Vous devez vous connecter.

en attente ...
×
S'enregistrer

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Le président du Forum des chefs d’entreprises (FCE) a affirmé, aujourd’hui mercredi à Oran, avoir discuté avec le ministre de l’Industrie, Abdesselam Bouchouareb, au sujet des projets bloqués du patron de Cevital, Issaad Rebrab. Voici sa version.  « Si Isaad on le respecte beaucoup, c’est un membre fondateur du FCE, nous n’avons pas de complexe à défendre un homme d’affaire quelle que soit sa dimension. Il a parlé avec moi de ses problèmes, je suis allé voir le ministre, Bouchouareb »,  a déclaré Haddad. S’agissant du « matériel rénové acheté auprès de Brandt », le ministre de l’Industrie a répondu qu’«  on ne peut pas accepter. Quand le matériel est usagé il fau avoir une dérogation », a rapporté le président du FCE qui a suggéré à Rebrab d’acheter « un nouveau matériel ».  Concernant le projet de l’usine de trituration de la graine oléagineuse au port de Béjaia, Bouchouareb a répondu que « la loi interdit l’installation des unités industrielles à moins de 300 mètres de la mer », selon Haddad.  Pour ce qui est des  1500 hectares de terres achetés par le patron de Cevital  à Sig et Mohamedia (Mascara) le ministre de l’Industrie a répondu que Rebrab « ne peut pas exploiter des projets industriels sur des terrains agricoles. », a encore rapporté le patron de l’ETRHB.  Par ailleurs, interrogé sur la plainte déposée contre le général à la retraite Hocine Benhadid, Ali Haddad a déclaré « l’affaire est entre les mains de la justice qui va trancher entre nous ». Il ajouté que « dorénavant, quiconque nous porte préjudice, aura affaire à la justice ». Farouk Djouadi  « Si Isaad on le respecte beaucoup, c’est un membre fondateur du FCE, nous n’avons pas de complexe à défendre un homme d’affaires, quelle que soit sa dimension. Il a parlé avec moi de ses problèmes, je suis allé voir le ministre Bouchouareb »,  a déclaré Haddad.   S’agissant du « matériel rénové acheté auprès de Brandt », le ministre de l’Industrie a répondu qu’ «  on ne peut pas accepter. Quand le matériel est usagé il fau avoir une dérogation », a rapporté le président du FCE qui a suggéré à Rebrab d’acheter « un nouveau matériel ».    Concernant le projet de l’usine de trituration de la graine oléagineuse au port de Béjaia, Bouchouareb a répondu que « la loi interdit l’installation des unités industrielles à moins de 300 mètres de la mer », selon Haddad.    Pour ce qui est des  1500 hectares de terres achetés par le patron de Cevital  à Sig et Mohamedia (Mascara) le ministre de l’Industrie a répondu que Rebrab « ne peut pas exploiter des projets industriels sur des terrains agricoles. », a encore rapporté le patron de l’ETRHB.    Par ailleurs, interrogé sur la plainte déposée contre le général à la retraite Hocine Benhadid, Ali Haddad a déclaré « l’affaire est entre les mains de la justice qui va trancher entre nous ». Il a ajouté que « dorénavant, quiconque nous porte préjudice aura affaire à la justice ».   
Colors