Vous devez vous connecter.

en attente ...
×
S'enregistrer

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Au moment où le président de la République appelle les Algériens à préserver la réconciliation nationale de toute exploitation politicienne, l’association Sos Disparus monte au créneau et répond au premier magistrat du pays en l’accusant d’avoir arnaqué et leurré tout un peuple. Pour Sos Disparus, la réconciliation nationale a été imposée au peuple algérien et de ce fait elle n’existe pas, à ses yeux : c’est un leurre. «Pour qu’il y ait une réconciliation, il faut une réunion et une concertation avec toutes les parties concernées, or en ce qui nous concerne, nous n’avons pas été associés à ce projet et personne ne nous a demandé notre avis alors que nous sommes les premiers concernés», a répliqué Nacera Dutour présidente de Sos Disparus lors d’une conférence de presse animée hier à Alger. Les familles des disparus exigent la vérité sur le sort des disparus durant la décennie noire. Elles veulent savoir qui, comment et pourquoi leurs fils, leurs pères ou leurs frères ont été enlevés. Où sont-ils ? Les tombes sous X qui se trouvent dans les cimetières El Alia, de Boufarik ou de Constantine renferment-elles les corps des disparus ? Ce sont autant de réponses à ces interrogations que cherchent les familles des disparus. «On se bat pendant des années pour connaître la vérité et les autorités ont répondu par des textes d’impunité. On pense qu’il y a encore des vivants parmi nos enfants disparus et d’autres qui sont morts sous la torture. Il faut que la vérité éclate», clame la présidente de Sos Disparus. «Si les personnes disparues sont mortes que l’on nous montre leurs tombes pour que l’on puisse faire notre deuil. Si elles sont vivantes que l’on nous indique le lieu de leur détention», témoigne la mère d’un disparu depuis 1994. Mme Dutour ne tergiverse pas lorsqu’elle accuse le pouvoir d’être derrière ces disparitions. Dans un rapport rendu public à la veille de la célébration du 10e anniversaire de l’adoption de la charte pour la paix et la réconciliatio-n nationale, l’association revient dans le détail sur certaines disparitions forcées et se dit convaincue que ces dernières entrent dans le cadre d’une politique menée par les chefs de l’armée et du DRS en parallèle à la lutte antiterroriste. «Le pouvoir est impliqué dans ces disparitions. L’Etat cultive l’amalgame ! L’analyse des informations laisse apparaître une flagrante similitude dans les circonstances des disparitions d’un bout à l’autre de l’Algérie. Il est dès lors difficile de croire que des disparitions aussi nombreuses aient été perpétrées du fait isolé de ces agents, de manière non organisée et coordonnée. C’est une politique réfléchie et voulue», dénonce la présidente de l’association, qui dit lutter contre l’impunité et pour l’établissement de la vérité sur le sort des disparus du fait des agents de l’Etat dans les années 1990. Dans cette lutte «antisubversive», Mme Dutour pense que des «techniques de guerre illégales et secrètes telles que la torture, les exécutions extrajudiciaires ou les disparitions forcées» ont été utilisées. A ce jour, SOS Disparus a constitué 5000 dossiers individuels de disparus sur la base des déclarations des familles et des témoins. De leur côté les autorités ont reconnu officiellement, selon Mme Dutour, l’existence de 7200 cas de disparitions forcées (chiffre de la Gendarmerie nationale) et ont annoncé, cette année, la mise au placard du dossier des disparus. Une décision qui a irrité l’association. «Comment peut-on mettre un dossier aux oubliettes alors qu’aucune liste officielle des disparus n’a été publiée et aucune enquête n’a été menée sur leur sort ?» s’est interrogé Mme Dutour qui souligne que «les autorités algériennes ont toujours cultivé l’amalgame entre disparus et terroristes membres des groupes armés islamistes, SOS Disparus démontre que les 5000 dossiers qu’elle a constitués concernent des civils non armés». Plusieurs membres des familles de disparus sont intervenus lors de cette conférence pour dire que l’Etat est coupable : «Avec la réconciliation, le pouvoir aspire à ce que l’on tourne la page. Nous ne sommes pas prêts à pardonner tant que nous ne savons pas où sont nos enfants.»
Colors