Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Les dons du sang ont augmenté, durant l’année dernière, de plus de 5 %. «En 2015, 643 707 candidats au don du sang se sont présentés dans l’une des 214 structures de transfusion sanguine réparties sur l’ensemble du territoire national», annonce l’Agence nationale du sang (ANS), dans un communiqué rendu public à l’occasion de la Journée maghrébine du don du sang, célébrée hier, 30 mars. Ce nombre de donneurs a ainsi permis à cette agence de collecter 539 891 poches de sang, «ce qui représente une augmentation de 5,5% par rapport à l’année 2014», se réjouit l’ANS. Et de tempérer : «Malgré ce chiffre appréciable, ce dernier reste insuffisant vu qu’un tiers des dons proviennent encore de donneurs de compensation ou de donneurs familiaux, tandis que deux tiers proviennent de donneurs bénévoles.» L'ANS fixe comme objectif de ces journées la sensibilisation des citoyens quant à «l’importance du don du sang volontaire et régulier». De même, il semblerait que les dons bénévoles et spontanés restent circonstanciels, s’agglomérant autour d’une occasion particulière. Le Ramadhan par exemple, ou encore les journées de sensibilisation. «Durant le mois sacré du Ramadhan 2015, la générosité des donneurs nous a permis de collecter 44 786 dons», précise l’ANS. De même, 7774 dons ont été recueillis lors de la Journée maghrébine de don du sang en 2015, 12 180 lors de la Journée mondiale du donneur de sang le 14 juin 2015 et 7719 lors de la Journée nationale des donneurs de sang le 25 octobre 2015. Par ailleurs, il a été annoncé, en marge de la célébration de cette journée, qu’un «grand centre dédié au don du sang sera inauguré à Chéraga à la fin du premier semestre de 2016 pour prendre en charge toutes les opérations de collecte et de traitement avec une capacité de 100 000 dons  par an», a indiqué à l'APS, Lynda Ould Kablia, directrice de l’ANS. «Le centre prendra en charge une partie de donneurs de sang de la wilaya d’Alger qui ont été au nombre de 80 023 en 2015, tandis qu’ils sont 539 000  au niveau national», a-t-elle ajouté.

Source

Est-ce que l’article de Sang-froid va assez loin sur l’ensemble des atteintes à la sécurité des Algériens en France durant cette période ? Pour ceux qui n’ont pas vécu cette histoire, ils ont voulu révéler ce qui s’est passé au cœur des années 1970. L’Algérie était victime de tentatives de déstabilisation. Les journalistes ont rencontré quelques auteurs de ces actes qui n’ont eu aucun scrupule à dire qu’ils avaient agi sur ordre. A cette époque, Valéry Giscard d’Estaing avait un mépris total pour l’Algérie. Elu, il est allé à Alger et a rencontré Houari Boumediène, et en sortant on rapporte qu’il aurait dit : «Ce n’est pas ce bougnoule qui va m’impressionner ou donner des ordres à la France.» Ceci bien qu’il s’agissait d’une visite d’Etat. Pensez-vous que Giscard était dans cet état d’esprit puisqu’il est tout de même allé en Algérie avec son entourage et notamment Michel Poniatowski ? Oui, peut-être, et avec son successeur à l’Intérieur, Christian Bonnet, à partir de la fin 1977. Le rapport de Poniatowski avec l’OAS et l’extrême-droite est très connu. Il est vrai qu’il était très écouté par Valéry Giscard d’Estaing mais lui-même était dans cet esprit. C’est sous son mandat qu’est assassiné Jean de Broglie, quelque temps après sa démission, en désaccord avec la politique d’alors. Jamais cela n’a été clarifié. Et Henri Curiel, assassiné en mai 1978 avec la même arme que celle qui avait tué le gardien de l’Amicale, Laïd Sebaï, en 1977 (l’affaire Curiel a été classée en 2009, ndlr). C’était un «porteur de valises», un ancien du réseau Jeanson, un militant tiers-mondiste connu. On lui a fait payer son soutien au FLN. On connaît donc les réseaux Delta, Charles Martel, SOA et du Sdece, les services français... Que savait-on à l’époque de leur imbrication ? Ils travaillaient ensemble. On le savait, mais on le disait à mots cachés, puis eux-mêmes l’ont reconnu après l’avoir longtemps caché. A l’Amicale, à l’époque, nous avions fait un livre noir des atteintes à la sécurité des Algériens par genre et date.  On avait écrit : «25 ans après la fin de la Guerre d’Algérie, il est patent que pour cette frange de la population française la guerre n’est pas finie. On fait face à un terrorisme xénophobe et raciste.» De 1971 à 1977, on a recensé 71 victimes, puis de 1981 à 1987 on a enregistré 190 actes agressifs. Les Algériens ont subi ces soubresauts avec un Etat français bienveillant à l’égard de ces commandos.    

Source

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages

    Menu