Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Alger réclamait cette visite depuis longtemps : le 17 septembre, la haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, fera escale en Algérie dans le cadre de sa tournée régionale – elle était en Tunisie en mars et au Maroc en juillet. La dernière fois qu’Alger a reçu un chef de la diplomatie européenne, c’était en 2012. A l’époque, Catherine Ashton s’était réjouie «des réformes engagées (par l’Algérie) pour aller de l’avant». Jeudi prochain, Federica Mogherini arrivera donc avec sous le bras trois dossiers importants : sécurité et lutte antiterroriste, énergie, migration. Et inévitablement, il sera un peu question de l’Accord d’association (AA) signé en 2002, que l’Algérie aimerait «revoir». Le mécontentement des autorités, qui s’exprimait depuis un an par des voix détournées (via le patronat notamment), est devenu très formel en juin dernier, lors de la réunion du Conseil d’association à Bruxelles. En clair, l’Algérie estime «avoir donné plus qu’elle n’a reçu» en matière d’investissements et d’échanges commerciaux. Dans les faits, l’UE reste son premier partenaire : les importations algériennes auprès de l’UE ont représenté 48,88% des importations globales pour plus de 13 milliards de dollars. Les exportations, 71, 27% du total pour, là encore, un peu plus de 13 milliards de dollars. Alors qu’en dix ans, le volume global des importations a triplé, la proportion des produits en provenance du nord de la Méditerranée, elle, n’a pas changé. Quant aux investissements, le commissaire en charge de l’énergie et du climat, Miguel Arias Canete, s’était engagé en mai dernier à Alger à ce que l’UE injecte plus d’argent dans l’exploration et la production gazières. Alors, où est le problème ? Le pouvoir algérien semble convaincu que son poids géopolitique et sa contribution à la gestion des problèmes régionaux et internationaux (sécurité et lutte contre le terrorisme, Mali et sécurité énergétique) ne sont pas suffisamment reconnus par l’UE. Pour preuve, certains irritants politiques qui semblent périodiquement obscurcir le ciel, en général sans nuage, d’une relation géopolitiquement incontournable mais qui est loin – s’accordent à souligner les deux parties – d’avoir pleinement matérialisé son potentiel. Sous la pression de la chute du prix du baril, les espoirs liés à l’AA (réformes et diversification économiques, flot des IDE européens..) reviennent logiquement sur le tapis. Lors du dernier Conseil d’association, Federica Mogherini avait confirmé à son homologue algérien la disponibilité de l’UE à se pencher ensemble sur la mise en œuvre de l’Accord. L’objectif ? Repenser les réformes économiques sans lesquelles les promesses de l’AA ne resteront éternellement que des espoirs déçus.  

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages