Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Les Etats-Unis s’interrogent sur leur politique arabe
Barack Obama a ordonné de reconsidérer la stratégie de la lutte contre le groupement radical l'État Islamique sur le territoire de la Syrie. Cependant, les experts affirment que sans une réorientation décisive, l'échec des États-Unis sur la direction proche-orientale est imminent.
Les rapports victorieux du Pentagone sur la lutte contre l’EI ne peuvent pas changer l'état d'esprit sceptique des experts. Selon eux, les États-Unis s’enlisent toujours plus profondément dans le problème, sans avoir de ressources matérielles pour une solution directe, ni de volonté politique pour une manœuvre non triviale. Selon toute apparence, Obama pressent que l'impasse est proche.
La question fondamentale consiste en la contradiction entre deux stratégies : la lutte contre le régime de Bachar el-Assad et la lutte contre les extrémistes de l’EI. Les analystes croient qu'il faut choisir un de ces deux objectifs puisque Damas et l'État Islamique sont en opposition. Récemment, le ministre de la Défense Chuck Hagel a avoué devant le Congrès qu’à présent, c’était l’EI et non Assad qui représentait en Syrie le problème principal. Cependant, ce ne sont que des paroles. La demande du changement des priorités risque de rester sans réponse, ce qui amènera inévitablement à un échec complet. L'orientaliste Elena Souponina dit:
"Je ne peux pas me rappeler quelque exemple positif de la politique des États-Unis au Proche-Orient. Simplement parce qu’il n’y a aucun succès. On peut dire la même chose sur la lutte contre le terrorisme. En fait, l’EI a été créé et a affermi l'influence, pour l'essentiel, en Irak, déstabilisé après l'intervention américaine. Récemment, les extrémistes de l’EI sont devenus actifs en Syrie. Les Américains exagèrent maintenant la puissance de ce groupement. On rapporte à l’EI plusieurs autres groupements. Tout cela se fait pour trouver un prétexte".
Un prétexte pour réaliser une vieille idée et pour en finir, enfin, avec le régime d'Assad. Le ministre américain de la Défense voit cela seulement dans une perspective éloignée. D’après l'avis de Hagel, la stratégie américaine consiste en un renforcement de l'opposition syrienne modérée afin qu’elle puisse défendre et contrôler les régions. Le pas suivant sera l’offensive contre l’EI et déjà ensuite – le prétendu " problème d'Assad ". Elena Souponina trouve cette logique erronée.
"Les Américains se contredisent. D'une part, ils annoncent leurs succès. Et de l'autre, ils créent l'image d’un ennemi fort pour remplacer le régime en Syrie. On a décidé d’approvisionner l'opposition syrienne en aliments et de lui fournir de l'équipement. Les Américains formeront les rebelles syriens. Qui donnera la garantie que ces rebelles ne se joindront pas ensuite aux radicaux ? Alors, les tirs de roquettes, ce n’est pas une solution".
Il est clair qu'une telle approche sera peu efficace. Les plans de Washington contredisent le bon sens et la situation géopolitique réelle. Et il ne s’agit plus que de l’Irak et de la Syrie. L'expert sur le Proche-Orient Viatcheslav Matouzov dit:
"Au Proche-Orient, les Américains perdent déjà le monde arabe. La situation en Egypte a changé brutalement – c’est un des leaders arabes définissant le climat politique dans toute la région. Et aujourd'hui, des forces patriotiques détiennent le pouvoir là. Les Arabes voient que l'Amérique mène un jeu double. Les États-Unis s'appuyaient sur les Arabes, parlaient de la coalition, mais en fait, il n’y en a pas".
Il est évident que dans sa lutte contre les islamistes radicaux, l'Amérique a besoin d’une coopération avec la partie anticléricale du monde arabe. Asad y occupe la première place. Un pas décisif vers le partenariat avec Damas aidera les États-Unis à surmonter le précipice entre les succès déclaratifs et l'état de choses réel avec l'État Islamique.
La Voix de la Russie

Alter Info l'Information Alternative

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages