Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Encore une fois, des étudiants du département anglais technique de l’université de la formation continue (UFC) de Laghouat dénoncent la situation qu’ils subissent. Selon le communiqué de l’AREN, ces étudiants vont passer à une autre étape, ils ont décidé de fermer le siège de l’UFC et de réclamer l’intervention du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, pour que leurs problèmes soient réglés. «La mauvaise gestion, l’annulation injustifiée des notes de rattrapage, la suppression du droit au redoublement et aussi de la session de rattrapage sont les problèmes essentiels soulevés par les étudiants de cette spécialité», peut-on lire dans ce communiqué. Ces étudiants demandent l’intervention du ministre lui-même, pour qu’il envoie une commission d’enquête afin d’arbitrer ce litige. «Ces étudiants ont, à maintes reprises, contacté le directeur de l’UFC de Laghouat, mais à chaque fois il fuit ses responsabilités et leur répète que le problème n’est pas de son ressort», affirme Bougrine Atallah, président de l’AREN à Laghouat. Taleb Badreddine

Source

L’Algérie a refusé le visa au prédicateur saoudien Mohammed Al Arifi. C’est l’information qui a fait le buzz cette semaine dans les réseaux sociaux. Cette information a vite été démentie par le prédicateur saoudien. Dans une vidéo partagée sur sa page facebook, Mohammed Al Arifi affirme : «Je suis actuellement au Quatar pour une série de conférences. J’ai été étonné d’apprendre ce matin sur MBC et via les réseaux sociaux que l’Algérie m’a refusé l’accès à son territoire. Cette information est totalement fausse. On ne m’a jamais refusé le visa et en plus, je ne vais dans aucun pays sans y être officiellement invité.» Al Arifi se désole : «L’information relayée par MBC ne me surprend pas vraiment. Elle s’inscrit dans sa politique de nuire à l’image des prédicateurs. Le peuple algérien est un peuple correct, et il faut prendre exemple sur lui.» Alors, l’Algérie a-t-elle réellement refusé le visa à Al Arifi ? Invité, dimanche dernier, à un forum organisé par le groupe de presse Ouest Tribune, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, a assuré que son département et les autorités algériennes ont bien refusé la demande de visa du prédicateur saoudien Mohammed Al Arifi qui devait participer à un colloque en Algérie. La cause : «Nous savons qu’il est un acteur dans la subversion du système appelé Printemps arabe et qu’il est aussi un promoteur de propagande au profit du groupe radical de Jamaât el-Nosra relevant d’Al Qaîda en Syrie» a-t-il justifié. «Notre ministère est habilité à dire que tel individu mérite d’être invité ou pas. Nous sommes en mesure de dire que nous pouvons sécuriser intellectuellement notre pays», a-t-il ajouté à propos des hommes de religion invités en Algérie.  

Source

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages