Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Nacer Boudiaf a annoncé, lundi dernier à Béjaïa, où il était l’invité du collectif culturel Imnayen de l’université Abderrahmane Mira, le lancement d’une pétition nationale afin de réclamer la vérité sur l’assassinat de son père, le 29 juin 1992, alors président du Haut-Comité d’Etat. Confiant, Nacer Boudiaf estime que «les citoyens vont adhérer car tous veulent connaître la vérité sur la mort de mon père. Cela va permettre de faire pression sur la Présidence afin d’ouvrir le dossier». Pour l’orateur, la mobilisation de toute la population est nécessaire pour la réussite de cette démarche. «Je suis optimiste», déclare-t-il. Et de poursuivre : «Si demain on saura la vérité sur la mort de Mohamed Boudiaf, il y aura de l’espoir pour ce pays.» Un site web spécialement dédié à la campagne sera mis à la disposition du public dans quelques jours. L’idée de recueillir des signatures est née, fin 2010, dans la wilaya de Béjaïa, mais c’est maintenant que le fils du défunt président se sent prêt à la lancer. Pour répondre à certains intervenants qui ont exprimé des doutes à l’idée de voir le système actuel ouvrir le dossier Boudiaf, le conférencier leur a fait savoir qu’il comptait saisir les instances internationales au cas où la Présidence ne répondait pas favorablement à sa requête. Durant la rencontre, tenue sous le thème «Les causes et les hypothèses d’un assassinat», Nacer Boudiaf est revenu sur les circonstances, pour le moins obscures, dans lesquelles son père a été tué. «A Annaba, c’était un vrai guet-apens. Tout avait été étudié et bien préparé à l’avance», souligne-t-il non sans énumérer plusieurs étrangetés. «J’accuse tous les hauts responsables de l’époque, car ils sont tous coupables d’une manière ou d’une autre», a-t-il ajouté. L’invité des étudiants de Béjaïa n’a pas caché à la nombreuse assistance son projet d’investir la scène politique. «C’est parce que ça me fait mal au cœur de voir notre pays dans cet état que j’aimerais m’investir en politique», a-t-il dit. Interrogé en marge de la conférence-débat, qui s’est terminée tard dans la nuit, sur son engagement à reprendre le parti de son père, le Rassemblement patriotique national, Nacer Boudiaf promet qu’il y aura du nouveau juste après les élections législatives prochaines.  ...
Menu