amnesty International pour l’Asie de l’Est.
“Il faut que les gens sachent ce qui se passe au Japon, qu’ils comprennent à quel point le système est cruel, ça ferait changer les choses”, témoigne de son côté Sachie Monma, venue soutenir le vieux condamné devant la prison.
Les abolitionnistes sont en tout cas bien seuls dans leur combat sur l’archipel: les uns après les autres les sondages d’opinion confirment un très large soutien des Japonais à la peine capitale, un sujet qui ne fait que très rarement l’objet d’un débat politique.
En poste depuis décembre, le ministre de la Justice Sadakazu Tanigaki a d’ailleurs répété en plusieurs occasions qu’il n’avait aucunement l’intention d’ouvrir ce dossier, et ce malgré les protestations à l’étranger, notamment en Europe après chaque exécution annoncée.
Mais voilà que la science s’est invitée dernièrement au débat: des nouveaux tests ADN sembleraient prouver que le vieux Iwa serait innocent du quadruple meurtre.
Son comité de soutien, mais aussi l’association du barreau japonais, réclament du coup une révision du procès de 1968 qui l’avait condamné à mort. Mais le ministère public n’y semble pas résolu, estimant que ces tests ADN ne sont pas probants.
Même l’un des juges qui avaient prononcé la peine capitale dit aujourd’hui qu’il n’avait jamais été convaincu de la culpabilité d’Hakamada mais qu’il n’avait pu “retourner” le vote de ses collègues.
Du fond de sa cellule, Hakamada n’a cessé de clamer son innocence, même si dans un premier temps il avait avoué avant de se rétracter en dénonçant un interrogatoire policier musclé. Cela n’avait pas suffi à la Cour suprême qui avait confirmé la sentence en 1980.
Il est vrai qu’au Japon, on connaît plus la culpabilité que la relaxe: 99% de ceux qui sont poursuivis devant les tribunaux sont condamnés.
“Je suis certaine que mon frère n’a pas fait ça. Mais dès que la police vous suspecte, vous êtes cuit”, affirme Hideko.
Même si passer des années dans le couloir de la mort n’est pas rare au Japon, certains se demandent tout de même si l’exceptionnelle “longévité” d’Hakamada ne tiendrait pas justement au fait que, compte tenu de doutes sur sa culpabilité, aucun ministre n’a encore osé signer le papier qui l’enverra à la potence.
“Chaque fois que j’entends aux infos qu’il y a eu une exécution, je frémis. Je me demande si c’est pas Iwao”, dit la vieille Hideko qui s’éloigne de la prison en trottinant sous son parapluie rose. Comme l’espoir.
Le mois prochain, elle sera là.
...

Lire la suite : Japon: près d’un demi-siècle dans le couloir de la mort

Le poète et parolier Ahmed Lamsayeh “Les mots ne sont rien qu’une profondeur à exploiter”

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Au Festival Tamawayt d’Ouarzazate, le public
a été émerveillé par son verbe magique. Ahmed Lamsayeh tenait à faire
 prévaloir les profondeurs du lexème, le faisant
sortir de son état brut
et presque insignifiant.
A Ouarzazate, “Libé”
l’a rencontré pour vous.
Entretien.


Libé: Qu’est-ce qui distingue votre participation au Festival Tamawayt à Ouarzazate?

Ahmed Lamsayeh : C’est la deuxième  fois que je participe au Festival Tamwayt, et je considère que ma contribution est une sorte de soutien à l’Association Anfass qui lutte avec des moyens limités, pour organiser un festival de cette ampleur. J’aime bien, en effet, ce mariage de la musique et la poésie que les organisateurs essayent de consacrer depuis déjà 7 ans. Il faut souligner que le volet musical de la programmation contredit tout ce que les médias publics galvaudent de manière permanente. On cherche ainsi à mettre l’accent sur cette musique qui se joue à l’ombre des lumières artificielles. Il faut également se féliciter d’un autre phénomène, à savoir que dans la même soirée, l’on a assisté à une variété de genres et de langues.

Considérez-vous que le verbe des rappeurs fait partie de ce genre poétique ?

Le rap était un genre musical provocateur envers le système et la société qui lui ont donné naissance. Il s’inscrit dans le cadre d’une vision intellectuelle et culturelle. Chaque génération crée sa propre musique, ses propres paroles, le nôtre est exprimé par l’expérience Ghiwane. Je ne veux surtout pas donner des jugements de valeurs, mais chaque genre a sa particularité.

Qu’en est-il de notre dialecte marocain ?

La difficulté de l’écriture du zajal est que la poésie repose sur la métaphore et l’image poétique, et la langue dialectale est pleine de métaphores et d’images fortes. Et si l’on ne le façonne pas dans notre esprit et à travers notre création, on va dire et reproduire simplement ce qui se dit dans la rue et n’entendre ainsi que l’écho d’une langue quotidienne sans images poétiques. Le parolier est un créateur de mots et un concepteur d’une œuvre. Ceux ayant choisi cette voie créative manifestent leur singularité et s’intègrent dans un horizon moderne de l’écriture.
...

Lire la suite : Le poète et parolier Ahmed Lamsayeh “Les mots ne sont rien qu’une profondeur à exploiter”

L’armée appelle à l'unité en Egypte et à œuvrer pour la réconciliation nationale

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
L'armée égyptienne a appelé à l'unité en Egypte après un coup d'Etat militaire contre le président Mohamed Morsi et l'arrestation de plusieurs dirigeants des Frères musulmans dont il est issu, tandis qu'au Sinaï, une attaque de militants islamistes vendredi contre des postes de police et militaire a fait un mort et deux blessés parmi les soldats.
Alors que s'annoncait une journée de manifestations à l'appel des islamistes, le coup de force de l'armée ouvre la voie à une délicate transition dans le plus peuplé des pays arabes, où les militaires avaient déjà pris durant 16 mois les rênes du pouvoir à l'issue de la révolte qui avait renversé Hosni Moubarak.
Si aucune capitale n'a qualifié de "coup d'Etat" la suspension de la Constitution et la nomination d'un président intérimaire par l'armée, Washington a demandé aux nouvelles autorités de ne pas procéder à des "arrestations arbitraires" après un vaste coup de filet contre les plus hauts dirigeants des Frères musulmans.
Morsi, premier président élu démocratiquement du pays, et sa garde rapprochée sont détenus par l'armée. Le Guide suprême de la confrérie Mohamed Badie a été arrêté pour "incitation au meurtre de manifestants", son numéro 2 Khairat al-Chater est sous le coup d'un mandat d'arrêt et le chef du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), vitrine politique du mouvement islamiste, Saad El-Katatni a également été arrêté.
Un haut responsable de l'armée a confirmé la détention "de façon préventive" de Morsi, laissant entendre qu'il pourrait être poursuivi, alors que la justice le convoque lundi à un interrogatoire pour "insulte à l'institution judiciaire". Les Frères musulmans ont réagi en dénonçant un "Etat policier", et les islamistes ont appelé à manifester en masse et "pacifiquement" vendredi, faisant craindre un nouveau bras de fer.
Des affrontements entre pro et anti-Morsi ont fait jeudi des dizaines de blessés dans le delta du Nil, après plus d'une semaine de mobilisation émaillée de violences ayant fait une cinquantaine de morts.
Au Sinaï, un soldat égyptien a été tué et deux autres ont été blessés dans une attaque coordonnée de militants islamistes à la roquette et à la mitrailleuse sur des postes de police et militaire, a-t-on indiqué de source médicale et sécuritaire.
Le ministère de l'Intérieur a averti qu'il répondrait "fermement" aux troubles et des blindés ont été déployés au Caire, notamment aux abords des rassemblements pro-Morsi. L'armée a appelé à rejeter la "vengeance" et à oeuvrer pour "la réconciliation nationale" après le coup d'Etat qui a mis fin mercredi à un an de pouvoir islamiste, accusé par ses détracteurs de vouloir instaurer un régime autoritaire à son profit.
Lançant une période de transition dont la durée n'a pas été précisée, Adly Mansour, président de la Haute Cour constitutionnelle, a prêté serment jeudi matin comme président intérimaire, promettant de "protéger le système républicain" et d'être le "garant des intérêts du peuple".
La feuille de route sur la transition politique, rédigée par l'armée puis négociée avec l'opposition et les principaux dignitaires religieux musulmans et chrétiens du pays, prévoit un gouvernement "doté des pleins pouvoirs". Les consultations pour sa formation ont commencé, selon l'opposant Amr Moussa.
AFP
Berlin a dénoncé "un échec majeur pour la démocratie en Egypte", tandis que les appels à former "un gouvernement civil le plus vite possible" et à "retourner à un ordre constitutionnel" se multipliaient.
Mansour a reçu des félicitations de plusieurs dirigeants arabes dont l'Arabie Saoudite, mais la Turquie a jugé antidémocratique le renversement de M. Morsi.
Alors que la place Tahrir en liesse à la destitution du président rappelait la chute début 2011 de Hosni Moubarak chassé lors du Printemps arabe lancé en Tunisie, le président tunisien Moncef Marzouki, dont le pays est dirigé par un gouvernement islamiste, a estimé qu'il n'y avait pas de risque de contagion.
Les événements se sont précipités depuis des manifestations sans précédent dimanche, émaillées de violences meurtrières, contre M. Morsi.
Après l'expiration d'un ultimatum de 48 heures lancé lundi par l'armée, et face à la persistance du président à rester au pouvoir, c'est son ministre de la Défense et chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Sissi, nouvel homme fort du pays, qui a annoncé sa mise à l'écart.
Les forces de sécurité l'ont ensuite arrêté et emmené au siège du ministère de la Défense, après la diffusion d'un enregistrement vidéo dans lequel M. Morsi s'est redit "le président élu d'Egypte".
 Morsi était accusé de tous les maux du pays -administrations corrompues, dysfonctionnements économiques, tensions confessionnelles- par ses adversaires qui voyaient en lui un apparatchik islamiste inexpérimenté, cherchant à placer ses partisans dans tous les rouages du pays.
Ses partisans, eux, soulignent que ces problèmes existaient avant son arrivée.
...

Lire la suite : L’armée appelle à l'unité en Egypte et à œuvrer pour la réconciliation nationale

Le tourisme se réconcilie timidement avec les bons résultats

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Après avoir fait du surplace pendant l’exercice 2012, caractérisé par un maintien de la fréquentation en termes d’arrivées touristiques et une stagnation des recettes générées par l’activité touristique au même niveau que 2011, le tourisme national semble reprendre avec la rentabilité.
Selon les statistiques de l’Observatoire du tourisme (OT) relatives au mois de mai, l’amélioration des arrivées et des nuitées s’est traduite par une augmentation des recettes touristiques de l’ordre de 3%.
En effet, selon les chiffres rendus publics par l’OT, le nombre de touristes étrangers en visite au Maroc s’est légèrement redressé, affichant une progression de 3% à fin mai 2013 par rapport à la même période une année auparavant (4% pour les TES et 1% pour les MRE).
Une performance qui résulte du fait que la plupart des marchés émetteurs du Royaume ont enregistré des résultats positifs. Le nombre de touristes en provenance d’Allemagne, du Royaume-Uni, de l’Italie et des Etats-Unis a enregistré des hausses respectives de +7%, +10%, +8% et +11%. Par ailleurs, les marchés russe et tchèque ont poursuivi leur forte progression avec respectivement 106% et  63%. Cependant, les arrivées en provenance de la France et de l’Espagne se sont stabilisées à fin mai 2013.
Cette reprise des arrivées s’est reflétée sur les  nuitées réalisées durant les cinq premiers mois de 2013 dans les établissements d’hébergement touristique classés. Ces dernières ont enregistré une hausse de 10% par rapport à la même période de 2012, attribuée à l’augmentation de 12% du nombre des touristes non‐résidents et de 6% de ceux résidents.
Sur ce volet, les deux pôles touristiques, à savoir Marrakech et Agadir continuent de s’accaparer la part du lion des nuitées. A eux seuls, ils cumulent 60% des nuitées. En termes de performances, ils ont enregistré des hausses respectives de 11% et 12%.
Quant aux autres villes, elles ont également enregistré de bons résultats : Casablanca (+6%), Tanger (+4%), Fès (+18%) et Essaouira-Mogador (+30%).
Par ailleurs, le taux d’occupation durant les cinq premiers mois de 2013 s’est amélioré de trois points par rapport à la même période de l’année précédente. Avec ces résultats, à fin mai, les recettes de voyages ont connu une augmentation de 3%, selon les chiffres de l’Office des changes. Durant les cinq premiers mois de 2013, l’activité touristique des non-résidents au Maroc a généré 21,2 milliards de dirhams, soit une progression de +3% par rapport à la même période de l’année écoulée.
A signaler que ce sont les performances du mois de mai qui ont tiré vers le haut les performances des cinq premiers mois. En ce qui concerne ce mois, les données communiquées par la Direction générale de la sûreté nationale, font état d’une hausse de 9% du volume des arrivées de touristes aux postes frontières par rapport à celui de 2012.
A l’exception de l’Espagne, les autres principaux marchés émetteurs ont connu des résultats positifs en ce mois de mai 2013 : les arrivées de la France, de l’Allemagne, du Royaume-Uni et de l’Italie ont augmenté respectivement de 9%, 27%, 18% et 12%.
Parallèlement, selon les données des professionnels de l’hébergement touristique, les nuitées dans les établissements classés ont augmenté de +16% en mai 2013 par rapport au même mois en 2012 (+19% pour les touristes non‐résidents et +7% pour les résidents).
...

Lire la suite : Le tourisme se réconcilie timidement avec les bons résultats