Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
«Nous ne partageons pas les mêmes visions ni les grandes orientations avec la majorité ». Le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, a tenu à réitérer les positions fermes du parti à l’égard de la coalition gouvernementale, au cours d’une rencontre populaire organisée par la Jeunesse Ittihadie à Tétouan.
Pour Driss Lachgar, le choix de l’USFP a été adopté par conviction afin de donner un sens à la notion de l’opposition institutionnelle toute sa dimension consacrée par la nouvelle Constitution. Et de préciser que la position du parti de la Rose au sein de l’opposition émane des urnes, et que son retour au pouvoir passera inévitablement par les urnes et la volonté populaire.
Le dirigeant ittihadi a, par ailleurs, critiqué le gouvernement Benkirane qui n’a pas annoncé jusqu’à présent les dates des élections locales et régionales qui devraient logiquement faire suite aux élections législatives du mois de novembre 2011. Le gouvernement observe  un silence suspect à ce sujet. Et c’est la première fois depuis le gouvernement d’Alternance dirigé par Abderrahman El Youssoufi (1998-2002) que les Marocains ne sont pas informés de l’agenda des élections. Cette situation sème la confusion, le doute voire le malaise. Et cette suspicion s’accentue davantage car, selon lui, le gouvernement tergiverse au niveau de l’opérationnalisation de la nouvelle Constitution. Depuis son investiture en 2012, ce gouvernement n’a présenté que deux parmi les 19 lois organiques qui complètent la Constitution.
Quant à la crise économique et sociale, le Premier secrétaire de l’USFP estime que la sortie de cette situation exige une approche participative de la part du gouvernement. Cependant, « une partie de la majorité préfère l’exclusion et la domination, ce qui va à l’encontre des aspirations de la société marocaine à l’édification d’un cadre institutionnel dans lequel l’Exécutif et l’opposition jouent leur rôle constitutionnel. Cela desservira les intérêts du pays et empêchera de relever les défis politiques, sociaux et économiques actuels et futurs».
Driss Lachgar a également déploré le fait que le gouvernement se contente de discours et de slogans creux pour s’attaquer à la corruption, au lieu de prendre des mesures et d’adopter des lois à même  d’éradiquer ou à tout le moins de réduire  ce fléau.
A noter que plusieurs membres du Bureau politique de l’USFP ont assisté à cette rencontre, notamment Mustapha Ajjab, Soufiane Kheirat, Hanane Rihab, Badia Radi ainsi que les élus de la région de Tanger-Tétouan au sein de la Commission administrative et les membres du secrétariat et des bureaux provinciaux de la région.
...

Lors de son match samedi soir au Grand Stade de Marrakech pour le compte de la cinquième journée, groupe C, des éliminatoires de la Coupe du monde 2014, le Maroc s’est contenté d’une petite victoire face à la Gambie par deux buts à zéro.
Une rencontre qui n’a pas atteint le niveau escompté, puisque techniquement les joueurs nationaux n’ont pu construire un fond de jeu intéressant, ni même démontré l’exécution d’automatismes travaillés en séances d’entraînement. Pire encore, la condition physique chez certains joueurs laissait à désirer, alors que le compartiment offensif a fait preuve encore une fois de son excès de zèle dans  l’art du ratage.
Pour ce qui est du match, tout laissait croire que la marque serait large puisque les nationaux, par le biais de Berrada, ont ouvert le score à la troisième minute de jeu après bien sûr une première occasion ratée par Hamed Allah dès l’entame de la partie. La suite de la première mi- temps fut marquée surtout  par les occasions créées par les visiteurs qui ont failli revenir au score si ce n’était la vigilance d’Amsif qui a réussi d’ailleurs un bon match.
A la reprise, les joueurs de l’équipe nationale ont montré à nouveau un bon visage pendant les premières minutes, passant par un but refusé à El Arabi à la 47e pour hors- jeu et arrivant au revenant  Belhanda qui est parvenu à marquer le second but à la 51e minute.
Juste après, alors que tout le monde s’attendait à une domination des nationaux, Bergdich s’est permis une faute à la surface de réparation, concédant ainsi un penalty que l’adversaire a raté, faisant le bonheur des Marocains qui attendaient d’autres réalisations, sauf que les concernés sur l’aire de jeu n’ont pu concrétiser le rêve de ces milliers de supporters qui, convaincus des limites de nos joueurs, espéraient au moins assister à une éventuelle cascade de buts.
Cette victoire ne doit pas constituer l’arbre qui cache la forêt, car, loin de faire dans les mauvais calculs de la fin des tournois, il faut reconnaitre que beaucoup de travail attend l’équipe nationale et que nous ne sommes pas près de réaliser le vœu du public en 2015.
Lors de la conférence de presse d’après- match, le sélectionneur national a tenu à  souligner l’importance de la victoire de ce soir car, a-t-il soutenu, elle va donner confiance au groupe surtout qu’elle vient suite à celle du match contre la Tanzanie et que tout cela permet de continuer le travail entrepris. Il a noté aussi que la Gambie n’était pas un adversaire facile et qu’en éliminatoires de la Coupe du monde, il faut savoir gérer les matchs un à un. Taoussi, qui se voulait rassurant, a lié la modestie de la condition physique chez certains joueurs à la chaleur qui avoisinait les 30 degrés, mais aussi à la fin de saison des différents championnats pendant lesquels les joueurs sont à bout de leurs forces. Le coach national n’a pas caché sa satisfaction quant à l’alignement de six joueurs de l’équipe olympique, arguant que cela montre la continuité dans le travail entrepris par les différentes composantes de l’équipe nationale. Pour ce qui est du prochain match contre la Côte d’Ivoire, Taoussi a déclaré que quel que soit le résultat, l’équipe  ira affronter les Ivoiriens pour faire un bon match, ne serait- ce que pour sauver l’honneur. Quant à son bilan personnel avec l’équipe nationale, le sélectionneur a préféré laisser cela à la fin de son contrat pour être plus objectif.   

Bravo à la SNRT

En sortant du tunnel menant des vestiaires à la pelouse du Grand stade de Marrakech, le membre fédéral Karim El Alem a été vu entrain de discuter avec les arbitres juste avant l’entame de la seconde mi-temps. L’un des membres du staff technique de la sélection gambienne a vu la scène et n’a pas tardé à se diriger vers El Alem qui a aussitôt vidé les lieux.
Toute la scène a été mise en boîte par les caméras de la SNRT. Pour une fois, le réalisateur est allé jusqu’au bout et n’a pas préféré zoomé sur un cadre insignifiant.
...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages