Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Les pouvoirs publics ont-ils la volonté réelle de lutter contre le dopage dans les milieux du sport national ? Difficile de répondre à cette question, mais le silence observé par le ministère de la Justice et des Libertés et le Parquet concernant les deux plaintes déposées par l'Association marocaine de sensibilisation contre le dopage dans le sport (AMSDS), laisse penser que le grand ménage dans le sport national n'est pas pour demain.
Intervenant lors d'une conférence de presse, organisée le 13 septembre à Casablanca, Lahcen Karam, président de l'AMSDS a indiqué que la question du dopage dans le sport marocain prend des proportions alarmantes et que le pays est en train de devenir une plate-forme de consommation et de trafic des substances dopantes. A preuve, la multiplication des cas de dopage constatés ces dix dernières années sur nombre d’athlètes marocains lors de manifestations sportives mondiales (Munich 2002, Osaka 2007, Berlin 2009 et Londres 2012) ainsi que les dernières saisies effectuées dernièrement  par les services de police espagnole et française de produits dopants à destination du Maroc. « Tout cela laisser à penser qu'il y a des réseaux de trafiquants derrière cela  disposant de laboratoires, de chercheurs ainsi que de moyens  logistiques pour écouler leur marchandise» a-t-il affirmé.
Une situation de plus en plus inquiétante, selon lui, à cause du silence assourdissant des pouvoirs publics. L'intervenant a révélé que l'immobilisme des autorités compétentes face aux déclarations choquantes d'ex-athlètes marocains dont l'ancien champion du monde et champion olympique Saïd Aouita qui a accusé la Fédération Royale marocaine d'athlétisme (FRMA) d'encourager la prise de produits dopants, en dit long sur la volonté de lutter contre ce fléau. Pire, les deux plaintes qui ont été déposées, selon lui, par l'AMSDS auprès du ministère de la Justice et des Libértes et du Parquet concernant ce sujet, ont été classées sans suite.
Pour faire face à ce problème, le président de l'AMSDS pense que Mohamed Ouzzine, ministre de la Jeunesse et des Sports, est appelé à changer d'optique et à opter pour une approche plus étendue. Le président de l'AMSDS estime que le sportif est la première victime du dopage puisque c'est lui qui en subit les conséquences négatives aux niveaux de sa santé, son image et sa carrière. «La responsabilité est diffuse. Elle implique les clubs, les Ligues, les Fédérations, le Comité olympique ainsi que l'entourage proche de l'athlète », a expliqué Lahcen Karam.
A ce propos, il a déclaré que l'AMSDS  salue les séries de mesures initiées par le ministère de la Jeunesse et des Sports, annoncées jeudi dernier à Rabat et destinées à insuffler une nouvelle dynamique au sport national, notamment celles relatives à la dissolution du Comité national pour la prévention et la lutte contre le dopage (CNPLCD) et la création de l'Agence nationale de lutte contre le dopage (ANLCD).
 M. Karam a estimé que le comité fut une erreur conceptuelle et en totale contradiction avec l'esprit du droit international. Une situation qu'il faut éviter lors de la création de la nouvelle agence qui suscite, elle aussi, certaines interrogations, notamment en ce qui concerne sa constitution, sa mission et son fonctionnement. « On veut  une agence semi-indépendante, respectueuse des standards internationaux et qui prend en compte les spécificités du cas marocain. Il faut également que cette agence soit mentionnée dans une loi annexe », a-t-il précisé.
Pourtant, l'intervenant reste sceptique face à l'opérationnalisation de ces mesures puisqu'il y aura des poches de résistances qui vont s'opposer farouchement à celles-ci, a-t-il conclu.
...

Le drame survenu le 3 septembre 2012 sur la route de Tizi N’Tichka, n’était que la dernière goutte qui a fait déborder le vase. Le célèbre col et les dizaines de kilomètres escarpés de cette route tuent depuis longtemps. Les réseaux associatifs d’Ouarzazate, Errachidia, Zagora et Tinghir, soit la région proposée Draâ-Tafilalet, veulent mettre fin à cet état qui frise la punition collective. Un meeting-plaidoyer sera ainsi organisé le 22 septembre au Palais des congrès à Ouarzazate, en présence de 300 personnes, toutes les composantes de la société du Sud-est confondues.  Le thème est sans ambages : «Tous pour un tunnel au Tichka».
Initiée en partenariat avec la commission régionale du CNDH, et le conseil municipal d’Ouarzazate, cette rencontre sera ainsi une occasion pour alerter le gouvernement qu’il n’est plus  supportable  ni admissible de reporter le projet de construction d’un tunnel au niveau du col de Tichka, situé sur la route No 9 reliant Ouarzazate à Marrakech.
Le meeting du 22 septembre sera, selon les réseaux associatifs, une énième occasion pour clamer et réclamer haut et fort cette volonté populaire et institutionnelle locale et régionale de passer à l’acte et de donner confiance aux citoyens du Sud-est, en la sincérité des discours sur le développement de la région.
Plusieurs régions pâtissent de cet état désolant, dont Tinghir, Kelâat Mgouna, Boumaln Dadès, Tagounit, Mhamid, Zagora, Agdz et Tata... «bref, tout le Maroc oublié, et dont on ne se rappelle qu’aux temps des catastrophes», commente Mohamed Oulahcen, du Réseau associatif de Zagora pour la démocratie et le développement (RAZDED).
Il s’agit bel et bien d’une dette historique, envers une région qui a longtemps été marginalisée et a constitué plutôt une zone des centres de détention et  un lieu d’exil pour indisciplinés de tous les secteurs ! Il est temps de remettre les pendules à l’heure et de réhabiliter les gens et la terre dans leurs droits les plus indéniables. Déjà, des efforts dans ce sens ont commencé en 1974 à la faveur d'une étude de faisabilité élaborée à cet effet. Une étude technique et financière a eu lieu en 1996, à l'initiative du département de l'Equipement d'Ouarzazate. Mais toutes les deux n'ont pas eu de suite jusqu'à présent. Une troisième a été initiée il y a quelques années par la région Souss-Massa-Drâa, toujours en suspens. Les acteurs socioéconomiques et associatifs de la région n'entendent, pourtant pas lâcher prise. Les mêmes études prévoient la liaison par tunnel entre Asgaour et Tagadirt.Si les experts du département de l’Equipement estiment que le coût est élevé, la réponse immédiate est qu’il s’agit d’un droit et non d’un privilège à considérer sous l’angle des revenus économiques.
Aussi grand que soit le coût financier, la mise en œuvre de cet ouvrage est pourtant vitale. Si l’on compare les chiffres avancés aux importants dommages socioéconomiques provoqués chaque année par les fréquentes coupures de la route nationale No 9 lors des saisons enneigées, aux accidents et drames fréquents, au sentiment d’enclavement dont les effets psychologiques sur les populations locales sont à prendre en considération, l’on saura sans doute que le projet est une nécessité  absolue.
...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages