Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
  «À l’aube de l’indépendance, des hommes, qui ont passé toute la période de la guerre tapis derrière les frontières (dirigés par le colonel Houari Boumediene, ndlr), au Maroc et en Tunisie, en Libye et en Egypte, ont commis un coup d’Etat contre la révolution. A la tête d’une armé de 35 000 ou 40 000 hommes, cette poignée d’officiers est entrée au pays pour tirer les marrons du feu au mépris de tous ceux qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes leurs vies, leurs biens, pour qu’enfin l’Algérie vive libre et indépendante», écrit Abdelhafidh Yaha, ancien officier de l’ALN et cofondateur du parti le Front des forces socialistes (FFS) dans la revue Passerelle, pour un dossier consacré entre autre à la période de l’insurrection de 1963-1965 menée par le FFS contre le régime du tandem Ben Bella-Boumediene.   Un passage qui résume la principale motivation qui a conduit les hommes de Hocine Ait Ahmed à (re) prendre les armes  contre la spoliation de l’indépendance. Crée le 29 septembre 1963, le parti du Front des forces socialistes (FFS) s’est engagé dans une guérilla contre le clan d’Oudjda. Pour cause ; la confiscation de l’indépendance de l’Algérie dont les signes non trompeurs ayant commencé avec la crise de l’été 1962, qui a mis aux prises deux clans, celui du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) et l’armée des frontières du clan dit d’Oudjda, dirigée par le colonel Houari Boumediene. Les militaires avaient pris le dessus, écartant des maquisards de première heure. Autres prémices de cette volonté de l’armée des frontière de s’accaparer le pouvoir sans partage et cultiver un système despotique, le dépouillement de la commission chargée par l’Assemblée nationale constituante (ANC) de préparer le projet de la première constitution de l’Algérie indépendante de ces prérogatives.   Le choix de l’option insurrectionnelle Un projet qui verra le jour quelques mois plus tard dans une salle de cinéma à Alger.  Aussitôt crée, le FFS sera taxé de «force séparatiste» et réprimé par le régime de Ben Bella. Le pouvoir ne veut pas d’opposition dans le pays, s’entêtant à instaurer un régime totalitaire. Son bras armée, qui n’est d’autre l’institution militaire chapeautée par Houari Boumediene opéra assassinats et exactions dans les rangs des maquisards en Kabylie. La résistance avait fait alors plus de 484 morts et des milliers d’arrestations, selon Belhoues Ouali, ancien de 1963. Ben Bella qui désapprouve la stratégie de  son chef d’Etat Major dans son entreprise de l’anéantissement de cette force d’opposition qui est le FFS, décida d’engager des négociations à l’étranger, avec les hommes de Hocine Ait Ahmed, avant de parvenir à un accord. Un accord scellé entre le FLN et le FFS sur le principe du pluralisme politique entre autre, la reconnaissance du FFS, qui a été torpillé peu après par Boumediene, suite au coup d’Etat du 19 juin 1965 contre Ahmed Ben Bella.   Qu’on est-il de la réhabilitation des martyrs de 1963 ? Alors premier secrétaire de la formation de Hocine Ait Ahmed,  Ali Laskri, avait appelé solennellement lors du 49èm anniversaire de la création du FFS, à la reconnaissance des 484 martyrs de la démocratie qui se sont élevés contre la spoliation de l’indépendance entre 1963 et 1965. Au niveau institutionnel, aucune avancée n’a été enregistrée. Pour Belhoues Ouali, responsable de la section d’Ath Yenni lors de l’insurrection : « Nous, qui avons survécu à cette période, nous continuons de  revendiquer la réhabilitation morale et matérielle de nos camarades tombés au   champ d’honneur entre 1963-1965. Le projet de loi est sur le bureau de l’APN, nous attendons  que nos martyrs soient reconnus pour avoir donné  leur vie pour la démocratie et contre la dictature ».          ...

De janvier à septembre 2013, 190 terroristes ont été éliminés à travers le pays, a déclaré hier à Alger Merouane Azzi, président de la cellule d’aide judiciaire pour l’application de la charte pour la paix et la réconciliation nationale. Invité du forum du quotidien El Moujahid, M. Azzi a souligné que le nombre de terroristes abattus au mois de janvier seulement a été de 48, dont 29 ont été tués au cours de la riposte à l’attaque terroriste perpétrée contre le site gazier de Tiguentourine (In Amenas, Illizi). Plus de 17 000 terroristes ont été éliminés durant la période 1992-2006 selon les statistiques des services de sécurité et de la Gendarmerie nationale, a indiqué M. Azzi. Par ailleurs, M. Azzi a insisté sur l’impératif de «l’application de la charte pour la paix et la réconciliation nationale dans la lutte contre le terrorisme qui se poursuit toujours», soulignant la nécessité de «soutenir le renseignement» en tant que moyen de mettre en échec et prévenir les opérations terroristes. «Le renseignement a contribué à éviter plusieurs opérations terroristes et attentats-suicide», a-t-il encore ajouté. Abordant le dossier des disparus, M. Azzi a appelé «certaines associations à s’abstenir d’exploiter ce dossier à des fins politiques et personnelles portant préjudice aux intérêts de la nation». Il a estimé le nombre des familles des disparus à 7144, recensées auprès des services de sécurité et de la Gendarmerie nationale, affirmant que près de 7000 familles ont été indemnisées jusqu’à présent. Vingt-quatre terroristes se sont rendus cette année dans différentes wilayas du pays, notamment Tlemcen, Skikda, Illizi, Boumerdès, Adrar et Khenchela. Revenant sur l’attaque terroriste de Tiguentourine, M. Azzi a rappelé que cette opération, «menée par un groupe de terroristes de différentes nationalités, avait pour but de déstabiliser le pays». «La vigilance des autorités et l’intervention des éléments de l’armée nationale populaire ont mis en échec les desseins de parties étrangères voulant intervenir dans les affaires nationales», a-t-il dit....

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages