Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Pour la troisième année consécutive, le Complexe culturel Sidi Belyout a servi de cadre à une exposition photos d’Abdenbi El Moussaoui.
Organisée du 16 au 24 mai, cette troisième édition s’inscrivait dans le cadre de deux événements célébrés en ce mois de mai : la commémoration du dixième anniversaire des attentats de Casablanca et la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse.
« Cette exposition est unique en son genre parce qu’elle comporte des photos qui rappellent à tous le douloureux souvenir des attentats de Casablanca qui ont endeuillé le Maroc, il y a 10 ans », a confié le photographe soulignant que cette première partie de l’exposition avait pour thème : « 16 mai et ses retombées » et que le choix de l’intitulé « n’a pas été facile vu que les photos qui constituent l’exposition datent d’il y a 10ans. Alors que d’autres remontent à plusieurs années. Cependant, toutes traitent du même sujet : le terrorisme ».
Justifiant l’intérêt d’exposer ces images, le photographe rappelle que « beaucoup de jeunes avaient à l’époque des faits entre 5 et 8 ans et ne pouvaient pas comprendre ce qui s’était passé et la douleur des familles des victimes. L’exposition appelle à lutter contre de tels actes et invite les autorités à éradiquer tous les maux dont se servent leurs auteurs », précisant qu’il a pris le souhait de ne pas exposer des photos trop sensibles.
S’agissant de la seconde partie de l’exposition, présentée sous le signe «Le photojournalisme, souvenirs inoubliables», le photographe confie avoir «créé une synergie entre le souvenir de ces actes ignobles et la Journée mondiale de la liberté de la presse».
Conscient que le 16 mai serait plus présent dans l’esprit du citoyen marocain, Abdenbi El Moussaoui a voulu également attirer l’attention de l’opinion publique sur le photojournalisme. «Le photojournaliste doit être protégé lors de l’exercice de sa profession, aussi bien de la police que des citoyens. C’est un métier à risque, même si la profession bénéficie d’un peu de liberté».
Cette exposition comptait 32 photos dont la moitié consacrée au 16 mai.
...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages