Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Le calme est revenu dans le quartier Bouaalam à Sidi Ifni après de violents affrontements qui ont eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi entre une centaine de jeunes et les forces de l'ordre faisant plusieurs blessés des deux côtés.  Pourtant, la tension est toujours palpable et l’éventualité de nouveaux affrontements n’est pas exclue.
« Hier encore, on s’est attendu à de nouveaux affrontements, mais rien ne s’est passé. Seuls des jets de pierres de la part de quelques enfants ont perturbé ce calme précaire. On estime que le report de l’audience des jeunes arrêtés vendredi dernier a beaucoup joué dans ce sens. Cependant, les renforts policiers débarqués dans la ville depuis hier font l’effet d’une provocation parmi  les jeunes du quartier», nous a déclaré un témoin sur place.
En effet, plusieurs acteurs politiques, syndicaux et associatifs critiquent la forte présence des forces de l’ordre dans la ville. Selon certains témoignages, des centaines d’estafettes sont stationnées devant le commissariat de police en plein centre-ville et à proximité du  quartier Bouaalam sans oublier les nombreux éléments des forces auxiliaires qui campent dans la caserne militaire à l’entrée de la ville. « Beaucoup de gens voient dans cette présence une provocation et une incitation à la violence. D’autant plus que les habitants sont moins habitués  à pareille présence et que le drame de 2008 est encore vif dans les esprits à Sidi Ifni », nous a déclaré Rachid Herbaz, secrétaire général du Centre marocain des droits de l’Homme.
Ces mêmes acteurs ont dénoncé également la violence et les atteintes aux droits de l’Homme commis par les forces de l’ordre à l’encontre des habitants du quartier Bouaalam. A ce propos, un rapport de la section locale de l’Association marocaine des droits de l’Homme a énuméré  l’atteinte au droit de manifester, la violation de l’enceinte d’un établissement scolaire, la torture et les mauvais traitements physiques infligées aux personnes arrêtées ainsi que les arrestations musclées opérées en présence des professeurs et élèves du lycée.
Ces derniers qui ont décidé d’organiser un sit-in ce vendredi en signe de protestation contre cette violation commise dans l’enceinte de leur établissement scolaire, exigent des excuses pour cet acte humiliant envers le personnel pédagogique. Face à cette situation qui augure du pire, les différentes sensibilités politiques et associatives de la ville ont multiplié les initiatives pour calmer les esprits et apaiser les tensions. Ainsi suite à une réunion, tenue avant-hier, elles ont demandé aux autorités locales d’assumer leurs responsabilités et d’œuvrer pour trouver une issue à cette situation de crise. Elles ont aussi réclamé la  démilitarisation de la ville, l’arrêt des poursuites judiciaires et la libération immédiate des personnes arrêtées.   A rappeler que Sidi Ifni a été le théâtre de violents affrontements durant la nuit de mardi à mercredi dernier après l’arrestation de deux jeunes chômeurs, présumés impliqués dans le sit-in organisé vendredi dernier au port de la ville et qui étaient recherchés par le Parquet. Une action que les jeunes du quartier n’ont pas beaucoup appréciée et ont dénoncé son caractère violent.
...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages