Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Ingérence impérialiste en Egypte: Quand Bandar Bin Sultan et Israël mènent le bal des vampires…
Remarquable analyse, truculente et aiguisée comme un scalpel de la situation égyptienne et moyen-orientale par Pepe Escobar, dont les travaux sont toujours un plaisir à traduire pour  notre équipe…
– Résistance 71 –
 
Et maintenant, un message de nos sponsors (saoudiens)

Le voici, le voilà, le nouveau pharaon d’Egypte, Pinochet Sisi, dans toute sa splendeur (full regalia/glory.) Les sous-titres sont superflus. Voici le moment de l’oscar du général Abdel Fattel Sisi. Il remercie ses sponsors et producteurs. Lorsqu’il mentionne “l’Arabie Saoudite”, la foule est en délire, de même lorsqu’il mentionne le roi “Abdallah”.
Quelle performance. On aura droit à un film biographique. Il rêve déjà à Jack Nicholson jouant son rôle  à l’écran. Notez son rictus auto-satisfait, alors qu’il a tellement confiance en sa capacité d’avoir trompé des légions de “progressistes” arabes, des laïcs de gauche aux nasséristes et qu’il les a dupé à croire qu’il défend les intérêts du “peuple égyptien” toujours invoqués.
Notez la mention “lutte contre le terrorisme” en bas a gauche du petit écran. Et voilà Sisi comme Deubeuliou, en mode “mission accomplie”. Qui prête attention à ce que l’Egypte a été réduite à un état sanglant qui plus est en échec ? Qui se soucie des manchettes contradictoires: “Des militants du Sinaï exécutent 25 policiers” contre “La junte militaire fait suffoquer 38 détenus dans un van de la police” ? Il gagne la “guerre contre la terreur”, en tant que nouvelle tête du serpent, serpent qui n’est du reste jamais parti.
Relaxez-vous dans l’aura du serpent et comme climax du spectacle, l’ancienne tête du serpent pourrait bien être libérée ces prochaines 24 heures. Pour la plus grande joie de la maison des Saoud, qui l’aimait comme l’un des siens, les charmeurs de serpent sont en passe de relâcher Hosni Moubarak. “Printemps arabe” ? Peut-on facilement entendre dire l’ancienne tête du serpent. “Ne me faites pas rire”. Et nous ne le ferons pas, du moins en public. Ce “printemps arabe”, cette invention de Google, ne s’est jamais produit. Vous pouvez tous rentrer à la maison maintenant et y rester. Le serpent va vous protéger et défendre vos intérêts et ceux du “peuple égyptien”. Mais rappelez-vous: si vous êtes contre nous… Vous êtes un terroriste et nous viendrons vous prendre.
Nous décidons de ne pas décider
Les producteurs de la saga épique égyptienne sont aussi réjouis que leur star. Quel super succès au box-office. Qui se soucie que le pays des caniches, comme l’union Européenne, va rassembler une “réunion d’urgence” ce mercredi pour peut-être “suspendre l’aide” au glorieux Sisi ? Qui se soucie si le congrès américain essaie de suivre le même chemin ? [1]
Imaginez un écran divisé mettant en images les éclats de rire dans l’antre des producteurs de Ryadh. Pour le gouvernement Obama, ceci fut et demeure, un coup d’état qui n’est pas un coup, bien qu’il ait fonctionné comme un coup et a parlé comme un coup. Mais les impératifs catégoriques ne s’appliquent pas ici. Ainsi le congrès décide qu’il ne va pas dire s’il s’agit d’un coup d’état ou pas. Le gouvernement Obama lui, décide de ne rien dire sur ce qu’il va décider, ceci “reprogramme” tout le truc.
Quelque soit l’indécision atteinte, les producteurs du spectacle s’en foutent. Le premier ministre saoudien, l’éternel Saoud al-Faisal, a déjà promis que les producteurs et les producteurs associés du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), comme les Emirats Arabes Unis, maintiendront la somme allouée, voire même doubleront toute l’aide perdue par la glorieuse tête du serpent Sisi.
Le quotidien du New York Times lutte dur pour donner l’impression que Washington avait un pouvoir quelconque à influencer le glorieux Sisi et les producteurs, contre lancer un coup qui n’est pas un coup. [2] Ceci est éminemment risible (retour sur l’écran divisé montrant Ryadh…). La seule pépite dans tout le rapport est que la maison des Saoud, les EAU et Israël ont frénétiquement incité, soutenu et fait pression pour l’avènement de ce coup qui n’est pas un coup, Asia Times en ligne l’ayant rapporté.
Oups, Israël, le glorieux Sisi ne pouvait pas remercier ce producteur particulier dans son discours de remerciement à la remise de l’oscar. Comment pouvez-vous justifier ceci à la rue arabe ? Que nous sommes les serviteurs des occupants de la Palestine ? Quant aux Israéliens, ils ne pouvaient pas plus s’en foutre, Sisi est un “des leurs”, ils sont toujours “en très proche communication” et il ne ferait jamais rien pour faire annuler les accords de Camp David.
Sunny, je t’aime
Le gouvernement Obama a fait sous-traiter sa politique moyen-orientale par la maison des Saoud à ses propres risques et périls. Quoi que dise Abdallah, le roi du “retour des morts-vivant”, c’est tout bon. Non en fait, quoi que dise et fasse le “retour de l’espion invisible”, Bandar Bin Sultan et son retour spectaculaire, celui qu’on nomme aussi “Bandar Bush”, est tout bon. La beauté de ce coup qui n’en est pas un et du discours de remerciement de l’oscar de Sisi, est que Bandar, grand praticien de l’art obscur, n’est même jamais mentionné.
Et pourtant, ce fut Bandar Bush qui, dans sa réunion récente de quatre heures avec le président Poutine, n’a pas obtenu ce qu’il voulait en Syrie ; mais il a obtenu ce qu’il voulait en Egypte. Le joueur d’échec Poutine a de suite vu l’ouverture, après tout, la confrérie des Frères Musulmans est un anathème à la fois pour la maison des Saoud et pour le Kremlin. Et s’il n’y a plus “d’aide” américaine à la junte de Sisi, comme dans: nous vous donnons plus d ‘argent ocmme cela vous pouvez acheter plus encore de nos armes… Il n’y a plus rien pour empêcher l‘industrie d’armenent russe de remplir le vide créé.
Rien de tout cela bien entendu ne fera partir la crise tragique syrienne. Pendant le ramadan, ce fut Bandar Bush qui organisa l’acquisition silencieuse d’au moins 50 milions de dollars d’armes d’Israël, qui furent immédiatement envoyées dans le filet des gangs de mercenaires slafistes, djihadistes, soutenus par la maison des Saoud. Ceci après que Bandar Bush ait renforcé le bras du gouvernement Obama pour se débarasser des Qataris, qui payaient les factures des frères musulmans en Egypte et le laisse prende en compte le djihad en Syrie.
Bandar a le vent en poupe. Il est maintenant à la tête d’un “djihad total” très ambitieux, d’une stratégie à trois branches en Syrie, en Irak et au Liban, manipulant la même vieille maison des Saoud et son dada de haine sectaire, excitant les sunnites contre les “hérétiques” chiites, avec une grande emphase sur les attentats à la voiture piégée dans des zones civiles, comme l’a montré l’attentat très récent de la banlieue sud de Beyrouth Zahiyeh.
Ceci est une franchise de longue haleine avec beaucoup de suites en stock. Pour l’instant, il est au sommet du box-office en Egypte. Mais il pourrait bien y avoir un levier à cela. Le mouvement Tamarod, qui a collecté 22 millions de signatures qui ont menées aux manifestations de masse créant l’ouverture pour le coup d’état qui n’en est pas un, demande maintenant non seulement l’annulation de “l’aide” américaine, mais aussi celles des accords de Camp David. [3]
Ceci est une autre bombe, le cœur du problème aussi loin que soient concernés les Etats-Unis et Israël. Et si Tamarod arrive une fois de plus à obtenir 22 millions ou plus de signatures, voire même la majorité absolue pour l’abhoration des Egyptiens de cette “paix” avec Israël ? Le glorieux Sisi aura t’il le courage de déplaire à ses produceurs israéliens ? Bandar lui donnera t’il le feu vert ? Le gouvernement Obama instaurera t’il une “zone d’exclusion aérienne” au dessus du Caire ?
Alors que le monde attache une myriade de ceintures de sécurité devant les tempêtes qui s’annoncent, les nouvelles en provenance de la Maison blanche sont quant à elles appaisantes. Il y a un nouveau membre dans la famille, un chiot nommé Sunny. Photo de la famillle chantant à table, à l’unisson: “Les mauvais jours sont partis/les bons jours sont ici/mon Sunny brille si sincère”. Coupez… Plan sur Sisi/Jack Nicholson dans toute sa splendeur:
 
"Heeeeeere’s Johnny!"
 
Notes:
1. Obama administration quietly suspends military aid to Egypt, mulls ‘coup’ – report, Russia Today, August 20, 2013.
2. How American Hopes for a Deal in Egypt Were Undercut, The New York Times, August 17, 2013.
3. Egypt’s Rebel Campaign launches petition to cancel US aid, Israel peace treaty, Ahram Online, August 18, 2013.
 
Pepe Escobar est l’auteur deGlobalistan: How the Globalized World is Dissolving into Liquid War(Nimble Books, 2007) and Red Zone Blues: a snapshot of Baghdad during the surge. Il a aussi écrit: Obama does Globalistan (Nimble Books, 2009).
 
Pepe Escobar
 
url de l’article original: http://www.atimes.com/atimes/Middle_East/MID-05-200813.html
~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~
 

Alter Info l'Information Alternative

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages