Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Sidi Ifni est à feu et à sang.  De violents affrontements ont eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi entre une centaine de jeunes et les forces de l'ordre à  Bouaalam, l’un des quartiers les plus pauvres de la ville et à forte densité démographique. Plusieurs  policiers et manifestants ont été blessés et plusieurs personnes ont été arrêtées avant d’être relâchées.
« Tout a commencé vers 19h00, lorsque des éléments de la police ont procédé à l’arrestation de deux jeunes chômeurs, présumés impliqués dans le sit-in organisé  vendredi dernier au port de la ville et qui étaient recherchés par le parquet. Une action que les jeunes du quartier n’ont pas beaucoup appréciée notamment le caractère violent de ces arrestations. Ce qui a provoqué  leur colère qui s’est  manifestée par des jets de pierres à l'encontre des forces de l'ordre », nous a expliqué Rachid Herbaz, secrétaire général du Centre marocain des droits de l’Homme.
« Les événements ont été d’une violence rare. Toute la nuit, le quartier a été le théâtre des jets de pierres et des bombes lacrymogènes. Des attaques et des contre-attaques entre les forces de l’ordre et la population du quartier », nous a déclaré un habitant de la ville, sous le sceau de l’anonymat avant d’ajouter : «  Il a fallu  attendre jusqu’à 3h00 du matin pour que le calme revienne. Mais il s’agit bel et bien d’un calme précaire puisque la tension est encore palpable ».  
Même évaluation du côté d’Abdelmalek El Idrissi, président de l’Association marocaine des droits de l’Homme et membre du conseil communal de la ville. Selon lui, Sidi Ifni vit sous haute tension notamment avec les renforts policiers dépêchés sur place. « La ville s’est trouvée vite militarisée, croyant que cela va aider à calmer les esprits. C’est pourquoi les élus de la ville ont appelé à la tenue d’une session extraordinaire en vue de trouver une issue à cette crise », nous a-t-il précisé. Sur la nature des réponses à apporter à cette mauvaise passe, notre source n’exclut aucune piste. Pour lui, tout est possible même une éventuelle démission collective du conseil si les choses empirent.
Mais comment peut-on expliquer l’éclatement de ces violences ? Selon Rachid Herbaz, les événements de la nuit de mercredi trouvent leur explication dans le sit-in organisé par certains jeunes désœuvrés de la ville, jeudi dernier au port, pour réclamer de l’emploi à la société hollandaise, chargée de mettre en œuvre la troisième tranche du port. « Les manifestants ont bloqué l’accès au port et paralysé les travaux, ce qui a entraîné l’intervention des forces de l’ordre qui s’est soldée par l’arrestation de quatre manifestants.  Deux autres devaient être interpellés également mardi 2 octobre et déférés devant la justice », nous a expliqué notre source.  
La même source a tenu à préciser que lesdits  événements n’ont rien à voir avec ceux de 2005, 2008 et 2010, justifiés par de fortes demandes sociales. « Les incidents de la nuit de mercredi traduisent des défaillances dans la gestion des affaires de la région. La politique de la rente encouragée par les pouvoirs publics a montré ses limites. Il est temps de mettre fin à ces pratiques », a-t-il conclu.
...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages