Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Les «bonnes affaires» de General Electric en Algérie Un contrat a été signé, hier à Alger à huis clos, entre la Société algérienne de production de l’électricité (SPE), filiale de Sonelgaz, et General Electric (GE). Une annonce agrémentée des formules usitées en la matière et ayant pour objet la présentation des avantages induits par une nouvelle forme de coopération, intégrant la perspective d’un partenariat industriel au-delà du volet purement commercial. Hier, Sonelgaz annonçait dans un communiqué de presse qu’un contrat de 1,9 milliard de dollars a été signé entre la SPE et General Electric pour la fourniture de 24 turbines à gaz, 12 turbines à vapeur, 36 alternateurs et leurs systèmes de contrôle - commande destinée à équiper 6 nouvelles centrales électriques, d’une puissance totale de 8400 MW. Il s’agit des centrales de Naâma, Djelfa, Biskra, Khenchela, Mostaganem et Jijel, lesquelles devront entamer les opérations de génération en 2015 en cycle simple et en 2017 en cycle combiné. Cependant, la firme américaine publiait un communiqué dans lequel elle évoque trois contrats d’une valeur bien plus importante. General Electric annonce ainsi avoir signé avec Sonelgaz trois contrats pour une valeur globale de 2,7 milliards de dollars, englobant dans ses calculs les contrats signés en 2012 dans le cadre du programme d’urgence pour la fourniture d’une capacité supplémentaire destinée à faire face au pic de la demande attendu durant l’été dernier (2013). La firme précise avoir signé hier un contrat d’une valeur de 1,9 milliard de dollars qui devrait lui permettre de fournir les îlots de puissance pour les six centrales électriques à cycle combiné qui permettront d’augmenter la capacité de production électrique en Algérie de 70%. Comme l’indique le communiqué de Sonelgaz, c’est la plus importante des acquisitions de la SPE et dans l’histoire de l’électricité en Algérie, qui introduit une nouvelle démarche impliquant l’obligation pour l’adjudicataire du marché d’investir dans une usine de fabrication de turbines à gaz, à vapeur et de générateurs pour un montant de 200 millions de dollars. Il est bien entendu fait référence au fait que le contrat en question a fait l’objet, au mois de février dernier, d’un appel d’offres incluant l’engagement du soumissionnaire à investir en Algérie, et à l’issue duquel General Electric s’est vu attribuer le marché face à son concurrent Siemens, grâce à une offre moins disante. L’entreprise évoque également la livraison dans le cadre du programme d’urgence de deux installations mobiles susceptibles d’apporter 528 MW. GE parle de 24 turbines à gaz dérivées de moteurs d’avion, montées sur des remorques de poids lourds. Le montant de ce contrat se chiffre à 800 millions de dollars. Enfin, un troisième contrat porte sur la fourniture d’une unité à cycle simple d’une capacité de 370 MW pour un montant du contrat de 150 millions de dollars. S’il est vrai que l’ensemble de ces contrats permet à la firme américaine de proposer des prix bien inférieurs à ceux qu’elle avait imposés pour le marché de réalisation de la centrale électrique de Koudiat Eddraouch, et de rehausser son image de marque grâce à un investissement dans l’industrie électrique en Algérie, ils ne peuvent refléter qu’un seul constat : General Electric continue de décrocher des contrats bien juteux et de faire de bonnes affaires en Algérie, même s’il a déjà été impliqué dans un scandale de surcoûts et d’entente sur les prix ayant porté préjudice à Sonelgaz…...

«Il y a une volonté d’avancer de part et d’autre» L’ambassadeur de France en Algérie, André Parant, juge que les relations entre l’Algérie et la France sont «excellentes» et que les deux pays s’affairent à mettre en pratique les engagements pris depuis la visite de François Hollande dans notre pays les 19 et 20 décembre 2012. «C’est une feuille de route qui a été fixée. On va essayer de mettre en œuvre ces engagements aussi bien du côté français que du côté algérien», a déclaré André Parant en marge de sa visite de travail d’une journée qu’il a effectuée hier à Béjaïa.  Le diplomate français a rencontré les autorités, à savoir le wali, le président de l’APW et celui de l’APC du chef-lieu de wilaya, les responsables de la Chambre de l’industrie et du commerce et quelques acteurs économiques, ainsi que des représentants du mouvement associatif avant de visiter l’entreprise Danone Djurdjura Algérie établie dans la zone industrielle d’Akbou. Les engagements pris au sommet des deux Etats pour le développement de la coopération entre les deux pays aboutiront, rappelle l’ambassadeur, à la tenue d’une réunion intergouvernementale de haut niveau, sous la présidence des deux Premiers ministres, la mi-décembre prochain à Alger. «Ce sera l’occasion de faire un premier bilan», a déclaré André Parant, qui relève qu’«il y a une volonté de part et d’autre d’avancer». A Béjaïa, André Parant s’est enquis des potentialités économiques de la wilaya qu’il a trouvées «très intéressantes et susceptibles d’attirer les investisseurs français», notamment dans «les secteurs pilotes que sont l’agro-industriel et peut-être aussi le tourisme que nous pouvons davantage explorer». «Il est très utile de sortir d’Alger quand on peut», a estimé l’ambassadeur lors d’un point de presse tenu à l’hôtel Essalam, dans la ville de Béjaïa qu’il visite pour la première fois. Outre la coopération économique, le représentant de l’Etat français a été saisi au sujet de l’ouverture d’un consulat et d’un centre culturel à Béjaïa. «Il ne faut pas trop y compter, parce que nous avons trois consulats généraux en Algérie et nous n’avons pas l’intention d’en ouvrir d’autres», a-t-il répondu estimant qu’il faut penser à «comment simplifier les choses pour permettre aux habitants de Béjaïa qui souhaitent se rendre en France d’obtenir des visas dans les meilleures conditions possibles». «Ça marchait relativement bien jusqu’à une période récente. Il y a quelques petites difficultés auxquelles on va essayer de remédier», a-t-il ajouté. Constatant l’existence d’une «demande importante» pour l’enseignement de la langue française, André Parant n’exclut pas de réfléchir sur le moyen de satisfaire celle-ci. «C’est un défi que nous devons essayer de relever», a-t-il répondu.  ...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages