Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
D’aucuns annoncent sa mort, d’autres son  retour imminent en Algérie, mais jusqu’à présent, aucune des deux informations ne semble avérée. Seule certitude cependant dans cette fin de règne d’Abdelaziz Bouteflika, cinquième président de la République algérienne, c’est sa mort politique. En effet, à moins d'un an de l'élection présidentielle, prévue en principe pour avril 2014, l’hypothèse, pour lui, de briguer un quatrième mandat consécutif, paraît tout à fait farfelue aux yeux des Algériens qui, plus préoccupés par un quotidien de plus en plus difficile, en ont, semble-t-il, déjà fait leur deuil.
Et même si le natif d’Oujda, aujourd’hui âgé de 76 ans,  continue depuis sa maladie et son fauteuil d’invalide de l’hôpital militaire de Paris, à gouverner par à coups et par humeur (limogeage de l’ambassadeur à Paris, Missoum Sbih et interdiction de sortie du territoire du journaliste, Hichem Aboud, qui avait osé écrire sur l’état de santé du président …), il n’en reste pas moins que les convoitises à présider aux destinées d’El Mouradia, n’en deviennent que plus insatiables pour certaines figures des hautes sphères.
Et vas-y que je me bouscule au portillon ! La lutte à la succession au sommet du pouvoir, se prépare farouchement . Ils sont déjà au moins, cinq, voire six avec Ali Benflis qui n’aurait pas la bénédiction des bottes, à prétendre solennellement à l’après-Boutef : Abdelmalek Sellal, l’actuel chef de gouvernement, Ahmed Ouyahia, un ex-Premier ministre et ex-grand Rando, Mouloud Hamrouche, un vétéran de la politique algérienne (Premier ministre de 1988/1991) et l’islamo-conservateur, ex-chef de gouvernement, Abdelaziz Beelkhadem, nouvellement évincé de la tête du FNL mais à l’influence certaine.
Dans les arcanes du pouvoir, ils sont tout de même quelques-uns, avec lesquels il va falloir composer. Le puissant DRS d’abord et Saïd Bouteflika, le frère cadet du président à l’attribut de vice-roi et auquel on prête la mauvaise conscience présidentielle. Mais en Algérie, la disgrâce a vite fait de tomber. Foi de militaires, la ‘’débouteflikisation’’ est bien plus proche qu’on ne le saurait.
...

La sentence est tombée. Abdelhanine Benallou et son directeur de cabinet Ahmed Amine Barqallil ont été condamnés par la Cour d’appel de Casablanca à cinq ans de prison ferme et à une amende de 50.000 DH chacun.  Son directeur financier, en charge des marchés, Ouadii Mouline, a été condamné à deux ans de prison ferme et à une amende de 20.000 DH.
La même Cour a condamné le chef du département des ressources humaines, Abderrahim Boutaleb, à un an de prison ferme et à 20.000 DH d’amende, le chef de la section recrutement, Salaheddine Jeddou, à un an de prison dont six mois avec sursis et Rachid Moussaidi (retraité) à trois ans de prison avec sursis et à une amende de 30.000 DH.
Elle a aussi infligé deux ans de prison avec sursis et le versement d’une amende de 20.000 DH à Jilali El Hamdani (retraité), à Hassan Farhat, responsable de la stratégie et du suivi des grands projets à l’Office, et à Abdelkrim El Idrissi, ingénieur d’Etat à la délégation de Mohammedia du ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies. Seul Mohamed Bachir Laraki, directeur des travaux et des chantiers à la Société générale marocaine des travaux, en retraite, a été acquitté.
La Cour a également décidé, lors de cette séance de jugement, de disjoindre de cette affaire le dossier du directeur du pôle des aéroports qui ne s’est pas présenté. Elle a ainsi fixé au 6 août prochain pour l’examen de son dossier.
Poursuivi pour dilapidation de deniers publics, Abdelhanine Benallou avait été placé en garde à vue en avril 2011, suite à un rapport de la Cour des comptes de 2008 qui l’accusait de détournement de fonds et de transfert des biens de l’Office vers son propre compte. Le rapport lui reproche d’avoir «conclu un marché par voie négociée» durant la mission auditant les exercices 2003-2007 de l’ONDA.
Des accusations que l’ex-DG de l’ONDA, a totalement niées tout au long de son procès en déclarant être victime d’un complot.
Face aux observations émises par la Cour des comptes,  Abdelhanine Benallou a indiqué qu’à l’époque du déroulement des faits incriminés «il y avait urgence et que ce marché négocié a été signé en 2006 avec la société titulaire du brevet mondial exclusif… Les portiques ont été utilisés durant la période définie par l’OMS et réutilisés en 2009», soit trois ans après la signature de ce contrat de 463.050 euros.
Pourtant, deux dossiers brûlants sont sortis du lot: celui de la société Natural Ressources Junction International (NRJI) et celui de la construction du terminal II de l’aéroport de Casablanca.
Dans le premier cas, un «conflit d’intérêt» est reproché à l’ex-DG de l’Office. NRJI a été, en effet, créé par l’accusé en 1993. Six ans plus tard, sa femme lui a revendu ses parts (10%) et la société était donc détenue à 49% par Benallou et à 51% par Ahmed Squalli.
Les enquêteurs ont reproché à l’ex-DG de l’Office que «NRJI  a réalisé l’équipement solaire du terminal II pour le compte de la Société NAPS». Celle-ci étant «la sous-traitante de la Société générale des travaux du Maroc (SGTM)».
...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages