Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Le postulat mis à chaque fois en avant par les pouvoirs publics, selon lequel le taux de participation aux élections locales – de par leur caractère de vote de proximité – est toujours plus élevé que celui des consultations nationales pour le renouvellement du Parlement ou l’élection présidentielle, ne s’est pas vérifié cette fois-ci encore. La marge entre les niveaux de participation enregistrés lors du scrutin de jeudi avec 44,26% pour les APC et 42,92% pour les APW est quasiment nulle quand on la compare aux dernières élections législatives où le taux de participation officiel était de 43%. Ce plombage des résultats électoraux dans des seuils conventionnels qui se rapprochent de la barre des 50% – un niveau considéré par le pouvoir comme suffisant pour crédibiliser politiquement une élection, comme l’avait affirmé publiquement le ministre de l’Intérieur, Daho Ould Kablia, la veille du scrutin situant ce taux à 40% – signifie que le comportement électoral des Algériens ne fait pas de distinguo entre un scrutin local et un scrutin national. De nombreux observateurs n’ont pas manqué à la suite de la proclamation des résultats de faire le lien entre les prévisions électorales du ministre de l’Intérieur et les taux officiels enregistrés. Les prévisions furent confirmées à la virgule près. Stratégiquement, l’enjeu des élections locales pour le pouvoir, c’est moins le résultat des urnes à proprement parler, la couleur politique ou les majorités qui dirigeront les communes et les wilayas durant les 5 prochaines années, que le taux de participation qui constitue un test politique et un acte de légitimation de ce même pouvoir. Contrairement aux élections législatives et présidentielle dont l’enjeu politique se décline en termes de compétition et de lutte pour le pouvoir. C’est ce qui explique la sérénité affichée par les autorités par rapport au scrutin de jeudi. Compte tenu des forces politiques en présence, des manœuvres politiques pour booster certains partis connus pour leur proximité avec le pouvoir, déstabiliser et affaiblir d’autres formations qui appellent à la rupture avec ce pouvoir, personne ne s’attendait à un grand chamboulement du paysage politique local. Les résultats qui ont reconduit cette fois-ci encore, à quelques variables près sans grande signification, les mêmes forces et les mêmes majorités reflètent-ils pour autant les aspirations réelles des Algériens au changement et à l’alternance véritable ? Sûrement pas. Le taux élevé de l’abstention qui s’est imposé dans la vie politique et électorale comme le premier parti politique, le dévoiement de l’activité politique parasitée par les opportunistes et les affairistes de tous poils qui se sont puissamment investis dans la représentation au niveau des institutions aux plans local et national ne sont que la conséquence du délitement du système politique en place qui se consume lentement mais sûrement de l’intérieur. Le vote n’a jamais appartenu aux électeurs. Pas plus hier qu’aujourd’hui. De confiscation en confiscation, les voix des électeurs sont ainsi détournées d’abord sous le règne du parti et de la pensée uniques et ensuite avec le pluralisme de façade, pour finir dans l’escarcelle de ces nouveaux convertis à la politique que sont tous ces affairistes attirés par la rente des collectivités locales....

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages