Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Ayant une relation directe ou indirecte avec les terroristes éliminés par les forces militaires combinées à Guemar, wilaya d’El Oued , 25 personnes ont été arrêtées au lendemain de cette opération. Après avoir été soumises à un interrogatoire poussé, les enquêteurs ont établi qu’elles seront poursuivies pour «aide et assistance aux groupes terroristes». Présentés devant le procureur de la République près le tribunal de Guemar par les éléments de la gendarmerie de la section de recherches du groupement d’El Oued, les mis en cause ont été transférés devant la chambre d’instruction. Le magistrat instructeur a décidé de placer 14 d’entre eux sous mandat de dépôt tandis que les autres mis sous contrôle judiciaire, avons-nous appris de sources judicaires. C’est suite à la neutralisation de plusieurs terroristes à El-Oued que tous ces mis en cause ont été interpellés. Cela s’est rendu possible grâce aux investigations entreprises par les gendarmes de la section de recherches du groupement d’El Oued. En effet, tout a commencé le 10 mars dernier, quand un détachement combiné de GGF et de militaires relevant de la 4e Région militaire, a neutralisé, dans la commune de Guemar, 16 km au nord-ouest d’El Oued, trois terroristes. Qualifiés de dangereux, ces criminels avaient été identifiés suite à une filature de plusieurs semaines. Il s’agit de «l’émir A. Kamel dit Abderahmane qui a rallié, en 1994, les groupes terroristes au sud-est du pays, de C. Thamer dit El Abbes et A. Abdelhak», confirme le ministère de la Défense nationale. Qualitative, cette opération l’a été à plus d’un titre puisqu’elle a permis de récupérer un arsenal de guerre dont six systèmes de missiles antiaériens Stinger, 20 pistolets mitrailleurs de type kalachnikov, trois lance-roquettes RPG-7, deux fusils mitrailleurs RPK, deux fusils à lunette, deux pistolets automatiques ainsi qu’une importante quantité de munitions, dont 16 roquettes pour RPG-7, quatre grenades, deux ceintures explosives, 383 balles de différents calibres, 97 chargeurs. Dans le véhicule tout-terrain qui transportait ces terroristes, il a été découvert deux paires de jumelles, deux appareils GPS, des téléphones portables et autres objets hétéroclites. Engagées aussitôt par les services de gendarmerie, les investigations ont permis l’arrestation de 25 individus. L’exploitation de ces derniers en matière de renseignement a été fructueuse puisqu’au bout de dix jours seulement, un détachement de l’ANP de la 4e RM a abattu, le 21 mars dernier, six terroristes. Cette opération a permis la récupération de huit pistolets mitrailleurs kalachnikov, trois fusils mitrailleurs FMPK, deux pistolets automatiques, dix grenades, une ceinture explosive, un important lot de munitions de différents calibres (3485 balles), 46 chargeurs, quatre appareils de communication, six paires de jumelles et deux véhicules tout-terrain. Appartenant au même groupe criminel, un septième terroriste a été éliminé, le 27 mars à El Oued. Il s’agit de M.Toufik, un autre dangereux criminel recherché.

Source

Tout ça pour ça ! Deux heures d’attente avant l’ouverture de la rencontre. Une cacophonie indescriptible dans l’organisation, d’innombrables bousculades, le chef du groupe parlementaire FLN à l’APN, Mohamed Djemaï,  debout sur l’estrade, gesticulant et vociférant pour tenter de ramener un semblant de calme... Et des journalistes malmenés tout au long de la rencontre par un service d’ordre qui s’est échiné à les empêcher de travailler. Voilà pour l’ambiance marquant l’ouverture à la Coupole du 5 Juillet de «L’initiative politique nationale pour le progrès dans la cohésion et la stabilité». Mais pour les organisateurs, l’essentiel était ailleurs. Avec la présence de représentants de 39 partis politiques, de plus de 1800 associations, des principales organisations nationales affiliées au régime, sans compter le déplacement d’une bonne partie des membres du gouvernement et  de Larbi Ould Khelifa, président de l’APN, ils peuvent crier victoire. Seules ombres au tableau : l’absence du Premier ministre Abdelmalek Sellal, occupé officiellement à préparer son déplacement à Washington, mais qui s’est fait représenter par son directeur de cabinet, Mustapha Karim Rahiel, celle de Amara Benyounès, président du MPA, en «déplacement à l’étranger», et celle de Sidi Saïd, secrétaire général de l’UGTA. Premier à prendre la parole, Amar Saadani, secrétaire général du FLN. Dans une courte allocution, le patron du plus important parti politique s’est abstenu de s’en prendre à nouveau à Ahmed Ouyahia, secrétaire général du RND. Après avoir descendu au lance-flammes le directeur de cabinet du Président dans les médias, l’accusant de vouloir «remplacer le président Bouteflika» et demandant son limogeage, Amar Saadani a joué la carte du rassemblement. «Cette initiative n’est pas dirigée contre qui que ce soit, mais plutôt pour le soutien au président de la République qui s’est sacrifié pour le pays et son édification», a-t-il déclaré. Le patron du FLN, qui voit des ennemis partout, a encore une fois demandé aux Algériens de ne pas tomber dans le piège qui leur est tendu. «Les Algériens doivent rester vigilants face aux menaces qui guettent le pays.» Pour cela, il les invite à propager cette initiative «à travers les wilayas afin d’exprimer leur soutien au programme du président Bouteflika et à l’ANP». Pour Amar Ghoul, président de Tajamou Amal Jazaïr (TAJ), ce rassemblement est «un message à tous ceux qui espèrent voir l’Algérie se démembrer ou être entraînée par des agendas étrangers». Dans une allusion au retour de Chakib Khelil en Algérie, le président de Taj a estimé que «la justice agit avec des preuves, non sur des accusations qui ne sont que des présomptions». Si le rassemblement est vendu par le patron du FLN comme un soutien au programme du président de la République et à l’Armée nationale populaire, personne n’est dupe sur ses objectifs. En regroupant la majorité des partis, des associations et des organisations, Amar Saadani veut isoler le RND, le couper de possibles alliances et paraître comme le seul interlocuteur du Président. «Tout ce ramdam n’a qu’un objectif, affirme un membre du comité central du parti sous le couvert de l’anonymat. Saadani veut être le seul interlocuteur du Président et peser sur la formation du prochain gouvernement, dont le changement est bloqué parce qu’il n’y a pas de consensus sur sa composante.»                           

Source

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages