Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Hussein Louardi, ministre de la Santé, persiste et signe. Les prix des médicaments ne seront pas augmentés. Les informations relatant d’éventuelles hausses ne sont que des rumeurs propagées par certaines parties afin de perturber les négociations en cours. « Notre objectif est d’abord de baisser les prix et non l’inverse, et cela sans toucher à l’équilibre financier des professionnels du secteur », a-t-il indiqué avant-hier devant la Chambre des conseillers.
Selon lui, tout accord avec les professionnels, les industriels, les distributeurs et les pharmaciens sera initié de manière participative et transparente et la question des prix ne constitue qu’un élément de la politique des médicaments au Maroc.
Le ministre estime que d’autres questions plus urgentes s’imposent comme celle des Autorisations de mise sur le marché (AMM) qui posent de plus en plus de contraintes pour les industriels qui doivent attendre des mois ou des années pour s’en libérer ou celle des médicaments génériques qui suscite le débat. D’après lui,  certains génériques se vendent plus cher que les princeps. Leur prix de vente est de 30 % supérieur à celui de l’original. Une différence de prix qui peut aller jusqu’à 40 - 50 % pour les médicaments génériques les plus récents.
La TVA sur les médicaments s’invite également au débat.  Hussein Louardi trouve inacceptable qu’elle s’élève à 7%. Une aberration car le Royaume est le seul pays arabe à imposer la TVA sur les médicaments. « Même dans les pays développés, on ne paie pas 7%. A titre d’exemple, la TVA ne dépasse pas les 2% en France et 4% en Espagne ». D’après le ministre,  il n’y a aucune raison pour imposer le paiement de cette taxe inique aux malades puisque ce sont les citoyens marocains qui la paient en fin de compte.
Pourtant, cet étalage de force n’en est qu’en apparence. En effet, le ministre n’a pas eu le courage d’aller jusqu’au  fond des choses et, surtout, de dénoncer les lobbies qui sont derrière l’actuelle campagne de soi-disant désinformation.
« Hussein Louardi ne peut pas aller plus loin. Il ne veut pas entrer en conflit avec quiconque, car il sait bien qu’il marche sur un terrain glissant. Les enjeux économiques et sociaux du secteur sont très importants et, lui, il veut réaliser le consensus autour de ses décisions»,  nous a confié une source proche du dossier qui a requis l’anonymat. Cette dernière estime que le discours du ministre a été adressé en premier lieu aux industriels, notamment nationaux, soupçonnés d’être les instigateurs de cette campagne de désinformation«Tous les indices laissent penser que seuls ces derniers ont intérêt à ce que les négociations échouent puisqu’ils craignent un manque à gagner d’environ 6,05% du chiffre d’affaires du marché privé estimé à 8,5 milliards de dirhams », nous a précisé notre source.
Mais le ministre a-t-il les moyens d’affronter ces lobbies ? « Evidemment que oui. Sa marge de manœuvre est importante. Il reste, cependant, qu’il préfère plutôt la politique de la carotte que celle du bâton », nous a précisé notre source avant de poursuivre : « Mais, je crois qu’il va mettre la pression sur les industriels pour trouver un accord comme celui qu’il a dernièrement  négocié avec les pharmaciens d’officine».  
Toutefois, Hussein Louardi ne semble pas attendre grand-chose de ces négociations. Selon lui, quelles que soient les baisses décrétées, les prix des médicaments restent chers. Et pour cause, le pouvoir d’achat des Marocains est faible. A ce propos, le ministre a rappelé que la consommation annuelle moyenne des médicaments per capita s’élève à 400 DH. 
...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages