Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Las d’assister à l’immobilisme de l’Ugta qui continue à briller par son absence devant un climat social de plus en plus catastrophique, les travailleurs de Sontrach-DP de Hassi R’Mel ont décidé de prendre leur destin en main. En effet, les signes avant-coureurs de reprise de la protestation ont commencé par le boycott des restaurants depuis jeudi passé pour une durée indéterminée. «Une action qui se voulait un ultime avertissement en direction de l’employeur », selon les protestataire. Les points de discorde ne manquent pas et relèvent de la plate-forme de 2011 non satisfaite à ce jour. Il s’agit notamment de la régularisation de l’IEP restée figée depuis 2008. Pourtant, s’agissant d’un droit conventionnel, cette indemnité liée intimement au salaire de base, devait évoluer systématiquement avec le salaire de base « de connivence avec la direction, l’Ugta tente de négocier un taux à attribuer aux travailleurs en guise de dédommagement. ». Or, ces derniers exigent  une régularisation et au réel indiquent-ils. Dépités les concernés « exigent des sanctions à l’encontre des responsables pour cette erreur de gestion qui a couté cher aux travailleurs ». Plus de table rase donc, sachant que l’autre revendication mise en avant est la régularisation des anciens travailleurs, techniciens et techniciens supérieurs totalisant plus de 20 années d'expérience et non touchés lors de l’opération de régularisation des nouveaux recrutés. A cela s’ajoute le calcul de l’ITP, PRC et PRI, sur le salaire de base et le paiement en numéraire des heures supplémentaires conformément à la loi 90-11 portant code de travail modifié et complété. La zone de Hassi R’mel étant classée par décret exécutif zone à risques majeurs, les travailleurs soumis et non soumis à relève exigent une prime de risques du fait que l’Etat reconnait à cette zone gazière un statut particulier ce qui pousse les travailleurs à monter au créneau reprochant à leur employeur de faire dans la discrimination salariale avec la complicité de l’Ugta. Ils revendiquent l’alignement de l’Izcv attribuée aux agents résidents à la base de vie 24 février avec celle de ceux des 1000 studios. De même pour l’indemnité compensatoire. En effet, devant l'immobilisme de l’Ugta qu’ils jugent désormais non représentative et sujette à des tiraillements internes ayant débouché sur un statu quo faisant l'aubaine de l'administration, les travailleurs sont sortis de leur silence pour dénoncer « un apartheid salarial » et revendiquer en rang uni, leur droit à la généralisation de l'indemnité compensatoire instituée en 2010. Un nouvel élément de salaire matérialisé par l’exclusion d’une large frange de travailleurs non soumis à relève, par la circulaire  n° 04.06.1 du 12/04/2010 jugée illégale. Déjugés par leurs collègues, les éléments de la section syndicale de l’Ugta accusés « d’avoir déserté le terrain depuis des années pour flirter avec l’administration contre les intérêts des travailleurs » se sont pressés de rendre public un PV de dernière minute datant faisant mention d’absence de canaux officiels de communication avec l’employeur, avant de souligner les efforts de l’administration pour le règlement des revendications non satisfaites à ce jour....

Des travailleurs recrutés dans le cadre du dispositif du pré emploi ont tenu des sit-in à travers le pays devant les directions de l'empoi afin de protester contre leur statut de travailleurs"précaires". C'est du moins ce que nous avons appris de leur représentant national à Alger. Leur comité affilié au syndicat national autonome des professionnels de l'administration publique (SNAPAP) né il y a trois ans compte poursuivre son mouvement de protestation jusqu'à satisfaction des revendications des travailleurs. Une action nationale est prévue le 29 septembre prochain à Alger où les travailleurs du pré emploi des différentes wilayas devraient se rassembler. Les travailleurs du pré emploi demandent entre autres : l' intégration de tous les jeunes du pré emploi dans des postes de travail permanents, la suspension de tous les concours de recrutement jusqu’à l’intégration des travailleurs du pré emploi, comptabilisation des années du travail dans la retraite, finir avec la politique du travail précaire... En dépit de plusieurs actions à Alger pour la plupart avortées par les services de sécurité, ceux qui se qualifient de "bouche-trou" car faisant partie d' un dispositif d'emploi "défectueux" , n'ont pas encore eu gain de cause et ont surtout du mal à se faire entendre. Ils sont en tout près de 600 000 à travers le pays....

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages