Par un communiqué publié par plusieurs sites et à travers les réseaux sociaux, les séparatistes de l’intérieur, ont invité leurs sympathisants à participer à une marche mercredi dernier dans les grandes artères de Laâyoune. Cette marche devait coïncider avec les festivités organisées dans la zone tampon de Tifarity par la direction du Polisario, d’une part et avec  la visite à Laâyoune de la commissaire européenne chargée de la pêche qui devait, selon les organisateurs, assister aux violations des droits de l’Homme qu’ils voulaient amener les forces de l’ordre à commettre d’autre part. Pour encourager les populations à assister à cette marche, ses organisateurs avaient laissé courir une rumeur selon laquelle les autorités l’auraient autorisée. Ce qui a aussitôt été démenti dans  un communiqué diffusé par le Pachalik de Laâyoune. Ce dernier a également averti que les autorités publiques interviendraient pour mettre fin à toute activité pouvant nuire à l’ordre public. Qu’à cela ne tienne, se sont dits les séparatistes, les villes de Smara et Boujdour étant les prochaines destinations de Christopher Ross, ils voulaient y provoquer les forces de police et les obliger à réagir pour rétablir l’ordre. Ainsi, dans la soirée de jeudi à vendredi, Boujdour a connu de violents incidents. Mais c’est à Smara que les affrontements de la soirée de vendredi à samedi ont été les plus graves. Ayant commencé au début de la soirée du vendredi, ils se sont poursuivis jusqu’à l’aube du samedi 25 mai. C’est ce qui ressort d’un communiqué diffusé par la wilaya de Guelmim-Smara qui a précisé que «les forces publiques ont dispersé un rassemblement de casseurs et de fauteurs de troubles, dont une majorité d’adolescents». Le communiqué précise que l’intervention des forces publiques a été motivée par l’occupation illégale de la voie publique par les casseurs qui ont détruit des biens publics et privés, brûlé des pneus et mis le feu à des bonbonnes de gaz, semant, ainsi, la terreur parmi les habitants de la ville. L’opération a été menée, selon le communiqué, par les éléments des forces de l’ordre qui ont mis leurs vies en danger pour maîtriser le feu. Le communiqué a ajouté que 26 membres des forces de l’ordre ont été blessés, ce qui a nécessité l’évacuation de sept d’entre eux, dont les blessures étaient graves, vers les centres hospitaliers de Laâyoune.

Laissez un commentaire

In response to:

Accrochages entre les forces de l’ordre et les nervis du Polisario à Smara

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*