Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
La deuxième conférence de l’opposition s’est ouverte, aujourd’hui mercredi à Zeralda (Alger), en présence de 300 participants, représentant des partis politiques, des syndicats, des associations et de plusieurs personnalités indépendantes.   Abdelaziz Rahabi a indiqué, à l’ouverture des travaux, que l’opposition a réussi à se réunir malgré « les facteurs de dénigrement et de suspicion». Il a cité le refus des autorités de leur donner une grande salle à Alger pour abriter cette conférence dont la tenue constitue « une preuve que l’opposition reste unie autour de la transition démocratique ».    Des personnalités politiques qui avaient pris part au congrès de Mazafran en juin 2014, à l’exemple de Hamrouche, Ghozali et les dirigeants de l’ex-Fis, ne se sont pas manifestés, ce matin, à la Mutuelle des travailleurs de la construction où s’est déroulé la conférence. Le FFS et le MDS ont également préféré ne pas y prendre part.      La conférence a notamment réuni les membres de l’Instance de suivi et de concertation de l’opposition (Isco). On note aussi l’absence du président du RCD, Mohcine Belabbas, représenté par des membres du secrétariat national du parti.     Ali Yahia Abdnour a indiqué, dans son intervention, que le pouvoir politique qui s’est accaparé l’indépendance de Algérie comme « un butin » n’a pas changé à ce jour. « Les libertés sont bafouées et les juges n’obéissent pas aux lois mais aux directives du pouvoir exécutif », a estimé le doyen des défenseurs des droits de l’Homme.    Ali Benflis, président de Talaie El Hourryet, a dénoncé le « chantage sécuritaire » adopté par le pouvoir en place. On cherche à faire peur au peuple dans l’objectif de « détourner son attention » sur l’illégitimité des institutions et la vacance du pouvoir au sommet de l’Etat. Benflis a réaffirmé l’attachement de son parti à la plateforme de Mazafran qui a fixé les contours du projet de la transition démocratique.    Pour sa part, le président du MSP, Abderazzak Makri, a expliqué que la conférence de l’opposition « ne va pas renverser l’ordre établi dans l’immédiat. Notre objectif est de mettre la pression sur le pouvoir pour le contraindre à accepter  des élections libres ». Si le pouvoir persiste à refuser la volonté populaire, « le pays risque de revenir à la tragédie des années 90 », prévient le président du MSP.    Les différents intervenants ont renouvelé leur attachement à la plateforme de mazafran qui prévoit, en substance, de confier le pouvoir à un gouvernement de transition. Celui-ci se chargera de l’organisation des élections et de l’élaboration d’une nouvelle constitution.     Les travaux de la conférence devront prendre fin vers 17h. 

Source

C’est la principale annonce faite hier par Amar Ghoul, ministre de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Artisanat, lors d’une visite de travail et d’inspection à Alger. Il a déclaré aussi que plus de 3000 nouveaux projets seront lancés en 2016 au niveau national et il a délivré son message politique : «C’est le fruit des facilitations accordées aux investisseurs (adoption d’un document unique, étude des dossiers en une semaine, accompagnement par les banques et la formation). Un saut qualitatif a été opéré et c’est la preuve que c’est un secteur porteur sur lequel compte l’Etat pour aller vers une économie nationale diversifiée hors hydrocarbures.» Ghoul souhaite que ce secteur contribue à 10% au PIB au lieu de 2% actuellement. Selon lui, «nous avons un tableau de bord, une stratégie claire et des projets de qualité adossés à une vision opérationnelle à l’horizon 2030 et une vision prospective à l’horizon 2050». Mais il ajoute, dans son allocution, que «le tourisme est aussi une question de culture, de comportement et un état d’esprit» et que «le développement ne dépend pas d’un seul secteur».  Autre préoccupation : la commercialisation de la destination Algérie. Dans ce cadre, aucun doute, beaucoup d’efforts restent à faire. L’Algérie a incontestablement un déficit d’image à combler. Les potentialités à elles seules ne suffisent pas car pour espérer s’imposer, il y a lieu de faire aussi bien, sinon mieux que de nombreux concurrents — surtout en Méditerranée qui reçoit 30% des touristes et un tiers des recettes du tourisme du monde — tous animés de la volonté de bien faire et d’accaparer l’attention des touristes. Parmi les autres annonces figure la signature d’un mémorandum d'entente entre l'Algérie et Malte en mai prochain, basé sur cinq axes principaux, à savoir la formation et la qualification des ressources humaines, le développement et l'encouragement de la coopération incitant l'investissement dans le domaine de l'hôtellerie, la gestion, la réhabilitation et la modernisation des infrastructures hôtelières, l'organisation et l'amélioration des voyages aériens et maritimes communs et la commercialisation et la publicité au profit des destinations touristiques. Deux séminaires internationaux auront lieu, l’un en septembre sur la paix, la sécurité et le tourisme, et l’autre sur l’analyse des données en octobre. Les statistiques sont nécessaires pour formuler des stratégies de commercialisation, renforcer les liens interinstitutionnels, évaluer l’efficacité des décisions de gestion et mesurer le tourisme dans toute l’économie nationale. Pour toute analyse, les autorités algériennes continuent malheureusement à se baser sur les chiffres de la PAF et le nombre de  baigneurs sur les plages.

Source

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages