Vous devez vous connecter.

en attente ...
×
S'enregistrer

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
«Nos sociétés vont opter pour le recrutement de la main-d’œuvre locale», a précisé Yang Yuanggu. En visite, mercredi, dans la wilaya de Tizi Ouzou, l’ambassadeur de Chine à Alger, Yang Yuanggu, a indiqué que des centaines, voire des milliers de ressortissants chinois qui travaillent actuellement en Algérie, vont être rapatriés prochainement. Selon le diplomate, le nombre de travailleurs chinois en Algérie s’élève à plus de 40 000 et «ce chiffre sera très prochainement revu à la baisse», a-t-il révélé. Notons que les immigrés chinois représentent aujourd’hui la première communauté étrangère établie en Algérie. Ils exercent leurs emplois, notamment dans la construction de logements, de chemins de fer et dans plusieurs tronçons routiers. La chute des prix du pétrole et le report de plusieurs projets inscrits en étude pourraient être l’un des facteurs de la baisse du nombre de travailleurs chinois envisagée par l’empire du Milieu en Algérie. Yang Yuanggu a motivé cette décision par le désir des sociétés chinoises d’opter pour le recrutement de la main-d’œuvre locale qui répond aux exigences des projets en termes de qualification. Il a déclaré également que son pays veut consolider son partenariat économique avec l’Algérie. «Nous devons envisager de consolider notre partenariat économique avec l’Algérie, car la situation actuelle est moins favorable pour les deux pays. Nous avons un partenariat stratégique global qui touche l’ensemble des domaines. Nous allons lancer plusieurs nouveaux projets en Algérie», a-t-il précisé tout en mettant l’accent sur la nécessité de penser à des investissements communs dans les secteurs de l’automobile, du rail et de l’énergie solaire, entre autres. «L’Algérie et la Chine sont aujourd’hui appelées à conjuguer davantage leurs efforts afin de protéger leurs intérêts», a-t-il soutenu, car, selon lui, «plus la situation est difficile, plus il est important pour ces deux pays de travailler ensemble et s’unir afin d’arriver à relever les défis auxquels ils sont confrontés aujourd’hui». Par ailleurs, notons que l’ambassadeur de Chine à Alger s’est rendu au village El Kalaâ, dans la daïra de Mekla, à une trentaine de kilomètres à l’est de Tizi Ouzou, où il a, en compagnie de Saïda Benhabylès, présidente du Croissant-Rouge algérien (CRA), visité le projet d’un centre culturel et de loisirs financé par les cotisations des villageois et des émigrés.
image
Size: 0.06 Mb
Colors