Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
LE PRESIDENT ASSAD ‘PRET A SE PRESENTER A LA PRESIDENTIELLE DE 2014’
KH & LM pour Syria Committes Website /
Avec Al-Mayadeen TV – AFP - SANA  – PCN-SPO / 2013 10 21 /
http://www.syria-committees.org/
https://www.facebook.com/syria.committees
http://www.scoop.it/t/pcn-spo
 
Dans une interview diffusée ce lundi soir par la chaîne libanaise Al-Mayadeen, M. Assad s'est par ailleurs dit prêt sur le plan personnel à se présenter à l'élection présidentielle de 2014. Le chef de l'Etat syrien Bachar al-Assad s'est déclaré « prêt à se présenter à la présidentielle de 2014 ».
 
A la question de savoir s'il comptait se présenter à la prochaine élection présidentielle, il a affirmé: "Ma réponse dépend de deux facteurs: le première est le désir personnel, et le second est la volonté du peuple". "Pour le premier point, celui me concernant personnellement, je ne vois pas pourquoi je ne me présenterais pas à la prochaine élection".
 
"LES CONDITIONS PAS ENCORE REUNIES" POUR DES NEGOCIATIONS DE PAIX
 
Le président syrien Bachar al-Assad a affirmé que les "conditions n'étaient pas encore réunies" pour des négociations de paix avec l'opposition, malgré les efforts déployés sur le plan international pour la tenue d'une conférence de paix.
 
Evoquant la conférence de Genève-2 voulue par la Russie et les Etats-Unis, pour tenter de trouver une solution au conflit en réunissant représentants du régime et de l'opposition, M. Assad a affirmé: "aucune date n'a été fixée, et les conditions ne sont pas encore réunies si nous voulons qu'elle réussisse". "Quelles sont les forces qui y prendront part ? Quel lien ont-elles avec le peuple syrien ? Ces forces représentent-elles le peuple syrien, ou représentent-elles les Etats qui les ont inventées?", s'est-il interrogé. "Comment ces forces peuvent-elles représenter le peuple syrien si elles vivent à l'étranger ? Elles n'osent pas venir en Syrie", a-t-il poursuivi.
 
M. Assad n'a jamais reconnu le Coalition de l'opposition syrienne, qui réclame son départ, et l'accuse fort justement de travailler sous les ordres de pays occidentaux et de la région. "La solution (au conflit syrien) doit être une solution syrienne", a-t-il martelé.
 
Il a qualifié au passage les Frères musulmans, une composante de l'opposition, de "groupe terroriste". "Concernant les Frères musulmans, ils deviennent de plus en plus terroristes (...), il s'agit d'un groupe terroriste et opportuniste (..) qui utilise la religion pour des objectifs politiques", a-t-il déclaré.
 
Alors que l'émissaire de l'ONU et la Ligue arabe doit se rendre en Syrie dans le cadre de la tournée qu'il effectue actuellement dans la région pour discuter de Genève-2, qui était espérée pour fin novembre, M. Assad a demandé à l'émissaire Lakhdar Brahimi de "ne pas dévier du cadre de la mission" qui lui a été confiée. "Nous lui demandons de respecter sa mission, de ne pas dévier du cadre de sa mission. Il a été chargé d'une mission de médiation, le médiateur doit être neutre", a-t-il dit. "Il ne devrait pas faire des tâches qui lui ont été assignées par d'autres pays, mais se concentrer sur le processus de dialogue entre les parties en conflit sur le terrain", a-t-il souligné. La dernière visite en Syrie du médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe, en 2012, avait été vivement critiquée par les autorités syriennes qui l'avaient accusé de "biais flagrant".
 
CHANTAGE D’ETAT US :
“SI ASSAD EST REELU EN 2014, LA GUERRE CONTINUERA“ MENACE KERRY !
 
« Si le président syrien Bachar al-Assad est réélu en 2014, la guerre continuera », a menacé lundi le secrétaire d'Etat américain John Kerry. Car des sondages russes, mais aussi de la CIA, donnent Assad grand vainqueur à plus de 70% !
 
"S'il pense régler les problèmes en étant candidat à sa réélection, je peux lui dire ceci: je crois qu'il est certain que cette guerre ne finira pas tant qu'il est là où il est", a-t-il ainsi déclaré lors d'une conférence de presse à Paris, au moment même où le président Assad annonçait qu'il était prêt à se présenter à la présidentielle de 2014. Mais, pour le responsable américain, l'opposition syrienne n'acceptera jamais qu'il reste au pouvoir. "Je ne connais personne qui pense que l'opposition consentira à ce que Bachar al-Assad participe au gouvernement", a estimé John Kerry après un entretien avec le ministre qatari des Affaires étrangères, Khalid ben Mohammad al-Attiya.
 
Kerry reprend les mensonges de Waqsdhington et de l’OTAN sur la provocation ASL-Saoudiens de Djobar, dont Moscou a établi que les vrais responsables étaient les ennemis de Damas : "Il a bombardé et gazé les habitants de son propre pays. Comment cet homme peut-il légitimement revendiquer la présidence dans le futur ?", a martelé le responsable de la diplomatie américaine à la veille d'une réunion à Londres des "Amis de la Syrie" (sic) où Occidentaux et régimes fantoches arabes vont chercher à convaincre l'opposition syrienne divisée de s'asseoir à la table de la conférence de paix prévue en novembre à Genève.
 
"Nous sommes concentrés sur l'aide à apporter à l'opposition modérée. Nous continuerons (...) parce que nous pensons qu'il faut aller aux négociations", a dit Kerry.
 
Interrogé sur une participation de l'Iran, allié stratégique du régime de Damas, à la conférence de Genève-2, M. Kerry a estimé que Téhéran devrait d'abord accepter l'idée d'un gouvernement de transition en Syrie. Lisez, car la « transition » occidentale cela a toujours été cela, l’établissement d’un régime fantoche pro-occidental."L'Iran n'a pas accepté la mise en vigueur de Genève 1, donc il est difficile de considérer que (sa venue) serait productive", a-t-il souligné."S'ils acceptent Genève et veulent être constructifs (sic) alors ce sera une autre histoire", a-t-il conclu avec arrogance ...
 
KH & LM

Alter Info l'Information Alternative

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages

    Menu