Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Une centaine de couples suivent annuellement des thérapies de famille, a révélé hier le professeur Kacha, psychiatre, en marge des 13es Journées de la thérapie familiale organisées à l’hôtel Sofitel, à Alger. Selon le professeur Kacha, des familles demandent l’aide et le suivi des spécialistes pour surmonter les difficultés en couples. Ces difficultés peuvent influencer l’évolution des enfants. Des cas cliniques concernant les différents aspects des difficultés rencontrées par les familles algériennes ont été présentés, «lesquels sont à la croisée des chemins». «La société est en transition. Tous les modèles de familles existent», expliquent les spécialistes. Une société en transition implique-t-elle autant de divorces ? Le professeur Kacha estime que la femme qui a toujours été responsable du lignage et qui a été de tout le temps contrôlée a aujourd’hui évolué. Le divorce est donc le choix de cette femme qui aspire à l’autonomie. Elle est responsable sur bien des plans. Les couples d’aujourd’hui disposent bien du choix de s’unir mais aussi de celui de se séparer, ce qui explique le nombre des divorces enregistrés, selon le Pr Kacha. Les raisons poussant les gens à divorcer sont liées essentiellement à la quête de «qui va détenir le pouvoir», résume le psychiatre, qui pointe du doigt les différentes formes d’ingérence de la part des familles des deux conjoints. Selon le même spécialistes, sur la centaine de cas qui se présentent au niveau des structures de suivi et de thérapie, un tiers réussit à surmonter les difficultés, un autre tiers s’engage dans un processus de réflexion en vue de se maintenir alors que le dernier tiers finit par une séparation. Selon le même spécialiste, le cursus de formation en thérapie de famille relève de la formation continue. Quelque 200 praticiens thérapeutes exercent dans le créneau, au niveau des structures sanitaires disposant de services psychiatriques. Ces services ont été créés pour soigner les séquelles de la décennie noire qui a modifié les habitudes, les attentes mais aussi les préoccupations de la famille algérienne. Plusieurs aspects des difficultés rencontrées par les couples ont été abordés lors de ces journées. Les docteurs Aït Ameur et Bouraoui ont présenté une conférence sur «La valse entre le couple conjugal et le couple parental». Les spécialistes ont cerné de près les contraintes subies par le couple qui accède au statut de parents et qui nécessite «un réaménagement harmonieux de sa relation affective et sexuelle». Le couple passe par des moments de crise et chaque membre doit négocier la mise en place de son identité conjugale et parentale. Certains y arrivent et d’autres échouent, explique le docteur Aït Ameur. Une conférence ayant pour thème : «Se détacher de sa famille d’origine» a été présentée par le Dr Boulassel de l’EHS Frantz Fanon de Blida. La spécialiste a relevé les aspects qui entravent la réalisation des «fantasmes du couple idéal». Selon la psychiatre, le couple évolue avec, en arrière-plan, l’entourage des familles d’origine des deux conjoints, avec lesquelles il faut savoir prendre la bonne distance....

Etat civil : l’anarchie règne au ministère des Affaires étrangères Des Algériens qui viennent de toutes les wilayas du pays se retrouvent à attendre pendant au moins 4 heures pour obtenir un acte de l’état civil. Comme d’habitude, la salle de l’état civil est bondée : près de 300 personnes agglutinées devant le guichet attendent de pouvoir retirer un document d’état civil. Pourquoi restent-ils ainsi tous debout devant le comptoir, alors que le numéro désignant le tour est affiché ? Tout simplement parce qu’il n’y a pas assez de chaises pour que tous puissent s’asseoir, et qu’à cause de l’incessant brouhaha, ils risquent de ne pas entendre l’employé les appeler pour leur remettre le document demandé. Mardi dernier, plusieurs citoyens, excédés par cette attente interminable, ont manifesté leur mécontentement en tapant du poing sur le comptoir et en hurlant :  «Nous voulons voir le responsable ! Nous voulons voir le responsable !» Evidemment, le service de sécurité est rapidement  intervenu et les «manifestants» ont été priés de quitter la salle. Ils ne se sont exécutés qu’après l’arrivée du directeur du service. Ce dernier a quitté son bureau pour venir écouter les doléances de ses concitoyens. Calme, aimable, il a laissé ses compatriotes s’exprimer. «Trouvez-vous normal que l’on soit ici depuis 8h et qu’à midi on ne soit toujours pas parvenus à obtenir nos documents ? Trouvez-vous normal qu’il n’y ait pas de bureau de renseignements pour orienter les gens ? Pourquoi ne créez-vous pas d’annexes dans certaines wilayas pour décongestionner ce bureau ? Pourquoi n’engagez-vous pas plus de personnel pour répondre à la demande ?» Le responsable, toujours affable et patient répondra : «On a proposé la création d’annexes, une à l’Est, une à l’Ouest et une autre au Sud. Pour ce qui est d’augmenter notre effectif, on a fait une demande dans ce sens, et en ce qui concerne le bureau de renseignements, on va en installer un.» Oui, mais à quand la réalisation de ces projets ? Quand le calvaire que vivent des milliers d’Algériens, qui ont eu le malheur de naître,  se marier ou mourir à l’étranger prendra-t-il fin ? Des Algériens qui viennent de toutes les wilayas du pays se retrouvent là à attendre pendant au moins 4 heures pour obtenir un acte de l’état civil. Une personne nous a déclaré être venue de Tamanrasset pour retirer un extrait de naissance et être arrivée à 6h ; à 13h, elle était toujours là. Une autre venue de la wilaya de Bouira, à seulement 150 km d’Alger, nous raconte qu’après avoir attendu son tour pendant plus de 3 heures, l’employé lui demanda d’autres documents qu’elle n’avait pas en sa possession. «Je suis obligée de revenir demain», déclare-t-elle les larmes aux yeux...     Même le personnel s’est montré solidaire. «Vous croyez que cela nous fait plaisir de vous voir passer toute une matinée à attendre un document, mais que voulez-vous qu’on y fasse, c’est à vous citoyens de dénoncer cet état de fait», a précisé un des employés. En attendant que la mise en place d’annexes ou pourquoi pas d’un service d’état civil délivrant les documents par Internet se fasse, il faudra que nos concitoyens qui ont eu le malheur de naître ou de se marier à l’étranger continuent à s’armer de patience…  ...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages