Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Un grave incident entre des Français d'origine marocaine et des travailleurs saisonniers sahraouis pro-Polisario, venus faire les vendanges,  a eu lieu mercredi dernier près de la mosquée de Pauillac au Médoc, indique le portail Internet du journal Sud Ouest.
Ce dernier évoque une véritable bataille rangée qui aura duré une bonne heure et opposé une soixantaine de personnes faisant trois blessés légers. Le «trouble» aurait pour origine un différend survenu dans l'enceinte de la salle de prière où se rassemblent les musulmans de la ville, a indiqué le site.
Une même version reprise par le site de France 3 Aquitaine a révélé que la bagarre aurait éclaté suite à un différend d'ordre politique sur le Sahara. Un homme portait un tee-shirt avec l'inscription "Sahara occidental libre". Ce qui aurait échauffé les esprits entre les Sahraouis et les Médocains d'origine marocaine. Des affirmations qui seront attestées par un communiqué adressé à la presse par Sébastien Hournau, le maire de Pauillac, qui a indiqué que «la provocation viendrait des Sahraouis».
Il a expliqué  également que l'affrontement trouve son explication dans l’arrivée massive «d’une main-d'œuvre clandestine, très précaire, que les sociétés de prestation de travaux viticoles «font travailler à des tarifs très bas dans les châteaux» et qui fait la concurrence aux travailleurs de la région.
Pour l'édile, cette concurrence déloyale n'aurait pas contribué à apaiser un climat qui se tend depuis plusieurs mois à Pauillac. Et si de nombreux contrôles viennent d'être effectués dans les vignes et sans succès, le maire a demandé au parquet «la possibilité d'avoir un référé d'expulsion au motif de trouble à l'ordre public». Il craint que d'autres affrontements se produisent dans les prochains jours.
Au sein de l’Association des musulmans de Pauillac, qui compte un grand nombre de Français d’origine marocaine, un adhérent, contacté par «Sud Ouest», parle d’un «manque de respect» qui a tout déclenché. «Les Sahraouis pro-Polisario venus d’Espagne sont arrivés au mois de janvier. Comme nous, ce sont des musulmans. Il était donc normal de leur ouvrir les portes de la salle de prière. Et puis un jour, l’un d’entre eux est entré avec un drapeau provocateur. Par la suite, ils ont continué à provoquer nos parents et les personnes âgées qui fréquentent la salle. Des coups ont été échangés. Lorsqu’on a voulu aller les voir dans leur squat et leur demander d’arrêter, nous avons été caillassés!», raconte-t-il.
Comme le maire, il estime aussi que la présence dans les vignes des Sahraouis pro-Polisario «payés bien en-dessous du Smic» pose problème. «C’est la première année que les jeunes de Pauillac ne trouvent pas de travail pour les vendanges», dit-il.
Du côté des travailleurs sahraouis pro-Polisario, le son de cloche n’est évidemment pas le même. Ely Abderrahmane Ould Chouaib, leur représentant, affiche un passeport mauritanien et un titre de séjour espagnol. Et s’il admet être entré une fois dans la salle de prière avec un tee-shirt flanqué de «Sahara occidental libre», il assure que «ce n’était pas pour provoquer». Pour lui, «il était simplement question de venir prier dans la maison d’Allah et pas de faire de la politique». «Si nous sommes venus à Pauillac, «c’est que nous n’avons plus de travail en Espagne. La situation est devenue très critique. Cela devient difficile pour nourrir nos familles», témoigne-t-il.
...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages