Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Le jeudi 28 avril 2011, l’obscurantisme frappait au Maroc en s’attaquant  au symbole du tourisme national, Marrakech. Une main meurtrière, celle d’Adil Al-Atmani, déclenchait, avec son téléphone portable, une bombe dans le café Argana sur la légendaire place Jamaâ El-Fna, en plein cœur de la ville ocre, faisant 17 morts et une vingtaine de blessés. C’est la France qui en payait le plus lourd des tributs avec huit ressortissants décédés. Mais la Suisse, le Maroc, le Canada, la Russie, les Pays-Bas, le Portugal, la Grande-Bretagne qui avaient vu, quelques-uns de leurs compatriotes laisser leur vie parmi les ruines du restaurant devenu tristement célèbre, n’étaient pas en reste.
En cette triste occasion, de la commémoration,  il devait être procédé, selon le ministère de l’Intérieur à Marrakech en présence de plusieurs personnalités gouvernementales nationales et étrangères ainsi que des membres de familles des victimes et de certains blessés, à «l'inauguration d'une stèle commémorative portant les noms des 17 victimes. Le monument devait être érigé au jardin Arset Al Bilk près de la place Jamaâ El-Fna. Un olivier symbole de la paix devait y être aussi planté.
 Vendredi 27 et samedi 28 avril 2012, l'Association marocaine des victimes et amis de l'Argana organisait une manifestation pour commémorer une date tristement célèbre qui avait ciblé l’ouverture de notre pays sur le monde. Les présents s’y sont rendus afin que de tels actes ne se reproduisent plus jamais. Pour rappel, les auteurs de cette barbarie aveugle et meurtrière avaient vu, en recours, leur peine aggravée par la justice marocaine.
En effet, le président du tribunal antiterroriste confirmait la peine capitale contre Adil Al-Atmani, principal responsable et prononçait la même condamnation à l’encontre de son principal complice Hakim Dah, qui dans un premier jugement en première instance, avait écopé de la perpétuité. Abdessamad Battar, Ouadiî Askiriba, Brahim Cherkaoui, Azzeddine Chedari, Mohamed Reda, Mohamed Njimi et Abdelfettah Dahhaj, c’est-à-dire les sept autres terroristes impliqués dans ces meurtres, en prenaient pour au moins dix ans. Lors du premier procès, ces accusés adhérant au courant salafiste-jihadiste et aux idées d'Al-Qaïda au Maghreb (AQMI), et ayant séjourné en Irak, en Syrie, en Tchéchénie, au Mali, en Algérie et en Mauritanie n’en avaient pris tout au plus que pour quatre ans.
La justice marocaine envoyait à travers ces jugements aggravés un fort signal aux auteurs de terrorisme et à la violence aveugle. Ces jugements de justice avaient provoqué à leur prononcé, au mois de mars dernier, un tollé général.  Si auprès de quelques familles de victimes, on avait accueilli ces décisions avec un certain soulagement, d’autres ne comprenaient pas tout à fait  les peines capitales  puisqu’en France voire en Suisse, elles  avaient été abolies respectivement en 1981 et 1992. Pour les proches des accusés, l’incompréhension, si elle était tout autant de mise, elle était autre, les sentences de deux à quatre ans de prison sont passées à dix ans d’emprisonnement pour même celui qui comparaissait librement pour l’infraction de recel de produits explosifs, semblaient à leurs yeux sévères.
...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages