Vous devez vous connecter.

en attente ...
×
S'enregistrer

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Le bureau régional du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a appelé, au cours d’une conférence de presse tenue hier à Tizi Ouzou, à une marche de protestation, le 3 octobre prochain à 11h, à partir du portail de l’université Mouloud Mammeri (Hasnaoua). L’objectif de cette initiative, que de nombreux syndicats de la région soutiennent, expliquent les conférenciers, est de s’élever contre l’annulation par le pouvoir des «projets structurants durement arrachés pour le développement de la wilaya». Considérés comme vitaux pour la région, ces projets, «que les tenants du pouvoir ont purement annulés», sont notamment le nouveau CHU, des zones industrielles, des infrastructures sportives ainsi que l’extension de l’autoroute et des pôles universitaires de Tamda, celle de la voie ferrée et du réseau routier en général. «L’annulation de ces projets découle d’une volonté politique de confiner la région dans le sous-développement. La chute des prix des hydrocarbures est saisie par les tenants du pouvoir comme une aubaine pour exacerber davantage la misère et la paupérisation, tandis que des projets «pompeux», sans aucune incidence sur le vécu des Algériens, sont paradoxalement maintenus», dénonce le bureau régional du RCD. «A cet embargo contre la région s’ajoutent l’insécurité galopante, la recrudescence meurtrière de la violence des corps constitués, la déstabilisation de nos structures villageoises, garantes de notre cohésion sociale, une rentrée universitaire explosive et déjà compromise», note le RCD. Aussi, en tant que «force d’opposition et de proposition, le parti, qui ne peut rester insensible face à ce péril programmé, appelle toutes les forces vives de la wilaya pour participer à la marche du 3 octobre. L’initiative sera aussi un moment de mémoire pour rappeler les odieux massacres d’Octobre 1988». Les conférenciers, Mohand-Arezki Hamdous (président du bureau régional) et Mohand Ikherbane (ancien sénateur) ont tenu à dénoncer les bavures des forces de l’ANP et des services de sécurité engendrant, en moins de trois mois, quatre victimes dans la région.
Colors