Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Cela fait des années que les politiques économiques au Maroc font de la lutte contre l’inflation leur priorité principale. Pérennisation de la stabilité socioéconomique oblige. Etant donné qu’il est très sensible aux hausses des prix, le Marocain croit que celles-ci ne sont pas la conséquence des évolutions des différents agrégats économiques, mais le fruit d’une décision politique. On entend souvent dire «on nous a augmenté le prix de la matière x ».
En effet, selon une note d’information du Haut-commissariat au plan relative aux comptes nationaux provisoires de 2012, parvenue hier à Libé, l’augmentation du PIB, au prix courant, a été de  3,2% induisant une hausse du niveau général du prix implicite de 0,5% en 2012. Cette évolution montre à quel point les politiques économiques, en particulier monétaires au Maroc, veillent à garder le niveau de l’inflation annuelle en dessous des 2%.
Cette insistance des autorités monétaires à maîtriser ce phénomène, qualifié de «mal nécessaire» pour la croissance économique par les économistes, a été fortement critiquée par le Haut-commissaire au plan, Ahmed Lahlimi, lors de la présentation de «la situation de l'économie nationale en 2012 et les perspectives de 2013».
« Ce ne serait pas un reniement si on dépassait le taux d'inflation habituel (entre 1,5 et 2%) surtout lorsqu'on constate que des pays émergents comme la Turquie et le Brésil réalisent des taux d'inflation entre 6 et 10% », avait fait remarquer M. Lahlimi, avant d’ajouter : «Quand on évalue l'expérience de ces pays, on constate qu'ils ont pu multiplier leurs efforts d'investissement grâce à leurs politiques monétaires », a-t-il expliqué. Il faut dire qu’au Maroc, la «politique monétaire de rigueur» mise en place par Bank Al-Maghrib  demeure détachée des objectifs court-termistes des politiques, privilégiant la croissance économique à  long terme, et ce en s’assurant d’un niveau d’inflation compatible avec une croissance équilibrée, faisant ainsi de la maîtrise de l’inflation son principal objectif.
Sauf que cette politique a un prix à payer, pouvant provoquer à court terme un ralentissement de l’activité économique. C’est d’ailleurs le cas en 2012.
En effet, ladite note établie par le HCP, montre que l'économie nationale s'est inscrite dans une croissance en ralentissement, dans un contexte de maîtrise de l'inflation, mais de détérioration des capacités de financement.
...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages