Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Le statu quo, jusqu’à quand ? Après 82 jours d’absence, le président Bouteflika est rentré au pays sur une chaise roulante. La TV nationale a fait découvrir aux Algériens un homme à la santé chancelante et très amoindri physiquement. Partis politiques, médecins et citoyens doutent de la capacité de Bouteflika à continuer de mener lucidement à terme les affaires du pays et s’interrogent sur une situation de statu quo qui ne profite qu’à ceux qui ont des desseins politiques inavoués. Black-out ! La communication autour de la santé du président Bouteflika est, pour le moins que l’on puisse dire, catastrophique. Les services de la Présidence, censés éclairer l’opinion sur l’évolution de la maladie du chef de l’Etat, ne donnent que très peu d’informations. Et souvent, ce sont des informations incomplètes et très peu fiables qui suscitent des questionnements. Ayant publié trois communiqués depuis l’évacuation du président Bouteflika à Paris, le 27 avril dernier, la présidence de la République n’a toujours pas précisé la nature du handicap dont souffre le chef de l’Etat, suite à l’AVC dont il a été victime. Les communiqués officiels publiés jusque-là se sont avérés contradictoires : l’AIT devient AVC et l’amélioration sensible de l’état de santé du chef de l’Etat semble finalement synonyme d’une paralysie de ces membres inférieurs qui nécessiterait un déplacement sur un fauteuil roulant. Le même flou est maintenu dans le tout dernier communiqué, rendu public mardi à l’occasion du retour du président Bouteflika. «Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a regagné, mardi après-midi (vers 14h30), Alger après avoir achevé la période de soins et de réadaptation fonctionnelle. Le chef de l’Etat poursuivra une période de repos et de rééducation», a indiqué la Présidence. Mais aucune indication sur la durée de cette nouvelle convalescence n’est avancée. Alors que les Algériens ont découvert un président de la République incapable de marcher et physiquement très affaibli, la Présidence n’a pas jugé utile de fournir des détails sur ce handicap. Contactée hier, une responsable du service de communication de la Présidence n’a donné aucun détail sur la convalescence du Président. «On s’en tient au communiqué de la Présidence. L’important est qu’il est rentré et que la convalescence va se poursuivre en Algérie», affirme notre interlocutrice. Dans quelle structure ? Notre interlocutrice ne dit rien. A une question de savoir la nature de l’invalidité dont souffre actuellement le président Abdelaziz Bouteflika. «Pour l’évolution de sa santé, il faut poser la question à ses médecins», explique-t-elle.  ...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages

    Menu