Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Il semble que la réforme des systèmes de retraite, tant attendue, n’est pas pour demain. Selon le ministre de l’Economie et des Finances, le gouvernement Benkirane cherche encore un terrain d’entente avec les centrales syndicales les plus représentatives. Il estime que la résolution de ce problème passe par un consensus entre l’Etat et ses partenaires sociaux.
En  réponse à une question orale devant la Chambre des représentants, Nizar Baraka a indiqué que la réflexion sur un scénario de réforme fait encore défaut. En effet, malgré les six réunions organisées par la Commission technique depuis la nomination de l’actuel gouvernement et la multitude de travaux accumulés, l’Exécutif a encore du mal à trancher.
De l’aveu même du ministre, la situation est inquiétante et exige une intervention rapide. Pour preuve, la Caisse marocaine des retraites (CMR) qui couvre les fonctionnaires, va connaître son premier déficit de paiement en 2012 et un épuisement total des réserves d’ici 2017, si aucune réforme de fond n’est entreprise à temps.
Pourtant, Nizar Baraka ne nous apprend rien de nouveau. Il ne fait que reprendre à la lettre les propos tenus par  Mohamed Saâd Alami, ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Modernisation des secteurs publics, devant la Chambre des représentants, lors de la dernier législature.
Ce dernier a affirmé qu’il faut attendre les conclusions de la Commission nationale chargée de réformer le régime des retraites et de la Commission technique pour envisager les scénarios à même de sortir le secteur de sa crise actuelle.
En résumé, rien de probant n’a été décidé et le problème a été donc transmis en l’état au gouvernement actuel. Le dossier a l’air d’une patate chaude dont ne veut aucun gouvernement.
En effet, depuis 2000, les études et les commissions se succèdent et s’enchaînent sans résultats tangibles.      
C’est le cas du Comité de suivi des études actuarielles qui a produit deux rapports en 2000 et 2002 sur le diagnostic de la situation des régimes de retraite et sur les pistes de réforme.  C’est également le cas des travaux du colloque national sur la réforme du secteur de la retraite qui a donné naissance en janvier 2004 à  la Commission  nationale technique présidée par le Premier ministre et les études et rapports de la Direction des assurances et  de la prévoyance sociale du ministère des Finances, du Bureau international du travail (BIT) et du bureau d’études Actuaria.  Toutes ces études ont tiré la sonnette d’alarme face à la situation préoccupante des régimes de retraite et toutes ont été unanimes à considérer que le débat sur la réforme des retraites faisait toujours obligation de  répondre à plusieurs questions. Notamment celles du taux de remplacement des actifs affiliés, du rôle des régimes complémentaires obligatoires, du niveau de la pension minimum à garantir et de son financement, de la transparence de la redistribution, de l’extension de la couverture aux catégories qui n’en bénéficient pas et de la pérennité du système du fait qu’il est confronté à une précarité galopante de l’emploi et à une augmentation prévisible du nombre de chômeurs réels ou déguisés.
Des questions auxquelles le gouvernement Benkirane ne semble pas apte à apporter une réponse claire et convaincante pour le moment.  
D’après le ministre de l’Economie et des Finances, l’Exécutif peine encore à trancher entre certaines réformes à caractère paramétrique et, surtout, à assumer les méfaits de leurs incidences prévisibles sur le pouvoir d’achat des cotisants et des retraités ainsi que sur la compétitivité des entreprises. Toute réforme, en la matière, exige, en effet, un courage politique à toute épreuve.
«On va prendre les décisions adéquates en temps opportun», a conclu le ministre. Mais dans combien de temps? Affaire à suivre.
...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages