Vous devez vous connecter.

en attente ...
×
S'enregistrer

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Dix dangereux individus, de la cinquantaine appréhendée lors du match de football WAC-FAR, au Complexe Mohammed V à Casablanca et auteurs de troubles violents,  qui ont conduit, en plus de la mort d’un spectateur venu de Meknès supporter le WAC, Hamza Bekkali en l’occurrence, aux blessures de centaines de personnes parmi les forces de l’ordre et des spectateurs, à la destruction de biens publics et privés, à l’agression des agents en exercice, vols et possession d’armes blanches, ont été condamnés mardi, par le  tribunal de première instance d'Ain Sebaa, , à des peines allant du sursis à quatre mois de prison ferme.
Un seul d’entre eux  aura «bénéficié» du sursis (4 mois) tandis que les autres, ont écopé de la prison ferme en plus d’une amende de 2000 DH pour tous. Ce n’est là, semble-t-il, que le début d’un long feuilleton juridique puisqu’un groupe de huit autres présumés hooligans devrait comparaître dès la semaine prochaine et que petit à petit les fauteurs de troubles responsables de ces dégâts devraient suivre et rendre compte devant la Justice,  à chacun la gravité de son cas.
Ce même mardi, et  toujours à ce propos mais dans un contexte audiovisuel, l’émission «Kadaya wa arae » d’Al Oula, qu’anime chaque semaine Abderrahmane El Adaoui, avait justement pour thème ce phénomène de violence qui sévit de plus en plus, dans et autour de nos stades nationaux à en être devenu désormais banal et qui a pour vecteur principal le football. Etaient invités pour animer le débat, des sommités tels le ministre de la Jeunesse et des Sports Mohamed Ouzzine , un haut responsable de la DGSN en la personne de Abdallah Mountassir, préfet de police et directeur de la sécurité publique, d’Abdallah Aboulkacim, président du HUSA, en plus d’un chercheur universitaire, d’un président d’une association de supporters, d’un journaliste, des parents de Hamza Bekkali présents parmi l’assistance et bien d’autres encore comme des hauts responsables de la J&S.
On notera au passage la politique de la chaise vide de la FRMF pourtant première concernée par ces faits. D’ailleurs, le mutisme et le laxisme sont en quelque sorte un « way of life » des plus évidents dans la maison du foot. Soyons sûrs cependant, nos fédéraux dirigeants de leur état, seront sur leur 31 en fin de semaine dès lors qu’il s’agira de se pavaner auprès du père Joseph Blatter à l’occasion de sa visite chez nous.
Cela étant avant le tour de table, des images de hooliganisme des événements de Casablanca ont été diffusées suivies des déclarations des parents de la victime et dont le côté émotionnel, tout à fait compréhensible, a parfois pris le dessus sur une analyse rationnelle des faits. Au-delà de l’émotion qu’elles ont suscitée, on retiendra cependant des vérités à titre de coup de gueule.
Il y a eu meurtre. Or, si le coupable n’est pas encore désigné, il y a d’autres mains qui, si elles n’ont pas causé le coup fatal, auront fortement contribué à une mort d’homme. La pensée va évidemment à la Santé et ses dysfonctionnements. Il est inconcevable qu’un centre hospitalier et de surcroît d’urgences ne prenne pas totalement en charge un citoyen ayant sollicité son secours. Pire, le lâcher dans la nature après l’avoir examiné, semble-t-il minutieusement (neurologue), relève sinon de l’incompétence au moins du manque d’égard envers les patients. C’est dire toute la considération du citoyen dans le plus beau pays du monde.
...
Colors