Vous devez vous connecter.

en attente ...
×
S'enregistrer

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Le procès de l’ancien numéro 2 de la branche maghrébine d’Al Qaïda (Aqmi), Samir Saïoud, qui devait comparaître hier devant le tribunal criminel d’Alger pour «appartenance à un groupe terroriste», a été reporté en raison de l’absence de l’accusé. La juge Meriem Djebari a annoncé le report du procès à la prochaine session criminelle de mars, quelques minutes après l’ouverture de l’audience. Samir Saïoud, alias Moussaâb Abou Abdallah, a été arrêté en 2007 par les   services de sécurité, selon la presse algérienne. Pour avoir fourni aux autorités des informations qui ont permis d’arrêter et d’éliminer plusieurs chefs d’Aqmi, il a bénéficié d’une liberté provisoire, selon ces sources. On ignorait pourquoi l’accusé ne s’est pas présenté hier,  mais s’il est absent à la prochaine audience de son procès, il sera jugé par contumace, a précisé une source judiciaire. Samir Saïoud était partisan d’une escalade des opérations terroristes dans la capitale et de l’utilisation à grande échelle des explosifs dans les attentats urbains, selon les services de sécurité. Il aurait été l’un des instigateurs des deux attentats qui avaient frappé  le 11 avril 2007 le Palais du gouvernement, au centre d’Alger, et un commissariat de Bab Ezzouar, dans la banlieue est de la capitale, faisant plus de 30 morts et des dizaines de blessés.  ...
Colors