Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
UN COMMANDANT DE L’ASL REVENDIQUE L’ATTENTAT SANGLANT DE BEYROUTH !
PCN-SPO / Focus / 2013 07 10 /
Focus : Le fait du jour décrypté par Luc MICHEL
pour le Service de Presse du PCN / PCN-SPO
 
Lu sur le fil de la TV Al Manar (Beyrouth)
Ce 9 juillet 2013 :
« Le groupuscule terroriste dit "Armée Syrienne Libre" a revendiqué par la voie
 de l'un de ses chefs  Bassam al-Dadah, l'attentat à la voiture piégée qui a visé le centre de la coopération islamique dans la banlieue de Beyrouth, selon la chaîne de la télévision al-Mayadine ».
 
 
# Une cinquantaine de personnes ont été blessées par l’explosion d’une voiture piégée ce mardi matin dans un parking d’une banlieue chiite du sud de Beyrouth. « Le plus sérieux incident dans le fief du Hezbollah depuis son implication dans le conflit syrien » selon Le Temps. Selon un bilan définitif, l'attentat a fait 53 blessés, a indiqué le ministre libanais de la Santé Ali Hassan Khalil. « Seulement 12 sont encore hospitalisés. Deux ont dû subir une opération », a-t-il. L'agence Reuters évoquait initialement plusieurs morts mais l'information n'a pas été confirmée. Des médias russes et roumains évoquent eux cette nuit « sept morts ».
 
D'autre part, un inconnu a jeté un grenade à l'alentour du camps Sabra des réfugiés palestiniens près de Beyrouth, acquis à Damas, faisant trois blessés, selon l'agence nationale libanaise d'informations.
 
UN ATTENTAT SANGLANT QUI VISE LE HEZBOLLAH
 
« Vers 11H00 (08H00 GMT, ce mardi matin), une voiture piégée a explosé dans un parking près d'une coopérative commerciale appelée le Centre de coopération islamique à Bir al-Abed », un fief du mouvement chiite Hezbollah, a expliqué une source militaire.
 
« Cette explosion dans son fief est le défi le plus grave lancé au Hezbollah depuis qu'il s'est engagé directement dans le conflit syrien au côté des forces du régime (syrien) » commente Reuters. Auparavant, deux roquettes avaient blessé quatre personnes le 26 mais dans la banlieue sud de Beyrouth.
 
Selon un photographe de l'AFP, « des ambulances et des véhicules de pompiers se sont rendus sur les lieux de l'explosion. Une énorme fumée noire s'élevait vers le ciel et les dégâts semblaient très importants » dans ce quartier résidentiel. « J'ai entendu une forte explosion (...) Tout le monde a paniqué. J'ai suivi les cris des gens, mes employés ont couru vers l'endroit de l'explosion parce qu'ils y ont de la famille », a raconté un autre témoin, Carole Mansour, propriétaire d'une usine de chaussures située à une rue du lieu de l'explosion.
 
« Je n'arrive pas à croire que quelqu'un ait fait ça le premier jour du ramadan! », a-t-elle lancé. Ceci pour les soi-disants « bons croyants » que prétendent être les djihadistes de l’ASL …
Le ramadan a débuté mardi pour une partie des chiites au Liban. Le jeûne commence mercredi pour les sunnites et jeudi pour le reste des chiites.
 
Aussitôt après l'explosion, des civils appartenant au Hezbollah, munis de talkie-walkie et arborant un bandeau jaune au bras, se sont déployés dans le secteur. « J'ai demandé à un boucher s'il allait fermer, mais il m'a répondu: +ce n'est rien comparé à 2006, c'est une petite explosion. Nous voulons vivre+ », a encore raconté Mme Mansour.
A l'été 2006, le quartier avait déjà subi des dégâts importants pendant la guerre qui avait opposé durant 34 jours le Hezbollah et Israël.
 
VERS UNE IMPORTATION DU CONFLIT SYRIEN AU LIBAN ?
 
Le président libanais Michel Sleiman et deux anciens Premiers ministres sunnites, Najib Maikati et Saad Hariri, ont condamné l'attentat. Alors que le ministre de l'Intérieur Marwan Charbel s'est rendu sur les lieux, des gens furieux ont voulu s'approcher de lui pour l'insulter et ont jeté des pierres dans sa direction.
 
« Cet attentat intervient à un moment d'extrême tension entre communautés » commente Reuters. A Tripoli (Liban nord), des hommes armés ont tiré en l'air dans le quartier sunnite de Bab al-Tabbaneh pour "célébrer" l'attentat de Bir al-Abed et l'armée s'est déployée pour ramener le calme.
 
Le conflit en Syrie divise profondément les Libanais entre partisans et opposants au président Bachar al-Assad, exacerbant les tensions confessionnelles. La plupart des Libanais chiites, emmenés par le Hezbollah, sont favorables à Bachar al-Assad, allié du protecteur iranien. De même que les nombreuses minorités libanaises qui apprécient le système laïque et pluraliste et la liberté de pensée et de confession de la Syrie ba’athiste.
 
S'exprimant sur l'attentat, le chef de l'Etat libanais Michel Soleimane a dit que "le retour à ces actes condamnables nous rappelle des pages sombres vécues par les Libanais". Le Premier ministre Tammam Salam a qualifié cet attentat comme « un crime visant à insécuriser et à déstabiliser le Liban », appelant le peuple à « la vigilance et à la cohésion nationale, face à ces complots ». Le président du parlement libanais a déclaré que cet attentat visait à provoquer des séditions dans le pays.  Le ministre de l'Intérieur Marwan Charbel a condamné cet attentat "criminel", qui a, pour objectif, « de créer la division et de saboter la sécurité du pays ».
 
LA THESE OCCIDENTALE ET SIONISTE DE LA « GUERRE DES CIVILISATIONS » INOPERANTE
 
Alors que dans le quartier chiite, les accusations ont immédiatement été dirigées contre l'Etat hébreu, le ministre israélien de la Défense Moshé Yaalon a affirmé que son pays n'était pas impliqué dans l'attentat qui résulte, selon lui, de la "lutte entre chiites et sunnites".
 
Explication classique des médias de l’OTAN et de leurs épigones sionistes pour plaquer sur l’agression occidentale le schéma de la « guerre des civilisations », cher aux Neocons US et aux Likudniks sionistes. Mais qui est inopérant au-delà de la propagande occidentale. La Syrie ba’athiste est un état séculier et l’Armée Arabe Syrienne est majoritairement composée de sunnites.
 
Le Grand Mufti de la République syrienne, le sunnite Ahmad Badreddine Hassoune, lors de notre rencontre à Beyrouth le 13 juin dernier, insistait sur le fait qu’il était « le Mufti de tous les Syriens », « y compris les non-croyants »
 
MALAISE ET FAUX SEMBLANTS CHEZ LES OCCIDENTAUX ET LEURS MERCENAIRES DE L’ASL
 
La « Coalition de l'opposition syrienne » fantoche, stipendiée par les occidentaux et les fondamentalistes de Doha et de Riad, violemment hostile au Hezbollah, a condamné l'attaque. « Viser les civils est un acte criminel qui s'oppose aux idéaux et principes de la révolution » (sic), a-t-elle dit dans un communiqué.
 
La France – qui arme la pseudo ASL et dont les forces spéciales encadrent ses katibas djihadistes en Syrie même – a aussi « condamné avec la plus grande fermeté l'attentat », en réitérant « son engagement pour la stabilité du Liban et son refus du terrorisme » (resic), selon le ministère des Affaires étrangères.
 
La revendication à la TV al-Mayadine a évidemment créé un malaise chez les agresseurs de la Syrie. Malaise perceptible au fait que les médias de l’OTAN se sont fait fort discret ensuite sur cet attentat sanglant. Bassam el-Dada, un des commandants de l’ASL, a aussi confirmé au site d’information libanais el-Nashra qu’ « une brigade de l’ASL a commis l’attaque dans la banlieue Sud de Beyrouth ».
 
COMMENT EXPLIQUER CETTE DERIVE TERRORISTE DE L’ASL AU LIBAN ?
 
Comment expliquer cette dérive terroriste au liban, une de plus, de l’ASL ?
Militairement l’ASL a perdu la partie. Qusseir a été une grande défaite stratégique. Homs est quasiment totalement libérée et sa périphérie sécurisée, créant comme à Qusseir une nasse où sont pris au piège les djihadistes. A Alep – dont l’ASL contrôle encore 2 quartiers - se prépare la dernière grande bataille. L’allié islamiste turc a ses propres soucis. Et sur la frontière nord, les gangs d’al-Nosra se confrontent aux milices kurdes du PYD (le PKK syrien), lassée de leurs exactions.
 
A défaut d’une intervention occidentale – que Moscou et Pékin ont clairement interdite à l’OTAN, fixant leur propre « ligne rouge » – la carte militaire est perdue.
 
Plus grave, l’ASL a perdu ses soutiens qataris. Et le Congrès US a bloqué les importations d’armes lourdes que l’administration Obama entendait organiser largement. Selon Reuters, citant des responsables de l'Agence de la Sécurité Nationale US, la NSA , « le Congrès vient de suspendre sa décision au sujet d'une accélération de la livraison d'armes aux rebelles syriens ». Reuters ajoute que « cette décision fait écho aux craintes de nombreux représentants US de voir les armes "létales" américaines tomber entre les mains des extrémistes ». Ce sont « les Comités du renseignement composés de représentants et de responsables sécuritaires qui auraient examiné derrières les portes closes le projet du renforcement de la livraison d'armes aux rebelles et qui ont plaidé en faveur de sa suspension ».
 
Voici donc pour les djihadistes de l’ASL le temps des désespérados et de la fuite en avant. Qui sera aussi celui des réglements de compte crapuleux et des vengeances personnelles. Et ceci vaut encore plus pour les islamistes du Front al-Nosra (al-Qaida en Syrie), intégrée aux katibas de l’ASL dont elle constitue au moins 70% des forces. Les islamistes se sentent lâchés et trahis par leur alliés occidentaux.
 
L’attentat de Beyrouth et sa revendication par une faction de l’ASL est sans doute la première manifestation des soldats perdus de la soi-disant ASL …
 
Luc MICHEL
______________________
 
http://www.lucmichel.net/2013/07/10/luc-michel-focus-un-commandant-de-lasl-revendique-lattentat-sanglant-de-beyrouth/
 
http://www.syria-committees.org/luc-michel-focus-un-commandant-de-lasl-revendique-lattentat-sanglant-de-beyrouth/

Alter Info l'Information Alternative

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages

    Menu