Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Décidément, la rentrée scolaire de cette année ne sera pas comme les précédentes. D’abord, parce qu’elle vient après le discours du Souverain du 20 août qui a donné des orientations pour une véritable réforme de notre enseignement. Environ 7 millions d’élèves retrouveront les bancs des classes avec presque les mêmes difficultés et les mêmes dysfonctionnements que les responsables ont enfin fini par reconnaître. Une rentrée pas comme les autres dans la mesure où notre système éducatif est à revoir.
Longtemps considérée comme un champ d’expérimentation, l’école marocaine nécessite un plan de sauvetage et une réforme réfléchie, posée et sérieuse après le plan d’urgence qui fut dans sa globalité un fiasco de l’avis même des responsables. Loin des surenchères politiques et des intérêts politiciens ou personnels. Sans précipitation ni enthousiasme excessif, la réforme de l’école marocaine doit se faire dans la concertation et le débat et par l’organisation d’assises de l’enseignement auxquelles participeraient les vrais concernés, à savoir les enseignants, les syndicats, les associations des parents d’élèves et les spécialistes en la matière.
La réforme du système éducatif est un travail de longue haleine surtout que le cumul d’expérimentations avortées a laissé de graves séquelles dans tout le système. En attendant ces assises, il ne faut pas croiser les bras. Il est temps de retrousser les manches pour affronter l’année scolaire dont le coup d’envoi vient d’être donné par le Souverain.  
La rentrée risque fort d’être houleuse au vu de la réalité des choses sur le terrain et au vu des événements et des décisions qui ont précédé cette reprise. Déjà à la fin de l’année scolaire 2011/2012, le ministre avait donné le ton avec l’annulation de quelques notes pédagogiques qui ont fait la satisfaction des enseignants. Et puis ce fut dernièrement la fameuse circulaire qui interdit aux enseignants du public d’exercer dans le privé. Décision qui n’a pas été du goût des acteurs du secteur privé qui se sont sentis visés par le ministre de l’Education nationale qui, selon certaines sources proches de la Primature, s’est vu prier de reporter sa décision à plus tard puisque les intérêts personnels de certains membres du gouvernement seront touchés par cette décision. Une polémique qui ne sert nullement notre enseignement.
Cependant, il faut s’attendre au pire, car la réalité infrastructurelle,  la scolarisation de la jeune fille, le sureffectif des classes, la situation des enseignants dans les zones rurales et montagneuses, les programmes, la formation continue, l’utilisation des technologies de l’information et de la communication dans les cursus…..ne sont pas des dysfonctionnements qu’on va solutionner avec des surenchères politiciennes ou des décisions à la hâte. Ce qui est sûr, c’est que le gouvernement et à sa tête le chef du gouvernement ne semble pas s’inquiéter outre mesure de cette situation. La preuve, c’est qu’aucun projet ni programme n’a été présenté par le gouvernement pour remédier à ces difficultés. On est même tombé dans des contradictions: un chef de gouvernement qui réclame le report d’une décision ministérielle du département de tuetelle. On est devant un gouvernement qui manque de cohésion et n’arrive pas à coordonner ses actions et ses décisions. C’est grave, car c’est l’avenir de plusieurs générations qui est en jeu dans ce département.
...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages

    Menu