Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
SM le Roi Mohammed VI a affirmé dans un message, adressé lundi, aux participants au Forum transatlantique du leadership 2013, organisé à Marrakech par la Fondation des législateurs des Etats américains, que le Maroc a fait un choix “irréversible” pour raffermir les piliers d’un modèle maroco-marocain en matière de gouvernance locale, ayant pour fondements la liberté, la citoyenneté, la participation, la promotion du développement social et économique durable et la libération des énergies créatrices des forces vives de la nation.
Dans ce message, dont lecture a été donnée par M. Karim Ghellab, président de la Chambre des représentants, le Souverain a souligné que cette démarche du Royaume s’inscrit dans le cadre d’un “Maroc moderne, attaché à son unité nationale, à son intégrité territoriale, et à la préservation de son identité authentique, unie par la fusion de ses composantes arabo-islamique, amazighe et saharo-hassanie, une identité riche par ses affluents africain, andalou, hébraïque méditerranéen”, tel que stipulé par la nouvelle Constitution du Royaume.
SM le Roi s’est félicité de l’importance et de la pertinence du thème choisi pour cette rencontre : La démocratie locale et le modèle marocain dans son environnement régional , un thème qui s’inscrit parmi les préoccupations des membres de la délégation américaine de haut niveau, mais qui est également en phase avec les réformes profondes engagées par le Royaume pour consolider la pratique démocratique aux niveaux national et local (…)
Le Maroc, a fait savoir SM le Roi, ne considère pas le choix de la démocratie locale comme une “simple déclaration d’intention”, mais une option devenue une réalité constitutionnelle tangible, illustrée par les principes énoncés dans la nouvelle Constitution, faisant de la régionalisation avancée le fondement de l’organisation territoriale du Royaume. Le Souverain a noté que la régionalisation avancée repose sur la consolidation des fondements de la démocratie territoriale, participative et citoyenne, le renforcement du socle culturel, social et historique propre aux différentes régions du Maroc et la promotion de leurs spécificités régionales et locales respectives, relevant que cette dynamique est menée dans le cadre du Maroc unifié des régions avec un but ultime, celui de réaliser un développement équilibré et de réduire les disparités entre les différentes régions.
SM le Roi a souligné à ce propos que le Maroc est déterminé à assurer une mise en œuvre pleine et entière de ces principes, “de sorte que la régionalisation avancée s’étende à toutes les régions du Royaume avec, au premier chef, les provinces du Sahara marocain”. A cet égard, a insisté le Souverain, “Nous ne manquerons pas de réaffirmer notre attachement au processus onusien pour le règlement du conflit régional artificiel autour du Sahara marocain, sur la base de notre initiative audacieuse d’autonomie, dans le cadre de la souveraineté, de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale du Royaume”.
...

A Kaboul, l'élite enrichie sur les cendres de la guerre affiche volontiers ses palais de marbre, ses 4X4 aux vitres teintées et ses gardes surarmés. Pas suffisant pour un homme d'affaires local, qui s'est acheté... un lionceau et l'a installé sur sa terrasse au milieu de la ville.
Mohammad Shafiq, un entrepreneur de 42 ans qui a fait fortune dans la construction ces dernières années, est très fier de son félin de six mois.
En cette chaude après-midi de printemps, le jeune lion profite du soleil, paisiblement allongé sur ce toit d'immeuble d'un quartier résidentiel de la capitale afghane. Mohammad ne s'en lasse pas. "J'adore le regarder", dit-il.
"Un ami m'a dit qu'il avait un lion à Kandahar (dans le sud afghan, ndlr) et qu'il voulait me le vendre. Il savait que j'aimais les chiens et les oiseaux, mais ça, ça dépassait toutes mes attentes!", raconte-t-il.
"J'avais déjà vu des lions à la télévision et au zoo, mais jamais de si près. Alors, sans hésiter une seconde, j'ai dit que j'étais prêt à l'acheter. Pour moi, les lions sont courageux, je les respecte. Et c'était fantastique de savoir que je pouvais en acheter un", raconte-t-il.
La chute des talibans en 2001 a provoqué l'afflux de dizaines de milliards de dollars en Afghanistan. Certains Afghans en ont profité et mènent aujourd'hui grand train aux yeux de tous, dans un pays toujours en guerre et qui compte parmi les plus pauvres de la planète.
Le lionceau, qui a aujourd'hui six mois, n'en avait que quatre lors de l'achat, croit savoir Mohammad, qui a ces dernières années remporté de juteux contrat auprès de généreux donateurs, dont l'ambassade américaine.
"Au total, ça m'a coûté 20.000 dollars, en incluant le transport par route entre Kandahar et Kaboul", dit-il, sans préciser dans quelles conditions le petit lion a pu être transporté sur cette axe de 480 km réputé pour ses embuscades d'insurgés.
Sur son toit de Kaboul, le joli félin à la robe brune n'a ni chaîne ni collier, et passe l'essentiel de son temps étendu dans un coin. Face à une équipe de l'AFP venue le voir, il est apparu nerveux, grognant contre quiconque tentait de l'approcher.
Entre l'achat de la viande, le salaire d'un gardien et les visites du vétérinaire, Mohammad Shafiq dépense plus de 1.000 dollars par mois pour le bien-être du lionceau, qui fait encore figure de jolie peluche.
Mais l'animal va grandir et risque fort, comme ses congénères, de se transformer en redoutable prédateur. Claire McMaster, une responsable de la Société mondiale de protection des animaux (WSPA), crie à l'inconscience.
"Les animaux sauvages ne devraient pas être gardés comme des animaux de compagnie et il est cruel de les maintenir en captivité, confinés, loin de leur habitat naturel, en particulier lorsque les propriétaires sont probablement incapables de répondre à leurs besoins complexes", lâche-t-elle.
"L'autre problème, pointe-t-elle, c'est que contrairement aux animaux domestiques, la taille et le caractère imprévisible d'un animal sauvage exposent son propriétaire à des blessures qui peuvent être mortelles".
Le lionceau sur le toit n'est pas le seul représentant de son espèce à Kaboul: le zoo municipal possède une lionne, donnée par la Chine et qui a succédé à Marjan, célèbre lion qui avait perdu la vue en 1993, victime d'un jet de grenade.
...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages