Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
«Il n’y a pas de lutte de clans au sommet» Ali Fawzi Rebaïne ne croit pas au clivage au sommet du pouvoir. «Il n’y a pas de lutte de clans entre Bouteflika, l’armée et le DRS, car ils ont tous des intérêts communs», estime le président de Ahd 54. Intervenant lors d’une conférence de presse animée hier à Alger, Rebaïne indique que «l’armée et le chef de l’Etat s’entendent sur tout. Bouteflika n’est ni contre le DRS, ni contre l’armée, ni contre le général Toufik (Mohamed Liamine Mediène, ndlr). L’armée contrôle, dirige le pays depuis 1962 et continue à le faire». Dans la foulée, le dernier remaniement ministériel est, pour le conférencier «un non-événement». Il explique qu’«il a été opéré pour l’image extérieure». «Entrer au gouvernement est une récompense pour les personnes du sérail. Quant à Abdelmalek Sellal, il n’a aucune prérogative. Il n’est au courant de rien. Par contre, un message est adressé aux gouvernements étrangers pour leur dire qu’il n’y aura pas de changement en Algérie», analyse Rebaïne. Il pense toutefois que «les nominations de Tayeb Belaïz au ministère de l’Intérieur et de Tayeb Louh au ministère de la Justice laissent supposer que Bouteflika prépare le terrain pour un 4e mandat». Pour Fawzi Rebaïne, «la question qui se pose désormais est de savoir si l’armée tirera à balles réelles sur le peuple, lorsque ce dernier sortira dans la rue pour s’opposer au 4e mandat de Bouteflika». Le président de Ahd 54 insiste, par ailleurs, pour dire que «le chef de l’Etat actuel est malade et ne jouit pas de ses prérogatives que lui confère la Constitution». «Sa situation me rappelle les derniers jours de Bourguiba. A cette époque, sa femme et son fils décidaient de tout, jusqu’au coup d’Etat de Ben Ali», déclare-t-il. Sur ce point, Rebaïne s’interroge : «Le Conseil constitutionnel acceptera-t-il une éventuelle candidature de Abdelaziz Bouteflika ? Validera-t-il son certificat médical ?» Par ailleurs, Rebaïne soutient que «la Constitution et l’amendement programmé n’ont aucun sens. Bouteflika et son sérail piétinent les textes constitutionnels». Sur un autre volet, il ne croit pas à un procès de Chakib Khelil, ancien ministre de l’Energie et des Mines, cité dans des affaires de corruption à Sonatrach : «Khelil ne sera pas jugé.» En guise de sortie de crise, Rebaïne propose la rencontre de la classe politique qui n’a pas de lien avec le régime, «même si dans un passé récent, des tentatives de contact avec le FFS et le RCD ont échoué, y compris avec le courant islamiste d’opposition». Dans le même sillage, le président de Ahd 54 affirme que «s’il n’y a pas d’élection libre et transparente, il n’y aura aucun changement». Il souligne qu’«il faut au préalable une information objective pour renverser le régime militaire. La société civile ne doit pas être assujettie au pouvoir. Il faut également une justice indépendante où le chef de l’Etat ne serait pas président du Conseil suprême de la magistrature (CSM), et garantir le pluralisme syndical. L’armée doit être en outre professionnelle». Enfin, Fawzi Rebaïne ne s’est pas prononcé sur sa candidature à l’élection présidentielle d’avril 2014 : «Le conseil national du parti n’a pas encore tranché.»...

Entre espoir et scepticisme Cette année, les souscriptions se feront uniquement via internet, à travers le site web «inscription.aadl.dz», mais le doute persiste chez les demandeurs qui craignent l’inaccessibilité à cette adresse.   Le coup d’envoi des souscriptions pour la location-vente a été donné ce matin à 8h. L’Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement (AADL) entame aujourd’hui l’opération d’inscription afin de bénéficier des nouveaux programmes de logement selon la formule location-vente, dont 150 000 unités seront lancées entre 2013 et 2014. Et contrairement aux programmes précédents, cette année, les souscriptions se feront uniquement via internet, à travers le site web «inscription.aadl.dz». Ce modus operandi a été privilégié par les responsables de l’AADL «afin d’éviter aux souscripteurs les désagréments liés aux déplacements au siège de l’Agence et les problèmes de files d’attente avec la présence d’un grand nombre de personnes sur place».  Ce qui fait toutefois émettre quelques doutes chez les citoyens quant aux réelles capacités techniques de l’Agence à gérer l’affluence que connaîtra inévitablement le site. «Cela nous évitera de faire la queue et de subir tout le désordre habituel. Mais je suis persuadé que le site en question sera longtemps inaccessible et que je serais dans l’obligation de passer des heures devant mon ordinateur», craint un père de famille, qui ajoute : «Et ce sans parler des appréhensions quant à d’éventuels bugs qui ferait qu’une inscription ne soit pas enregistrée ou autre.» Le directeur général de l’AADL avait, dans une déclaration à la presse, assuré qu’en dépit du «défi» que représente cette opération «inédite» qui demande «une grande préparation sur le plan technique et la formation de pas mal d’ingénieurs», cette méthode permettra de «faciliter la tâche aux souscripteurs et aux agents de l’AADL, et aussi d’assurer la transparence dans la gestion et le traitement des demandes des citoyens». Le site en question est une page d’accueil qui affichera l’ensemble des informations relatives à l’éligibilité et aux modalités d’accès à cette formule d’accès au logement. Une fois l’inscription en ligne établie, il sera possible de télécharger un accusé de réception ainsi que les conditions d’éligibilité, les pièces à fournir et le modèle de déclaration sur l’honneur. Chaque demande de souscription recevra un numéro d’enregistrement et un mot de passe spécifique qui s’afficheront sur le formulaire d’enregistrement et seront reportés sur l’accusé de réception, qui resteront comme liens pour la réponse à donner aux citoyens ou pour toute demande d’information complémentaire, explique ainsi le communiqué de l’AADL. Le citoyen ne sera, quant à lui, convoqué physiquement qu’une fois son dossier validé. Les célibataires pas exclus des inscriptions Les conditions d’éligibilité porteront sur, entre autres, le salaire qui est établi entre 25 000 DA et 6 fois le SNMG, soit 180 000 DA, ne pas avoir bénéficié d’une aide quelconque de l’Etat, ou encore sur la wilaya de résidence. Le statut marital ne devrait toutefois pas être pris en compte puisque le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville a assuré qu’aucune catégorie sociale ne sera exclue des logements AADL et que les célibataires répondant aux conditions d’éligibilité à cette formule peuvent s’inscrire pour les futurs programmes au même titre que les citoyens mariés. Reste toutefois à savoir si la priorité ne sera pas donnée, lors du traitement des validations, aux personnes mariées. Pour ce qui est du dossier à fournir, il a maintes fois été répété par la tutelle et l’Agence que l’ensemble des «informations fournies par les souscripteurs feront l’objet de vérifications systématiques et que toute fausse déclaration entraînera l’annulation systématique de la demande de souscription et exposera son auteur à des poursuites pénales». «Les vérifications de l’AADL porteront notamment sur le relevé des émoluments, le numéro de Sécurité sociale, le document prouvant la retraite, le certificat de résidence, l’attestation de revenu pour les non-salariés ainsi que sur le fichier du logement et de l’aide de l’Etat», précise-t-on.            ...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages