Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
De nouveaux combats meurtriers entre forces gouvernementales et déserteurs passés à la rébellion ont éclaté samedi en Syrie, où était attendu le nouveau chef de la mission d’observation de l’ONU, le général norvégien Robert Mood.
Ces violences interviennent alors que l’armée libanaise a annoncé avoir intercepté trois containers d’armes provenant de Libye et destinées aux insurgés qui cherchent à renverser le régime de Bachar al-Assad. Ce chargement comprenait des mitrailleuses lourdes et des obus, selon une source de sécurité libanaise. Deux ressortissants hongrois travaillant en Syrie ont par ailleurs été enlevés par des «hommes-armés non identifiés», ont indiqué les autorités de Budapest.
Samedi, les combats ont fait au moins 10 morts parmi les déserteurs dans la région de Damas, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui a également rapporté des affrontements le matin aux abords d’un palais présidentiel près de Lattaquié, sur la côte, et dans la région d’Idleb (nord-ouest) dans l’après-midi.
Vendredi, 19 personnes avaient péri dans des violences, selon l’OSDH, dont 10 civils, pour la plupart touchés par des tirs gouvernementaux lors des traditionnelles manifestations hebdomadaires qui ont rassemblé cette semaine des dizaines de milliers de personnes.
Les forces du régime avaient ouvert le feu en dépit de l’engagement de Damas de respecter le plan de l’émissaire international Kofi Annan, qui prévoit l’arrêt des violences, le retour de l’armée dans les casernes, la libération des détenus, ou encore le respect du droit de manifester.
Dans le même temps, une explosion à Damas, attribuée par les autorités à des «terroristes», avait fait 11 morts et 28 blessés, selon les médias officiels. Comme lors des précédents attentats, les autorités ont promis de «frapper d’une main de fer les terroristes» à l’origine du carnage.
Le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l’opposition, a de son côté accusé samedi le «régime criminel» d’être derrière l’attentat, un «acte criminel, qui vise à saper davantage la sécurité et la stabilité dans notre pays et à terroriser notre peuple».
Affirmant que cette attaque visait «à entraver le plan (Annan) dont aucun des points n’a été appliqué pour le moment», le CNS a également réclamé «une enquête internationale d’urgence» pour déterminer les responsabilités dans l’attentat.
Selon Amnesty International, les violences ont fait au moins 362 morts depuis que les premiers observateurs ont entamé leur mission le 16 avril. Après que la Turquie a menacé d’avoir recours à l’Otan pour protéger sa frontière avec la Syrie, Damas a estimé que cet appel était «en contradiction» avec le plan Annan.
Les Etats-Unis ont accusé M. Assad de ne pas respecter «la moitié de sa part du contrat» et prévenu qu’ils étaient prêts à retourner devant le Conseil de sécurité si Damas faisait échouer le plan Annan. L’Union européenne s’est déclarée «extrêmement préoccupée» par la poursuite de la violence en Syrie, où «il est clair» que le gouvernement «ne respecte pas ses obligations».
La Syrie est en proie depuis mars 2011 à un mouvement de contestation de plus en plus militarisé face à la répression du régime, qui affirme lutter contre des «groupes terroristes» armés par l’étranger.
En 13 mois, les violences ont fait plus de 11.100 morts dans le pays, selon l’OSDH.
...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages