Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Ce qui se passe en Égypte, c’est un vulgaire massacre, et cela n’a rien à voir avec une quelconque « transition révolutionnaire », écrit Robert Fisk.
Pour Abdel-Fatah al-Sisi, les intérêts d’Israël valent bien un coup d’état
Qu’est-il arrivé à l’Égypte ? Les morts sont appelés des « terroristes », le mot que les Israéliens utilisent pour leurs ennemis. Le mot que les Américains utilisent. La presse égyptienne parle « d’affrontements », comme si des Frères musulmans en armes avaient combattu la police. Hier matin, j’ai rencontré un vieil ami égyptien qui m’a dit qu’il avoir regardé le drapeau de son pays pui s’être mis à pleurer.

Je peux comprendre pourquoi. Pourquoi tant de morts ? Qui les a tués ? Il y a beaucoup d’Égyptiens aujourd’hui, des personnes anti-Morsi, bien sûr, qui m’ont dit hier ne pas croire que les partisans des Frères étaient tous avec des fusils, comme celui de la veille, tenant une kalachnikov près de l’hôpital - un homme que j’ai aperçu - car la vérité est que la police a abattu des hommes désarmés et pas un seul policier n’a été tué. Ce fut un massacre. Ce fut un véritable massacre. Il n’y a pas d’autre mot.

Et nous entendons les paroles de nos ministres bien-aimés. Prenez William Hague, qui a demandé aux autorités égyptiennes de s’abstenir de toute violence, car « est venu maintenant le temps pour le dialogue et non la confrontation ».

Oh mon cher ! Certainement pas les mots qu’il allait utiliser pour le gouvernement syrien, bien sûr.N’allons pas plus loin quand nos amis égyptiens utilisent une telle puissance de feu contre leurs adversaires.

Si c’étaient des copains de Bachar al-Assad qui tuaient tant de manifestants dans les rues de Damas, l’ONU ferait part de son horreur, de notre fureur sans limites, de notre dégoût. Mais bien sûr, c’est Le Caire, et pas Damas, et nos paroles doivent être tempérées quand nous nous adressons à nos amis, surtout à ce général qui dirige le pays. Et attention ! Le ministre égyptien de l’Intérieur égyptien a dit à son peuple que le sit-in de la Fraternité à la mosquée Rabaa « si Dieu le permet, doit cesser. Nous espérons qu’ils reviennent à la raison et rejoignent le processus politique. » Mais n’était-ce pas ce qu’ils avaient fait quand ils ont gagné les élections ? Le général Mohamed Ibrahim, le ministre de l’Intérieur, a déclaré que 21 membres des Frères musulmans avaient été tués. Alors, pourquoi ai-je compté 37 corps sur le sol de l’hôpital hier matin ?

Mais quel est le « processus politique » en Égypte ? Si vous pouvez participer à une élection et gagner - et ensuite être déposé par un général (par exemple un type du nom d’Abdel-Fatah al-Sisi) - quel est l’avenir de la politique en Égypte ? L’Occident peut vouloir aimer l’Egypte, mais elle est maintenant dirigé par un général très difficile qui ne semble pas se soucier beaucoup ce que nous pensons. Il se rend compte que les relations de l’Égypte avec Israël sont beaucoup plus importantes que n’importe quel coup d’État au Caire, et que la préservation du traité de paix entre l’Égypte et Israël vaut bien plus que toute prétention à la démocratie au Caire.

Et nous - en Occident - allons marcher de concert avec cela. M. Obama a dit aux Égyptiens que les aux États-Unis « seront toujours un partenaire solide pour le peuple égyptien car ils tracent leur voie vers l’avenir ». Et le peuple égyptien - tenez-vous bien - s’était vu « donné une chance de mettre sur les rails la transition post-révolution dans le pays." Donc là vous l’avez ! Le coup d’État militaire était une « transition post-révolution ». Oubliés les 37 morts que j’ai vu à l’hôpital ce samedi. Oublié le discours que Barack Obama a fait dans le bâtiment de l’Université du Caire il y a quatre ans. Nous sommes dans une transition post-révolutionnaire. Appelez Lénine.



* Robert Fisk est le correspondant du journal The Independent pour le Moyen Orient. Il a écrit de nombreux livres sur cette région dont : La grande guerre pour la civilisation : L’Occident à la conquête du Moyen-Orient.

Alter Info l'Information Alternative

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages