Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Le parquet de Tunis renonce à faire appel du non-lieu en faveur de la jeune Tunisienne violée La victime et son avocate, Me Bochra Belhaj Hmida. © AFP

Le ministère public tunisien n'a finalement pas fait appel du jugement de non-lieu, rendu la semaine dernière par le parquet de Tunis, dans une affaire de viol impliquant deux agents de police et une jeune femme de 27 ans.

Mis à jour le 04/02 à 08h02.

Le parquet tunisien a décidé de ne pas s'opposer au non-lieu prononcé en faveur d'une femme violée par des policiers, renonçant à la poursuivre pour atteinte à la pudeur, a indiqué lundi le ministère de la Justice. « Le parquet n'a pas fait appel ni du non lieu concernant la femme et son ami ni de la décision d'inculper » les trois policiers, a indiqué Fadhel Saihi, conseiller du ministre de la Justice.

Cette décision a été annoncée non sans confusion, Maître Bochra Belhaj Hmida, l'avocate de la victime, ayant dans un premier temps été informée que le procureur avait fait appel du non lieu. Un porte-parole du ministère de la Justice avait confirmé l'information à l'AFP. Ni le ministère de la Justice, ni l'avocate n'étaient en mesure en fin de journée d'expliquer ce cafouillage.

La jeune femme violée par des policiers tunisiens, qui a été blanchie des accusations d'atteinte à la pudeur pesant contre elle, risquait une nouvelle poursuite pour ces mêmes motifs, avait rapporté lundi 3 décembre une avocate de la victime. « C'est leur droit, sur le plan légal, il n'y a rien à dire. Sur le plan moral par contre... », avait lancé Me Bochra Belhaj Hmida, en commentant la décision du ministère de faire appel, laquelle lui avait été transmise par les services du procureur.

Jeudi 29 novembre, le juge d'instruction du tribunal de première instance de Tunis avait prononcé un non-lieu dans cette affaire. Me Hmida s'était alors réjouie, indiquant que « les accusations ont été abandonnées pour manque de preuves. Et le juge a décidé de traduire (en justice) deux policiers pour viol, et un troisième pour corruption ».

Tollé à l'international

Début septembre, la victime et son ami de coeur auraient été surpris par les policiers dans une voiture, au milieu d'un rapport intime. Selon le parquet, la jeune tunisienne a été violée par deux d'entre eux, tandis que le troisième a conduit son petit ami à un guichet automatique, lui dérobant des billets de banque.

Cette affaire a déclenché de vives protestations en Tunisie et à l'international, alors que plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer les accusations portées contre la victime, dont l'anonymat a été préservé. Les autorités tunisiennes ont condamné le viol, mais le ministre de la Justice, Noureddine Bhiri, s'est attiré les critiques en dénonçant ce qu'il considérait comme un complot contre le gouvernement d'Ennahdha.

La jeune femme risquait six mois de prison si elle était jugée coupable des accusations d'atteinte à la pudeur portées contre elle. En entretien à la radio Shems-FM, une fois le jugement tombé, elle s'était déclarée heureuse de la décision du tribunal, ajoutant qu'elle s'attendait à être innocentée.

(Avec AFP)
 

...

Tunisie : la contestation suspendue à Siliana Heurts entre manifestants et forces de l'ordre, le 1er décembre 2012 à Siliana, en Tunisie. © AFP/Faouzi Dridi

L'UGTT, principal syndicat tunisien, a annoncé dimanche la "suspension" de la contestation à Siliana et le calme y régnait en début d'après-midi à la suite d'un accord avec le pouvoir après cinq jours de violences nourries par les espoirs déçus de la révolution de 2011.

L'UGTT, principal syndicat tunisien, a annoncé dimanche la "suspension" de la contestation à Siliana et le calme y régnait en début d'après midi à la suite d'un accord avec le pouvoir après cinq jours de violences nourries par les espoirs déçus de la révolution de 2011.

Aucun affrontement n'a été constaté ni dans la nuit ni en début d'après-midi dans cette ville à 120 km au sud-ouest de Tunis, pas plus que dans d'autres localités tunisiennes, alors que la nuit précédente des heurts ont opposé policiers et manifestants dans deux régions voisines, laissant craindre une contagion.

"Nous avons décidé de suspendre la grève générale", a annoncé devant une centaine de personnes, Ahmed Chefaï, du bureau exécutif du syndicat à Siliana. Il n'a pas précisé le durée de cette suspension, en attendant la mise en oeuvre de l'accord négocié la veille avec le gouvernement, dominé par les islamistes du parti Ennahda.

"Le gouverneur est parti définitivement, il appartient au passé", a clamé le syndicaliste sous les applaudissements, ajoutant qu'une plainte sera déposée contre la police, accusée d'être responsable des violences qui ont fait plus de 300 blessés. La grève générale, débutée mardi et qui a dégénéré en cinq jours d'affrontements avec la police, visait à obtenir le départ du gouverneur régional, un plan d'aide économique et la libération de 14 personnes arrêtées lors de violences sociales en avril 2011.

Excédés par le chômage et la misère, facteurs clés de la révolution qui a renversé le président Ben Ali en janvier 2011, les habitants de Siliana comme d'autres régions de l'intérieur déshérité de la Tunisie jugent que le gouvernement a trahi leurs attentes.

Le compromis trouvé avec les autorités samedi prévoit la mise à l'écart du gouverneur mais pas son limogeage immédiat, un examen accéléré par la justice du dossier des personnes emprisonnées, des aides pour soigner les blessés et un programme de développement dont le contenu n'a pas été précisé.

Présence policière réduite graduellement

Les habitants réclament aussi le départ des renforts policiers déployés dans la ville et accusés de violences excessives, en particulier mercredi lorsqu'ils ont tiré à la chevrotine sur les manifestants. "Nous avons diminué le nombre de policiers et nous allons encore le réduire au fur et à mesure que la calme revient", a indiqué, sous couvert de l'anonymat, un responsable des forces de l'ordre.

Aucune présence policière particulière n'était visible dans les rues de Siliana, et aucun manifestant n'était présent vers 13H00 GMT aux abords du principal poste de police, épicentre des affrontements. Des magasins ont par ailleurs rouvert, alors que les rues portent toujours les marques des affrontements: barricades calcinées, des pierres par centaines jonchant le sol, tout comme les restes des grenades lacrymogènes tirées par la police.

"Enfin je peux faire mes achats, il y en marre de la violence et du chaos", s'est réjoui dans la matinée Fatma, une femme au foyer ravie de faire ses courses. D'autres estiment avoir gagné une première manche mais que la lutte devra se poursuivre pour que le gouvernement se penche véritablement sur les problèmes de la région. "Nous avons gagné, imposé notre volonté et obligé le Premier ministre (Hamadi Jebali) à réviser ses décisions. Mais ce n'est qu'un premier pas", a jugé Mourad, un chauffeur de taxi.

Les mouvements sociaux dégénérant en heurts se sont multipliés ces derniers mois en Tunisie, dans une conjoncture économique mise à mal par la crise dans la zone euro et l'insécurité. Le président Moncef Marzouki, exprimant sa "peur" de voir les violences contaminer tout le pays, a appelé vendredi à la formation d'un gouvernement restreint pour stabiliser la situation. Le Premier ministre n'a pas encore répondu à cet appel.

...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages

    Menu