Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
La journée s’annonce plutôt clémente en ce sixième jour du mois de ramadan. Il est à peine dix heures et certains habitués du marché Réda Houhou (ex Clauzel) à Alger sont déjà de retour chez eux. Les vendeurs à la sauvette eux se font discrets. Une présence policière permanente les empêche de travailler «à leur rythme» surtout dans les marchés du centre d’Alger. Au marché Réda Houhou, les vendeurs à la sauvette, qui autrefois étalaient leur marchandise en tout tranquillité, en procédant à la vente à la criée pour inciter les clients à acheter, exposent désormais leurs marchandises "clandestinement" et on entend plus jamais leurs voix. Ils se mettent souvent devant un magasin ou dans des coins pouvant échapper à la surveillance policière. Les plus audacieux parmi eux prennent le risque d’occuper l’entrée du marché couvert mais tout en veillant à ne pas être remarqués. Un jeune homme de 25 ans environ, habillé en bermuda installe des dattes empaquetées sur une planchette posée sur un cageot. Il s’installe entre deux magasins en guettant une éventuelle arrivée des policiers. En quelques minutes, ils voient arriver deux policiers. Lui ainsi que d’autres petits commerçants se volatilisent en une fraction de seconde. Après une brève visite dans la rue commerçante, les deux hommes en uniforme s’éclipsent. C'est le moment qu'attendent les vendeurs au noir pour revenir. Et cette fois, ils se chamaillent. Le jeune homme au bermuda interpelle son voisin d’en face, plus jeune que lui. «Hé ! Là avec ta présence, ils peuvent facilement me repérer. Eloigne-toi ! », lui lâche-t-il. Son vis-à-vis, l’air contrarié le fixe tout en réinstallant son petit éventaire et pose dessus sa marchandise , il vend "les ketaïf ", une variété de confesserie avec laquelle, les mamans préparent une sorte de pâtisserie au miel. Certains acheteurs s’empressent autour du jeune homme, vendeur des ketaïf. Le jeune vendeur n’a pas le temps de répondre aux reproches de son voisin. Il garde malgré tout un regard défiant à son adresse. En tous cas, il doit faire vite pour vendre sa marchandise. Cette fois il se fait épauler par quelqu’un qui se met devant la décharge du marché dont les abords sont extrêmement crasseux pour prévenir toute arrivée inattendue des policiers. A quelques mètres plus loin, une jeune femme, la vingtaine, habillée en hidjab noir se place au milieu d’un amas de cageots placés verticalement pêle-mêle. Elle vend deux sortes de galettes, l’une préparée à la farine, l’autre à la semoule. L’une est vendue à 35 da, l’autre à 30 da. Elle se montre bienveillante avec ses clients mais ne s’affiche pas de peur d’être repérée elle aussi. Elle pose son coude sur son étalage improvisé et elle ne quitte pas des yeux les alentours du lieu où elle se trouve. Cette année contrairement aux années précédentes, la chasse aux vendeurs à la sauvette est quasi quotidienne. En effet, depuis septembre 2012, l’Etat algérien a décidé de mettre fin au commerce informel à travers le pays. Depuis, les policiers vont à la chasse de ces vendeurs à chaque fois qu’ils sont de retour car ces derniers ne s’en lassent jamais tant qu'ils n'ont pas une source d'argent régulière. En fin juin dernier, à Alger, ils ont organisé un sit-in dénonçant les promesses non tenues par l'état pour leur assurer des locaux commerciaux. Pendant le mois de ramadan en tous cas, le commerce informel se prolifère davantage. Des commerçants envahissent les ruelles commerçantes munis de brindilles de coriandre, de menthe,de galettes, de toutes sortes de produits faits maison… en quête d’un gagne pain «circonstanciel»....

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages