Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Depuis la conclusion de cet Accord, la position commerciale de l’UE  n’a eu de cesse de se renforcer au détriment de l’économie nationale. La démarche d’évaluation réclamée par l’Algérie «ne vise nullement à remettre en cause l’Accord d’association, mais à l’utiliser pleinement». Le processus de révision de l’Accord d’association sera lancé dans les semaines à venir», a déclaré, jeudi, la Haute Représentante de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission européenne, Federica Mogherini, au cours d’une conférence de presse conjointe avec le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la  Coopération internationale, Ramtane Lamamra, tenue à l’issue des entretiens entre les deux parties. L’Algérie a déjà saisi la Haute Représentante de l’UE pour demander  officiellement l’ouverture de discussions sur une évaluation conjointe objective de l’Accord d’association, signé en 2002 et mis en œuvre en septembre 2005. «Il est temps d’évaluer cet Accord pour mieux l’adapter au contexte nouveau dans lequel évoluent les relations bilatérales et aux attentes des deux  parties», a affirmé, de son côté, Ramtane Lamamra. La démarche d’évaluation réclamée par l’Algérie «ne vise nullement à  remettre en cause l’Accord d’association, mais au contraire à l’utiliser  pleinement dans le sens d’une interprétation positive de ses dispositions permettant  un rééquilibrage des liens de coopération», a confié une source proche du dossier à l’APS. Dix ans après l’entrée en vigueur de ce nouveau cadre de coopération  qui a instauré un dialogue ouvert et une collaboration globale incluant les  dimensions politiques, sécuritaires, économiques, commerciales, financières,  culturelles et humaines, l’Accord d’association n’a pas pour autant permis d’atteindre  les résultats escomptés par la partie algérienne. Depuis la conclusion de cet Accord, la position commerciale de l’UE  n’a eu de cesse de se renforcer au détriment de l’économie nationale. En 2010, cette situation a amené le gouvernement algérien à procéder au gel unilatéral des concessions tarifaires accordées à l’UE en vertu de l’Accord d’association.  Après huit rounds de laborieuses négociations, un compromis sur le report de  la zone de libre-échange, prévue en 2017, à 2020 a été trouvé. Cependant, la tendance à l’accroissement du déficit commercial hors hydrocarbures s’est poursuivie, en témoignent les chiffres des sept premiers mois  de 2015. Sur 30,560 milliards de dollars d’importations globales de l’Algérie, 15,67 milliards proviennent de l’UE, soit 50,62%, selon les Douanes algériennes.  En même temps, un faible afflux d’investisseurs de l’UE vers  l’Algérie a été constaté. Selon les données de l’ANDI, seuls 316 projets d’une valeur de 7,7 milliards d’euros ont été réalisés par des investisseurs européens de 2002 à 2014. Le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, estime que «cette visite va nous encourager à densifier la coopération entre l’Algérie et l’UE et réaliser des objectifs encore plus ambitieux». «Nous avons des relations qui se portent bien avec la volonté de les développer et de les renforcer davantage», a-t-il ajouté, soulignant que «les résultats en matière de coopération politique sont appréciables». Dans le même sillage, le chef de la diplomatie algérienne a relevé que  l’Algérie et l’UE «ont des réalités qu’il faut prendre en charge en matière de partenariat économique».  Federica Mogherini,  a eu également un entretien avec le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika. A l’issue de cette rencontre, Mme Mogherini a qualifié sa visite en Algérie de «très positive» et «très  utile». «Nous avons eu (avec le président Abdelaziz Bouteflika) un bon échange  de points de vue et je pense que c’est une bonne manière de conclure une visite  que je considère très positive et très utile pour relancer le partenariat  entre  les deux parties dans différents domaines», a déclaré Federica Mogherini, qui a indiqué également avoir évoqué avec le chef de l’Etat la situation régionale et internationale et les projets communs «que les deux parties peuvent  développer pour soutenir les efforts de solution politique des crises, notamment  en Libye, en Syrie et au Yémen». D’autres questions liées au travail que peuvent faire ensemble l’Algérie et l’UE pour faire face au problème de migration, la lutte contre  le terrorisme international, à la stabilisation de la région ainsi que les questions  de la paix et du développement en Afrique ont été évoquées, a ajouté Mme Mogherini, qui a rencontré également le Premier ministre, Abdelmalek Sellal.   
image
Size: 0.05 Mb

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages