Hanoune avertit contre les marchands d’armes

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Louisa Hanoune a appelé, hier à partir de Mila, à l’adoption, au plus vite, de la loi de finances complémentaire pour amortir les retombées «catastrophiques» de la LF-2016. Qualifiant celle-ci de facteur de récession et de fragilisation des couches sociales, Mme Hanoune, qui s’exprimait hier lors d’un meeting populaire à la Maison de la culture, appelle le gouvernement à «conforter le tissu social à travers une LFC qui consoliderait le pouvoir d’achat». Expliquant que l’austérité n’est pas une fatalité, tant que l’Etat possède d’importantes potentialités non exploitées, la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT) plaide pour la récupération des 5 milliards de dollars prêtés au FMI, l’institution de taxes sur la fortune, la récupération de l’argent de l’évasion fiscale estimé, par la locutrice, à 9400 milliards de dinars et la lutte contre le transfert illégal de devises à l’étranger. Dans le même ordre d’idées, elle appelle au gel de l’accord de partenariat avec l’UE : «L’accord de partenariat avec l’Union européenne est à notre désavantage. L’Algérie est déficitaire de 20% dans ses échanges commerciaux avec l’UE.» concernant le volet politique, la leader du PT dénonce «ce mariage contre nature» entre l’argent sale et les institutions de l’Etat. «Cette cohabitation mafieuse entre la politique et l’argent sale constitue une sérieuse menace pour l’Etat algérien», assène-t-elle. Evoquant la dernière sortie des jeunes chômeurs à Ouargla, qu’elle a qualifiée de conséquence directe de la gestion mafieuse des affaires du pays, Mme Hanoune demande une intervention rapide des pouvoirs publics pour trouver une solution à la situation de désespoir et de détresse que vivent des milliers de jeunes un peu partout dans le pays. «Les villes du Sud doivent bénéficier de la priorité en matière de développement. Les populations locales vivent dans des conditions d’une fragilité intenable, notamment dans les régions frontalières où elles participent, aux côtés de l’armée, à la lutte contre les intrusions terroristes à partir de pays voisins», indique la secrétaire générale du PT. En s’exprimant sur les conflits qui secouent la région arabe, Mme Hanoune dit qu’ils ont été provoqués par des pays occidentaux afin qu’ils se créent des marchés pour leur industrie militaire. «En tête de ces puissances, on retrouve les Etats-Unis et la France, qui provoquent des foyers de tension pour écouler leurs armes, notamment en cette conjoncture marquée par une crise économique planétaire.»    

Source

Des milliers d’heures de témoignages sur la Révolution

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Tayeb Zitouni, ministre des Moudjahidine, a annoncé, jeudi à Alger, la collecte de 13 000 heures de témoignages vivants sur la Révolution du 1er novembre 1954. Pour le ministre, «ces témoignages serviront de référence à l’écriture de l’histoire et, par conséquent, à renforcer les liens d’appartenance et ancrer le message de Novembre dans l’esprit du peuple algérien», avait-il affirmé au micro de Cirta FM lors d’un précédent déplacement à Constantine. Des déclarations répercutées par l’agence officielle APS. D’ailleurs, M. Zitouni invite les moudjahidine à contribuer à l’écriture de cette période de l’histoire, à travers la publication de leurs mémoires. «Leurs témoignages, en raison du besoin incessant des historiens, des étudiants et des spécialistes à une telle matière historique (témoignages vivants) pour la réalisation de leurs études et l’analyse des faits historiques non archivés», a déclaré le ministre. Le projet des grands ateliers pour la collecte des témoignages historiques traduit «l’importance accordée par le ministère à l’écriture de l’histoire des révoltes populaires, du Mouvement national et de la glorieuse guerre de  Libération nationale pour la préservation de la mémoire nationale et la sauvegarde  du patrimoine historique», a-t-il précisé. A cette occasion, M. Zitouni a tenu à rappeler le message du président de la République, Abdelaziz Boutelika, lors de la célébration de la Journée nationale du chahid, le 18 février, dans lequel le Président a salué l’amélioration de la production et l’exploitation des supports multimédias modernes dans l’écriture de l’histoire. Pour rappel, le Centre national des études et de la recherche sur le Mouvement national et la Révolution du 1er Novembre 1954 a réussi, depuis sa création en 1995, à enregistrer plus de 1900 témoignages vivants d’artisans de la Révolution nationale, à produire plus de 40 supports audiovisuels et à numériser 96 enregistrements audiovisuels. Sans compter la «trentaine de documentaires sur l’histoire de l’Algérie qui ont été réalisés et seront diffusés dans les jours à venir par l’Etablissement public de télévision (EPTV)», avait annoncé Tayeb Zitouni, lors de son déplacement à Constantine.

Source

L’ambassade d’Algérie à Baghdad bientôt réactivée

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
L’Algérie a décidé de réactiver son ambassade à Baghdad. L’annonce a été faite, jeudi à Alger, par le ministre des Affaires étrangères (MAE), Ramtane Lamamra, à l’issue de ses entretiens  avec le ministre irakien des Affaires étrangères, Ibrahim Al Ashaiqer Al Jaafari, en visite en Algérie. M. Lamamra précise qu’il s’agit d’une «relance des activités de l’ambassade». Le MAE n’avance pas de date. «Il n’a jamais été question de fermeture de l’ambassade et une telle mesure ne saurait intervenir. Notre ambassadeur est sur place et se déplace régulièrement, lui et les autres membres de l’ambassade», a affirmé M. Lamamra dans une déclaration reprise par l’APS. Pour lui, le souci de l’Algérie est d’élever ses relations avec l’Irak à un «haut niveau en gardant les canaux de communication ouverts». Pour ce faire, il y a donc un certain nombre d’activités dont des rencontres régulières entre les ministres des Affaires étrangères des deux pays, lors des événements internationaux ou en marge de réunions de la Ligue arabe, de l’ONU ou de l’OCI qui doivent reprendre. Et cela ne pourrait se faire qu’à travers l’ambassade d’Algérie à Baghdad qui aura «un personnel qui répond aux exigences de l’action diplomatique conformément à ce qui a été convenu lors de cette visite, à savoir l’actualisation et le développement des accords existant entre les deux pays et la présentation aux hommes d’affaires irakiens des potentialités et opportunités offertes par le marché algérien, dans la perspective de hisser le niveau du commerce et des investissements entre les deux pays». L’Algérie s’intéresse donc de plus près au marché irakien en cherchant à relancer les échanges commerciaux stagnés ces quinze dernières années. Pour le MAE, «le vœu de l’Algérie est que les liens entre les deux pays soient basés en premier lieu sur des relations humaines constructives, empreintes d’amitié et de fraternité à la faveur d’un partenariat gagnant-gagnant». La réactivation de la Commission mixte de coopération entre les deux pays est donc prévue. Une réunion devrait se tenir prochainement à Baghdad. La date n’a pas encore été fixée. La tenue de cette Commission «exige une bonne préparation  par les experts, un travail au niveau des ambassades des deux pays, puis une rencontre au niveau des experts pour examiner l’arsenal des textes juridiques en vigueur. La Commission devra se réunir pour ouvrir des perspectives prometteuses de partenariat bilatéral», a-t-il souligné. Pour Ramtane Lamamra, la visite de M. Al Jaafari en Algérie constitue un «nouveau point de départ» dans les relations entre les deux pays. Mais il reconnaît la nécessité de multiplier de telles visites et les rencontres afin d’aplanir les difficultés. De son côté, M. Al Jaafari a exprimé la volonté de son pays de hisser à un niveau supérieur les relations bilatérales. Il affirme avoir évoqué la question des détenus algériens en Irak avec M. Lamamra. «Nous comprenons et partageons son souci de l’intégrité de ses concitoyens. Je solliciterai, personnellement, le ministre irakien de la Justice et vous n’êtes pas sans savoir que cette question n’est pas du ressort du ministère des Affaires étrangères», a-t-il précisé. Autre dossier qui a été au centre des entretiens entre les deux ministres, celui de l’effondrement des prix du pétrole. M. Al Jaafari a ainsi souligné «la nécessité de plafonner et de rationaliser la production afin de faire remonter les prix qui pénalisent les économies des pays exportateurs, comme l’Irak et l’Algérie».  

Source

La ville de Valence connectée

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Du 19 mars au 27 mai, la spécialiste espagnole du vol pas cher proposera deux rotations hebdomadaires entre Valence-Manises et l’aéroport d’Alger-Houari Boumediène, opérées par Airbus A320 de 180 places. Les départs sont programmés les mardis à 22h20 et les vendredis à 23h40, les vols retour quittant l’Algérie, quant à eux, sont prévus les mardis à 23h10 et les samedis à 00h30. Vueling sera sans concurrence sur cette voie.  La filiale du groupe IAG, aux côtés de British Airways, Iberia et Aer Lingus, se pose déjà à Alger en provenance d’Alicante, Barcelone et Palma de Majorque. Vueling desservant également Oran au départ de Barcelone et Alicante, et vient d’inaugurer une liaison entre sa base catalane et Constantine. Elle avait fait ses premiers pas en Algérie en septembre 2012. D’autres liaisons entre l’Espagne et la capitale algérienne sont opérées par Air Algérie (vers Alicante, Barcelone, Madrid, Palma de Majorque) et par Iberia (au départ de Madrid). Air Nostrum, compagnie aérienne basée à Valence, avait officiellement annoncé la reprise de deux dessertes vers Alger et Oran en septembre 2012, juste après la disparition de la compagnie aérienne Spanair. Et selon une source bien informée, la compagnie valencienne a laissé tomber ce projet après avoir rencontré des difficultés au niveau des administrations algériennes. Par ailleurs, il s’avère que même Air Algérie a tenté de décrocher ces lignes. Il est important de rappeler que la compagnie Spanair avait transporté 84 000 passagers en dix mois. 13 000 Algériens et la grande majorité des Espagnols qui travaillent en Algérie sont de Valence et ses environs. La nouvelle ligne maritime Valence- Mostaganem sera mise en service en mars. Une liaison maritime entre le port de Valence en Espagne et le port commercial de la wilaya de Mostaganem sera mise en service au cours de ce mois de mars. En collaboration avec un partenaire espagnol, la ligne Valence-Mostaganem assurera deux dessertes hebdomadaires durant la saison estivale et une autre bimensuelle en hiver. La desserte-test de cette ligne  débutera au cours de ce mois de mars et les navires qui assureront la traversée disposent d’une capacité d’accueil de 1300 voyageurs et 300 véhicules. Les responsables de l’entreprise nationale de transport maritime des voyageurs ont aménagé des entrepôts situés au niveau du quai Maghreb pour en faire provisoirement une gare maritime de transport de voyageurs.

Source

Programme AADL 2 : Le logement plus cher ?

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Les répercussions de la crise financière qui frappe de plein fouet l’économie du pays se font ressentir chaque jour un peu plus. Après la hausse des prix du carburant et de l’électricité, c’est au tour aujourd’hui d’ouvrir la piste de l’augmentation du prix du logement AADL . En marge d’une visite de travail et d’inspection des chantiers lancés à travers la capitale, Abdelmadjid Tebboune, ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, l’a clairement déclaré. Ne voulant pas provoquer la colère des souscripteurs à cette formule, le ministre a déclaré que cette hausse du prix des logements n’est pas encore à l’ordre du jour, mais c’est une piste à ne pas exclure pour le programme AADL 2. Balançant entre l’affirmation et l’infirmation, M. Tebboune insiste sur l’absence d’une décision dans ce sens, cependant, il déclare que cette hausse oscillerait entre 5 et 10%. Dans sa lancée, il justifie cette hausse du prix par la prise en charge de l’Etat de 50% du coût de réalisation des logements AADL. Quand bien même, le ministre rassure les souscripteurs au programme AADL 1 que les prix proposés pour les logements seront maintenus, soit 2 100 000 DA pour  un F3 et 2 700 000 DA pour un F4. Une nouvelle qui ne passera sûrement pas inaperçue ou sans contestation de la part des souscripteurs au nouveau programme AADL  2. 2400 logements livrés en juin Sur les 91 500 logements AADL déjà en cours de réalisation dans la capitale, 2400 unités seront livrées en juin prochain. L’Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement (AADL) remettra les clefs aux bénéficiaires des 1200 logements à Djenane Sfari dans la commune de Birkhadem et 1200 autres à Ouled Fayet. Tous du programme 2001-2002, les souscripteurs concernés ont déjà commencé à recevoir leurs décisions de pré-affectation au début du mois en cours. Les 300 unités restantes des deux projets, rassure le ministre, seront remises, après achèvement des travaux de voirie, vers la fin de l’année en cours. Rappelons que le programme de réalisation de logements dans la localité de Ouled Fayet fait partie du projet d’un quartier structurant de l’entrée ouest d’Alger. En plus de ce quota important de logements, la fiche technique de ce pôle urbain compte plusieurs autres infrastructures d’accompagnement, à savoir 26 établissements scolaires, 6 crèches, une maison de jeunes, une polyclinique, un marché et une gare routière. Sur les 18 sites choisis pour la réalisation de ces 91 500 logements, la part du lion est revenue à la nouvelle ville de Sidi Abdallah avec un quota titanesque de 35 900 unités. Les premières distributions se feront au courant du mois de décembre prochain au profit de 8000 familles. Les travaux de réalisation de 10 000 autres logements de ce quota ont officiellement été lancés  jeudi lors de cette visite. Le taux d’avancement des autres projets de logements AADL dans les divers sites, tels que les 21 700 unités de la nouvelle ville de Bouinan,  dans la wilaya de Blida, El Kerrouche à Réghaïa (5000) ou encore les 3000 appartements  sis à Khemis El Khechna à Boumerdès reste très variable. Pour contenir la demande des souscripteurs du logement AADL 1 2001-2002, cinq nouveaux projets, portant la réalisation de 7000 logements, attendent le feu vert du gouvernement. Tout surplus sera distribué aux souscripteurs du nouveau programme de 2013. 

Source